Lac du Crescent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lac du Crescent
image illustrative de l’article Lac du Crescent
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Départements Nièvre, Yonne
Géographie
Coordonnées 47° 22′ 24″ nord, 3° 54′ 37″ est
Origine Lac artificiel
Superficie 1,65 km2
Altitude 300 m
Volume 14,25 millions de m3
Hydrographie
Alimentation Cure, Chalaux, Crescent
Émissaire(s) Cure

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

(Voir situation sur carte : Bourgogne)
Lac du Crescent

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac du Crescent

Le Lac du Crescent est un lac artificiel situé au confluent du Chalaux et de la Cure. Il est à cheval sur les départements de la Nièvre et de l'Yonne, dans le parc naturel régional du Morvan.

Le lac-réservoir[modifier | modifier le code]

Géographie[modifier | modifier le code]

À la limite des départements de la Nièvre et de l'Yonne, le lac se situe sur les territoires des communes de Chastellux-sur-Cure, Marigny-l'Église et Saint-Germain-des-Champs.

Il s'étend sur une surface de 165 ha et sa retenue d'une capacité maximale de 14,25 millions de mètres cubes est utilisée par une usine hydro-électrique et permet également d'alimenter l'Avallonnais en eau potable.

Le barrage[modifier | modifier le code]

Le barrage, construit de 1929 à 1932, est haut de 37 m et long de 330 m. Tout comme ses voisins les lacs de Pannecière et de Chaumeçon, il permet de réguler les eaux de l'Yonne et de la Seine pour éviter les crues dans la capitale.

À l'ex "hôtel du lac" situé sur Chastellux au hameau de l'Huis Raquin surplombant le barrage et se trouvant à proximité du restaurant "le Chastellux", on vit Mylène Demongeot dans le téléfilm « Le fantôme du lac » qui fut tourné en 2007. L'héroïne "Jeanne" jouée par Linda Hardy (ex Miss France 1992) disparut dans le "lac du Crescent". En 2015 le réalisateur Michel Gondry pose c'est caméra au Lac du Crescent pour son film microbe et Gasoil

Évolution du volume du réservoir[modifier | modifier le code]

Évolution du volume du lac du Crescent de 2006 à 2008
année / mois jan. fév. mar. avr. mai. jui. jui. aoû. sep. oct. nov. déc.
2006 (en millions de )
(% de la capacité maximale)
10,30
(72%)
11,90
(84%)
13,40
(94%)
10,70
(75%)
12,10
(85%)
13,90
(98%)
13,13
(92%)
12,80
(90%)
11,80
(83%)
11,20
(79%)
11,00
(77%)
11,80
(83%)
2007 (en millions de )
(% de la capacité maximale)
10,60
(74%)
12,10
(85%)
10,60
(74%)
10,70
(75%)
13,20
(93%)
13,80
(97%)
13,37
(94%)
12,60
(88%)
12,40
(87%)
9,33
(65%)
10,50
(74%)
10,90
(76%)
2008 (en millions de )
(% de la capacité maximale)
10,90
(76%)
11,00
(77%)
13,60
(95%)
13,00
(91%)
2,10
(15%)
12,70
(89%)
12,90
(91%)
12,60
(88%)
8,15
(57%)
8,97
(63%)
12,20
(86%)
Source : Bulletins « Inf’eau » de la DIREN de Bourgogne
Lac du Crescent au Pont de Queuzon (Marigny-l'Église)

Histoire[modifier | modifier le code]

Il a été construit entre 1930 et 1933 et a été financé au titre des dommages de guerre dus par l'Allemagne à la France après la Première Guerre mondiale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gérard Corret, Les lacs du Morvan vus du ciel, Carte Performance, 2005, 10 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références