Lac Simard (Témiscamingue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lac Simard
Image illustrative de l’article Lac Simard (Témiscamingue)
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Abitibi-Témiscamingue
MRC Témiscamingue
Municipalité Laforce et Moffet
Géographie
Coordonnées 47° 37′ 46″ N, 78° 41′ 26″ O
Type Naturel
Superficie 170 km2
Longueur 18 km
Largeur 12 km
Altitude 263 m
Hydrographie
Alimentation Rivière des Outaouais, ruisseau Vaseux, rivière Winneway, ruisseau de la Pauvreté, ruisseau Klock, cours d'eau Hubert, cours d'eau Breton, rivière Chevreuil.
Émissaire(s) Rivière des Outaouais
Îles
Nombre d’îles 27
Île(s) principale(s) Île Bryson, île La Semelle, île Verte, île du Refuge, île Winneway.
Géolocalisation sur la carte : Canada
(Voir situation sur carte : Canada)
Lac Simard
Géolocalisation sur la carte : Québec
(Voir situation sur carte : Québec)
Lac Simard
Géolocalisation sur la carte : Abitibi-Témiscamingue
(Voir situation sur carte : Abitibi-Témiscamingue)
Lac Simard

Le lac Simard est un plan d'eau douce des municipalités de Laforce et de Moffet (partie Ouest), dans la municipalité régionale de comté (MRC) de Témiscamingue, dans la région administrative de l'Abitibi-Témiscamingue, au Québec, au Canada.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le lac Simard couvre une superficie de 170 km2 et sa surface est à une altitude de 263 m. Ce lac comporte 27 îles dont les plus importantes sont l’île Bryson (longueur : 6,1 km et l’île Winneway (longueur : 3,7 km).

D'une longueur de 18 km et d'une largeur de 12 km, ce lac se situe à environ 25 km à l'ouest du réservoir Decelles et à plus de 50 km à l'est du lac Témiscamingue. Plus précisément, le lac Simard est situé à l'est du lac des Quinze (Témiscamingue), au nord du village de Laforce, à 16,5 km au nord du village de Belleterre, à 19,5 km au nord de la Zec de Kipawa et à 64 km au sud de Rouyn-Noranda.

Les principaux versants hydrographiques voisins sont :

La rivière Outaouais se déverse sur la rive-nord du lac Simard (près de la "pointe de la Chasse-Galerie") et parcourt 6,7 km vers l'ouest en traversant le lac Simard. En amont, les eaux de cette rivière proviennent du réservoir Decelles, situé à l'est du lac. À partir de ce réservoir, en descendant, cette rivière s'alimente des rivières Darlens, Kinojévis et Roger.

Le lac Simard se déverse du côté nord-ouest. En coulant vers l'ouest, le courant traverse successivement les lacs Grassy et "des Quinze".

Le lac Simard s'avère une excroissance considérable de la rivière des Outaouais. Le littoral nord du lac forme deux grandes courbes et la Baie du Crique Noir ; tandis que le littoral sud comporte plusieurs baies : baie de la rivière Chevreuil, baie Klock, baie de la Pauvreté (au Sud-Est), Baie Winneway (à l’Est), Baie des Chicots (au Sud-Est), baie des Chicots et Baie Crow (à l’Ouest).

La municipalité de Laforce et l'établissement amérindien de Winneway s'étendent sur sa rive sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

En 1928, la "Commission de géographie du Québec" officialisa ce toponyme qui évoque l'œuvre de vie de Télesphore Simard. Né en 1863, de Saint-Joachim, dans la grande région de Québec (ville), il gradua comme arpenteur en 1887 de l'Université Laval.

Sous l'égide du gouvernement du Québec, Simard explore les rivières de la Côte-Nord et du Témiscamingue. En 1911, il procède à l'arpentage des villages du nouveau comté d'Abitibi. En 1916, il se présente comme candidat libéral aux élections provinciales. Élu député de Témiscamingue, Simard le demeure jusqu'à sa mort survenue en 1924 à Ville-Marie, dans sa circonscription.

Au début du XXe siècle, l'appellation algonquine de "Mijicowaja" (signifiant un lac quelque peu étendu) désignait le lac Simard. Cette appellation sera remplacée par le nom anglais "Expanse", sans doute à la suite de la construction, vers 1912, d'un barrage aux rapides des Quinze ; ce qui allait accroître significativement la superficie du lac.

Dans son rapport de 1895, l'explorateur John Bignell utilisait l'appellation Winowa pour désigner ce lac. Ce mot qui se rapproche de l'algonquin winneway, signifiant "eaux vives" désigne notamment une baie et une île du sud-est du lac Simard[1].

Le toponyme lac Simard a été officialisé le à la Banque des noms de lieux de la Commission de toponymie du Québec[2].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source: "Noms et lieux du Québec", ouvrage de la Commission de toponymie du Québec, paru en 1994 et 1996 sous la forme d'un dictionnaire illustré imprimé, et sous celle d'un cédérom réalisé par la société Micro-Intel, en 1997, à partir de ce dictionnaire.
  2. Commission de toponymie du Québec - Banque des noms de lieux - Toponyme: "lac Simard"