Lac Wiyâshâkimî

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour Lac à l'Eau Claire (Saint-Élie-de-Caxton), voir Lac à l'Eau Claire (Saint-Élie-de-Caxton).

Lac Wiyâshâkimî
Le lac vu depuis la Station spatiale internationale
Le lac vu depuis la Station spatiale internationale
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Administration régionale Kativik
Géographie
Coordonnées 56° 03′ 44″ nord, 74° 06′ 50″ ouest
Type Cratère d'impact
Superficie 1 243 km2
Hydrographie
Émissaire(s) Rivière à l'Eau Claire

Géolocalisation sur la carte : Canada

(Voir situation sur carte : Canada)
Lac Wiyâshâkimî

Géolocalisation sur la carte : Québec

(Voir situation sur carte : Québec)
Lac Wiyâshâkimî

Le lac Wiyâshâkimî, anciennement nommé le lac à l'Eau Claire est une étendue d'eau du Québec, correspondant à un lac de cratère d'impact météorique binaire, situé dans la région administrative Nord-du-Québec, au Québec, au Canada.

Géographie[modifier | modifier le code]

Ce grand lac du Nord québécois, large de 33 km, long de près de 71 km et d'une superficie de 1 243 km2 est situé à 238 m d'altitude[1]. Il représente la source principale de la rivière à l'Eau Claire qui, environ 70 km plus à l'ouest, se jette dans le lac Guillaume-Delisle, porte d'entrée de la baie d'Hudson.

Le lac est formé de deux dépressions qui seraient des cratères d'impact de météorites de 36 et 26 km de diamètre. Alors que ces cratères étaient considérés comme ayant une origine commune, une étude de 2014 tend à prouver qu'ils sont la conséquence de deux impacts distincts, l'un datant de l'ordovicien (460 millions d'années), l'autre du permien (286 millions d'années)[2].

Le lac Wiyâshâkimî et le lac Tasiujaq font partie du parc national Tursujuq d'une superficie de 26 107 km2[3].

Toponyme[modifier | modifier le code]

En 1896, l'explorateur et géologue Albert Peter Low, membre de la Commission géologique du Canada, fournit vraisemblablement l'origine de ce toponyme descriptif en soulignant l'extraordinaire limpidité et la profondeur des eaux glacées du lac. Dans l'ensemble du Québec, on compte une cinquantaine d'entités géographiques, majoritairement des lacs, qui portent le nom d'Eau Claire. Les Inuits l'appellent Allait Qasigialingat[4].

Recueilli en 1978 auprès des Cris, et probablement beaucoup plus ancien, Wiyasakami est un nom ayant pour sens lac à l'eau claire. Jusqu'en 1946, ce lac était désigné sous l'appellation anglaise Clearwater Lakes. Le , le lac a été renommé lac Wiyâshâkimî par la Commission de toponymie dans le but de rendre plus visible le patrimoine autochtone de la région. L'ancien toponyme a été préservé dans l'archipel à l'Eau Claire que compose les centaines d'île du lac[5].

Écologie[modifier | modifier le code]

Le lac Wiyâshâkimî est un des lac abritant une des dernières populations de phoques d'eau douce du Québec (phoque commun de la sous-espèce des Lacs des Loups Marins[6], Phoca vitulina mellonae ), une espèce dont le statut est au Québec « susceptible d'être désigné espèce menacée ou vulnérable » et, au Canada, « en voie de disparition ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. World Lake Database
  2. (en) « Des scientifiques démystifient les origines du lac à l'Eau Claire », sur www.phys.org, (consulté le 31 octobre 2014)
  3. Kativik Regional Government, « Tursujuq », sur Parcs du Nunavik (consulté le 25 janvier 2017)
  4. Source: Noms et lieux du Québec, ouvrage de la Commission de toponymie paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  5. Commission de toponymie, « La Commission de toponymie officialise les noms de quatre entités géographiques du Nord-du-Québec », sur Commission de toponymie, (consulté le 3 mars 2016).
  6. Gouvernement du Canada, Pêches et Océans Canada, Direction générale des communications, « Phoque commun de la sous-espèce des Lacs des Loups Marins », sur www.dfo-mpo.gc.ca (consulté le 27 octobre 2017)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]