Ladislas (archevêque de Salzbourg)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ladislas (archevêque de Salzbourg), en polonais Władysław (arcybiskup Salzburga), de la dynastie des Piasts, est né vers 1237 et décédé le . Il est le fils cadet d’Henri II le Pieux et d’Anne, la fille d’Ottokar Ier de Bohême.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a régné, sous la tutelle de son frère Henri III le Blanc, sur le duché de Wrocław à partir de 1248. Il est devenu archevêque de Salzbourg en 1265, régent du duché de Wrocław en 1266, administrateur apostolique du diocèse de Wrocław en 1268.

Lorsque son père est tué à la bataille de Legnica en 1241, il est encore un enfant. Pour éviter de devoir partager le territoire d’Henri II le Pieux entre tous ses fils, sa mère et ses frères aînés décident d’une carrière religieuse pour lui et son frère Conrad. Il est envoyé à l’étranger pour faire des études. Contrairement à Conrad qui va revendiquer sa part d’héritage, Ladislas se tourne vers l’Église et étudie à Padoue.

Lorsqu’il atteint sa majorité en 1248, il devient symboliquement duc de Wrocław à côté de son frère Henri III le Blanc, se contentant de rester dans son ombre, approuvant ses décisions et passant la plus grande partie de son temps à la cour d’Ottokar II de Bohême. Celui-ci l’aide à faire une carrière fulgurante au sein de l’Église, carrière qu’il commence au Chapitre de Vyšehrad (Prague) en 1255. En 1256, il devient chanoine à Bamberg. En 1262, il revient à Wrocław en tant que scolastique. En 1265, alors qu’il venait de refuser de devenir évêque de Passau (Bavière), le pape le nomme archevêque de Salzbourg.

En 1266, à la mort d’Henri III le Blanc, il devient le seul duc de Wrocław. Il prend sous sa protection son jeune neveu Henri IV le Juste.

En 1267, il réussit à mener à bien le procès en canonisation de sa grand-mère Hedwige. Un an plus tard, il est nommé à la tête du diocèse de Wrocław. Archevêque de Salzbourg, il ne peut en même temps être évêque de Wrocław. Officiellement, il devient l’administrateur apostolique du diocèse de Wrocław.

Il décède (empoisonné ?) le laissant par testament la moitié du duché de Wrocław à laquelle il avait droit à son neveu Henri IV le Juste.

Ascendance[modifier | modifier le code]