Lachaussée-du-Bois-d'Écu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de l’Oise
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Oise.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Lachaussée-du-Bois-d'Écu
La gare.
La gare.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Canton Saint-Just-en-Chaussée
Intercommunalité Communauté de communes de l'Oise picarde
Maire
Mandat
Bruno Gruel
2014-2020
Code postal 60480
Code commune 60336
Démographie
Population
municipale
217 hab. (2014)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 33′ 35″ nord, 2° 10′ 27″ est
Altitude Min. 142 m – Max. 172 m
Superficie 5,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte administrative de l'Oise
City locator 14.svg
Lachaussée-du-Bois-d'Écu

Géolocalisation sur la carte : Oise

Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Lachaussée-du-Bois-d'Écu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lachaussée-du-Bois-d'Écu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lachaussée-du-Bois-d'Écu

Lachaussée-du-Bois-d'Écu est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Le nom de la commune est parfois orthographié (à tort) La Chaussée-du-Bois-d'Écu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Village rural du plateau picard, situé à proximité de la RN1 (devenue RD 1001), aisément accessible par les sorties sortie 15 ou sortie 16 de l'autoroute A16.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Chaussée, un des premiers sens du mot est une « Levée de terre pour retenir l'eau d'une rivière, ou d'un étang, pouvant servir de chemin de passage »[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était desservi de 1891 à 1953 par une ligne de chemin de fer secondaire à voie métrique, la ligne Estrées-Saint-Denis - Froissy - Crèvecœur-le-Grand.

La voie romaine reliant Caesaromagus (Beauvais) à Samarobriva (Amiens) passait à La Chaussée, elle est sans doute à l'origine du nom du village.

Les templiers possédaient une maison du Temple dite du Bois-d'Ecu qui est mentionnée en 1255[1] puis en 1278[2] et qui se trouvait légèrement à l'écart au nord-ouest du village[3]. Cette maison devient ensuite la commanderie du Bois-d'Écu après avoir été dévolue aux frères hospitaliers de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem au début du XIVe siècle[4]. Cette commanderie devient ensuite un membre de la commanderie de Fontaine-sous-Montdidier[5].

Le château fut détruit en 1592[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la première circonscription de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Crèvecœur-le-Grand[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune rejoint le canton de Saint-Just-en-Chaussée.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes de Crèvecœur-le-Grand Pays Picard A16 Haute Vallée de la Celle créée fin 1992.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants[8], le préfet de l'Oise a publié en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale, qui prévoit la fusion de plusieurs intercommunalités[9], et notamment celle de Crèvecœur-le-Grand (CCC) et celle des Vallées de la Brèche et de la Noye (CCVBN), soit une intercommunalité de 61 communes pour une population totale de 27 196 habitants[10].

Après avis favorable de la majorité des conseils communautaires et municipaux concernés[11], cette intercommunalité dénommée communauté de communes de l'Oise picarde et dont la commune est désormais membre, est créée au [12].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1888 1935 M. Leclerq   Arrière-grand-père de Francis Watripon[13]
1945 1977 Lucien Watripon   Père de Francis Watripon[13]
1977 2008 Francis Watripon    
mars 2008[14] en cours
(au 21 septembre 2016)
Bruno Gruel   Réélu pour le mandat 2014-2020[15]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[17],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 217 habitants, en augmentation de 6,37 % par rapport à 2009 (Oise : 2,1 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
466 447 513 446 425 406 381 384 375
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
351 342 314 313 268 260 236 244 232
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
225 224 202 178 187 152 207 207 173
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
167 157 148 139 144 166 199 214 217
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006 [18].)
Histogramme de l'évolution démographique
Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,6 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 21 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 28 %, 45 à 59 ans = 14 %, plus de 60 ans = 23 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,2 %, 15 à 29 ans = 11,1 %, 30 à 44 ans = 26,3 %, 45 à 59 ans = 17,2 %, plus de 60 ans = 24,2 %).
Pyramide des âges à Lachaussée-du-Bois-d'Écu en 2007 en pourcentage[19]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,0 
90  ans ou +
2,0 
13,0 
75 à 89 ans
8,1 
10,0 
60 à 74 ans
14,1 
14,0 
45 à 59 ans
17,2 
28,0 
30 à 44 ans
26,3 
14,0 
15 à 29 ans
11,1 
21,0 
0 à 14 ans
21,2 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[20]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Défaite de Corréus, Tableau de Diogène Maillart, XIXe siècle.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Restitute, reconstruite en 1829 après un incendie, en conservant les fenêtres du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Diogène Maillart, peintre né le 28 octobre 1840 à Lachaussée-du-Bois-d'Écu, premier grand Prix de Rome en 1864, décédé en 1926, élève de Léon Cogniet, Cornu et Laemlein. Il a peint deux plafonds du musée Condé à Chantilly[21].Il a peint aussi la Défaite de Corréus, événement lié à l'histoire locale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Victor Leblond éd., Cartulaire de la maladrerie de Saint-Lazare de Beauvais comprenant 406 chartes conservées aux Archives hospitalières de cette ville, Paris, coll. « Publications de la Société académique de l'Oise. Documents, 7 », (présentation en ligne), xliv
    L'auteur indique que frère Gui de Basenville, connu comme commandeur des maisons du Temple en France entre 1249 et 1255 est alors commandeur du Bois-d'Ecu (1255) mais cela parait peu plausible. Il est vraisemblablement toujours maître de cette province à moins qu'il s'agisse d'un homonyme.
  2. Eugène Mannier, Ordre de Malte : Les commanderies du grand-prieuré de France d'après les documents inédits conservés aux Archives nationales à Paris, Aubry & Dumoulin, (lire en ligne), p. 599
  3. 49° 33′ 45″ N, 2° 09′ 56″ E, cf. carte de Cassini
  4. Valérie Bessey, Les commanderies de l'hôpital en Picardie au temps des chevaliers de Rhodes: 1309-1522, , 409 p. (présentation en ligne), p. 204-206 ; Mannier 1872, p. 599-601
  5. Mannier 1872, p. 592-...
  6. « Lachaussée sur le Quid » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le
  7. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Section III de l'article L. 5210-1-1 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance
  9. « Projet de schéma départemental de coopération intercommunale de l'Oise » [PDF], Préfecture de l'Oise,‎ (consulté le 23 octobre 2016), p. 13-25.
  10. « La nouvelle carte intercommunale de l'oise : intercommunalité à fiscalité propre au  », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers,‎ , p. 15.
  11. R. Th., « La fusion des communautés de communes est définitive », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3417,‎ , p. 6 « Les 6 projets de fusion de communautés de communes ou d’agglomération ont tous recueilli une majorité favorable ; ils pourront ainsi tous être conduits à leur terme ».
  12. Sylvie Godin, « Naissance de l'Oise picarde : Jacques Cotel dirige un territoire de 26 500 habitants », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3430,‎ , p. 17.
  13. a et b « La Chaussée du Bois - Hommage : l'émotion de l'ancien maire », Le Bonhomme picard - édition de Grandvilliers,‎ (ISSN 1144-5092)
  14. Le bonhomme picard du 26 mars 2008
  15. « Les maires déjà en place », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3284,‎ , p. 15 (ISSN 1144-5092)
  16. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  19. « Évolution et structure de la population à Lachaussée-du-Bois-d'Écu en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  20. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 12 novembre 2010)
  21. Daniel Delattre, L'Oise : les 693 communes, Ed. Delattre,