Laboutarié

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Laboutarie)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laboutarié
Laboutarié
Mairie de Laboutarié
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Arrondissement d'Albi
Canton Le Haut Dadou
Intercommunalité Communauté de communes Centre Tarn
Maire
Mandat
Serge Bourrel
2014-2020
Code postal 81120
Code commune 81119
Démographie
Population
municipale
492 hab. (2016 en augmentation de 6,72 % par rapport à 2011)
Densité 91 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 47′ 02″ nord, 2° 07′ 08″ est
Altitude Min. 169 m
Max. 271 m
Superficie 5,39 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte administrative du Tarn
City locator 14.svg
Laboutarié

Géolocalisation sur la carte : Tarn

Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Laboutarié

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laboutarié

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laboutarié

Laboutarié (La Botariá en occitan) est une commune française, située dans le département du Tarn en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située entre Graulhet et Réalmont ; sur la commune passent le Dadou, le ruisseau de Lézert et l'Assou.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune de Laboutarié est bordée par le Dadou[1], sous-affluent du Tarn, et est arrosée par l'un de ses affluent, l'Assou[2].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Lors de la Seconde Guerre mondiale, Laboutarié fut occupée comme le reste de la zone libre au cours du mois de Novembre 1942. Une intense activité résistante se développa comme dans l'ensemble du Tarn, avec une activité particulière dans le sauvetage de familles juives (la famille Breil, du village voisin de Montdragon, a été reconnue comme Juste pour avoir caché la famille Levy (https://www.ajpn.org/commune-Montdragon-81174.html). Le Maire de Laboutarié laissait régulièrement une fenêtre de la Mairie mal fermée, afin de permettre à un résistant local (Louis Gillot) d'accéder aux tampons et supports de faux papiers, à usage de la résistance et des juifs en fuite vers l'Espagne; Laboutarié était en effet située hors des grands axes, entre Albi et Sorèze, hauts lieux de protection des juifs, et plus au Sud l'Espagne. Un parachutage d'armes eut lieu une nuit sur le site du stade. Les armes furent cachées dans un bâtiment annexe de la mégisserie de la Société des Extraits de Gambier, que l'armée allemande avait réquisitionné pour stocker des céréales, des meubles et du matériel saisi aux Tarnois. Cette tactique de cache extraordinaire était rendue possible par le fait que cette annexe était l'atelier de séchage des peaux, alimenté par de grandes conduites d'air chaud venant de la chaudière située dans le bâtiment principal : les résistants avaient acheminé les armes par ces conduites et les avaient caché à leur extrémité, sous le plancher sur lequel l'armée allemande stockait ses prises. Une cache bien gardée, en somme.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 En cours Serge Bourrel    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Jumelage[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4]. En 2016, la commune comptait 492 habitants[Note 1], en augmentation de 6,72 % par rapport à 2011 (Tarn : +2,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
144126157208172187173188182
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
165175161178168188176165173
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
198243233256266222215222251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
270303331429381387439447454
2013 2016 - - - - - - -
483492-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le sprint intermédiaire de la 13e étape du Tour de France 2015 a lieu dans la commune[7].

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Artisanat et industrie[modifier | modifier le code]

Laboutarié a sur son territoire les anciennes mégisseries de la Société des Extraits de Gambier, qui produisait les peaux d'agneau de la plus haute qualité, grâce à l'utilisation d'extraits d'écorces importées des îles de Gambier, dans le Pacifique. La société était gérée par Louis Gillot, associé à des actionnaires britanniques. Cette activité a pris fin avec la seconde guerre mondiale, les flux maritimes nécessaires à l'importation des écorces étant brutalement interrompus. Pendant la guerre l'usine fut réquisitionnée par l'armée allemande ... et utilisée simultanément comme cache d'armes pour la Résistance, à laquelle appartenait Louis Gillot (voir section Histoire). L'usine, qui était construite sur le site d'un ancien moulin dont subsiste le barrage sur la Dadou, est aujourd'hui désaffectée.

Activités de service[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-Baptiste de Laboutarié.
  • Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]