Lac de Tavaneuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Lac de Tavaneuse
Lac de Tavaneuse, vers 1935
Lac de Tavaneuse, vers 1935
Administration
Pays Drapeau de la France France
Département Haute-Savoie
Géographie
Coordonnées 46° 14′ 06″ nord, 6° 43′ 12″ est[1]
Type Naturel
Origine Glaciaire[1]
Superficie 21,6 ha[1]
Longueur 250 m [1]
Largeur 150 m [1]
Altitude 1 805 m[1]
Profondeur
 · Maximale
 
5,9 m[1]
Volume 59 000 m3[1]
Hydrographie
Alimentation Ruisseau de Tavaneuse et deux petits torrents[1]
Émissaire(s) Ruisseau de Tavaneuse[1]
Îles
Nombre d’îles 1[1]

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lac de Tavaneuse

Géolocalisation sur la carte : Haute-Savoie

(Voir situation sur carte : Haute-Savoie)
Lac de Tavaneuse

Le lac de Tavaneuse se trouve en Haute-Savoie sur la commune d'Abondance, dans le Chablais français.

C'est un petit lac de montagne situé à environ 1 805 mètres d'altitude.

Description[modifier | modifier le code]

En 1952, B Dussart décrit le lac de Tavaneuse comme couvrant environ 2 ha et 28 ares, d'une forme losangique, d'une profondeur de 4 à 5 m en moyenne, (5,5 m au maximum) et situé au creux d'un cirque de forme très régulière, à environ 1 805 mètres d'altitude[1],[2].

Sa rive Nord-Orientale étant à cette époque le plus souvent recouverte d'un névé fondant très lentement, alors que le côté Sud-Est est « constituée d'une plaine alluviale très humide, formée par le remblaiement progressif du lac. Cette plaine alluviale sert de lit à un petit affluent dont le delta très large s'étend sur cet ensemble fangeux. Certaines années sèches, l'affluent peut ne plus débiter d'eau au lac (tel en 1949) »[2].

Une carte des fonds de ce lac a été faite le par B Dussart qui en a aussi mesuré la température à différentes profondeurs (températures qu'il juge plus élevée qu'attendue pour un lac de montagne). Il décrit une eau dépourvue de sulfates et très pauvre en nitrate, mais riche en invertébrés, crustacés notamment Daphnia longispina, Alona affinis, Cyclops strenuus et surtout Arctodiaptomus bacillifer. Il note aussi la présence de nombreux insectes sur les berges et autour du lac[2].

Utilisations[modifier | modifier le code]

A l'est la berge est plus accessible et bordée d'un pâturage d'été, mais avec « au bord même de l'eau de nombreux rochers plats interdisant l'accès du lac aux animaux en alpage »[2].

Selon les observations faites dans les années 1940 et début des années 1950, un émissaire situé au nord après quelques mètres de parcours presque horizontal, s'écoulait en une cascade interdisant toute remontée de poissons migrateurs, mais lac a fait l'objet d'un empoissonnement artificiel : 500 alevins d'Omble de fontaine (Saluelinus fontinalis, issus de la pisciculture domaniale deThonon y ont été secrètement introduits le 19 Juillet 1949 par l'Ingénieur M. Bardel des Eaux et Forêts, dont une partie (11 individus) ont été retrouvés adultes en 1951[2].

Il a aussi servi (durant quelques années) de petite réserve hydraulique, ce qui explique la présence d'un petit barrage de sur son émissaire, qui a rehaussé le niveau de l'eau de 60 à 80 cm, en agrandissant significativement sa surface et son volume[2]. Il ne reste que des vestiges de ce muret qui n'a pas été entretenu[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l J. Sesiano, Monographie physique des plans d'eau naturels du département de la Haute-Savoie - France, Université de Genève - Département de minéralogie, , 125 p., p. 71 et table X.
  2. a, b, c, d, e, f et g Dussart B (1952). Contribution à l'étude des lacs du Chablais. Le lac de Tavaneuse, bulletin français de pisciculture, (167), 63-68. .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]