Lac Chūzenji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la préfecture de Tochigi
Cet article est une ébauche concernant la préfecture de Tochigi.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Lac Chūzenji (中禅寺湖)
Vue du lac.
Vue du lac.
Administration
Pays Japon
Subdivision Préfecture de Tochigi
Géographie
Coordonnées 36° 44′ 12″ N 139° 27′ 33″ E / 36.73667, 139.4591736° 44′ 12″ Nord 139° 27′ 33″ Est / 36.73667, 139.45917
Origine Volcanique
Superficie 11,62 km2
Altitude 1 269 m
Profondeur
 · Moyenne
 
163 m
Hydrographie
Alimentation Rivière Yu

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Tochigi

(Voir situation sur carte : préfecture de Tochigi)
Lac Chūzenji (中禅寺湖)

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Lac Chūzenji (中禅寺湖)

Le lac Chūzenji (中禅寺湖, Chūzenjiko?) est un lac dans le parc national de Nikkō, près de la ville de Nikkō dans la préfecture de Tochigi au Japon.

Topographie[modifier | modifier le code]

Le lac Chūzenji a une superficie de 11,62 km2 pour un périmètre de 25 kilomètres et une profondeur moyenne de 163 mètres. Il est situé à une altitude de 1 269 mètres et est principalement alimenté par la rivière Yu.

Le lac est la source de la rivière Daiya, qui alimente les chutes de Kegon (1 172 mètres) à l'est du lac.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il y a environ 20 000 ans, le volcan Nantai émerge du sol de l'arc volcanique Nord-Est de l'île de Honshū par accumulation de coulées pyroclastiques successives[1]. Les rivières Yu et Daiya ne forment qu'un seul cours d'eau qui s'oriente vers le nord-est aux environs de l'actuel emplacement des chutes de Kegon[2]. Cette première phase d'activité volcanique du mont Nantai se termine il y a 12 000 ans avec des éruptions particulièrement explosives dont les éjectas façonnent le relief environnant[1],[3]. Au cours de cette brève période de formation et d'activité, les épanchements magmatiques du mont Nantai interrompent le cours de la rivière qui serpente au pied de sa face sud. L'eau qui s'accumule le long de ce barrage naturel forme les plaines marécageuses : Senjōgahara et Odashirogahara, et le lac Chūzenji qui, par débordement, à l'est, de la dépression basaltique qui le contient, donne naissance aux chutes de Kegon puis à la rivière Daiya[2],[4].

Le lac Chūzenji a été découvert en 782 par Shōdō Shōnin, un moine bouddhiste, lors de la première ascension du mont Nantai.

Considérée sacré, le mont Natai était interdit aux femmes, aux chevaux et aux vaches jusqu'en 1872[5].

Au milieu de l'ère Meiji et au début de l'ère Showa, de nombreuses ambassades européennes faisaient construire des villas de villégiature autour du lac. L'ambassade italienne a été restaurée et est à présent ouverte au public[6].

On trouve aussi, autour du lac, le sanctuaire Futara, construit en 790, le temple Chuzenji et les chutes Kegon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (ja) Kohei Hirano et Masaki Takahashi, « 日光男体火山最末期噴出物の斑晶鉱物化学組成とマグマ溜りプロセス » [« Chemical composition of phenocrysts in products of the last eruption of Nikko-Nantai Volcano, central Japan, and its implications for the processes in magma chamber »], roceedings of the Institute of Natural Sciences, Tokyo, Nihon University, vol. 41,‎ , p. 123 (ISSN 1343-2745, lire en ligne [PDF]).
  2. a et b (en) Smithsonian Institution, « Nantai », sur www.volcano.si.edu (consulté le 8 mai 2016)
  3. (en) Yasuo Ishizaki, Teruki Oikawa et Yuko Okamura, « AMS 14C dating of lacustrine and pyroclastic deposits in summit crater of Nantai volcano, NE Japan : Evidence of Holocene eruption », Journal of Mineralogical and Petrological Sciences, vol. 105, no 4,‎ , p. 215 (ISSN 1349-3825, DOI 10.2465/jmps.090218, lire en ligne [PDF]).
  4. (ja) Shizuoka Prefecture, « 日光富士/下野富士[男体山] » [« Nikko Fuji/Shimo Fuji (mont Nantai) »],‎ (consulté le 6 mai 2016).
  5. (ja) 北川村役場, « 旧日光市歴史年表 (明治・大正) » [« Chronologie historique : de l'ère Meiji à l'ère Taishō »], sur www.city.nikko.lg.jp (consulté le 15 mars 2016).
  6. Philippe Pons, « Claudel, sa "villa" et le sens du Japon », sur www.lemonde.fr,‎ (consulté le 15 mars 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :