Laboratoires Vendôme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Laboratoires Vendôme
Création 1981
Dates clés 1981 (création)
1985 (achat du Petit Marseillais)
2002 (MBO)
2006 (rachat par Johnson & Johnson)
Disparition Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Marcel Elias
Forme juridique SAS
Siège social Dijon
Drapeau de la France France
Actionnaires Johnson & JohnsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Cosmétique, dermo-cosmétique, soins pour bébé
Société mère Johnson & Johnson
Effectif 130 (la fabrication est faite par des sous-traitants)
SIREN 441060498[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web http://www.gammelaboratoiresvendome.fr

http://www.peaux-sensibles.com
http://www.lepetitmarseillais.com
http://www.prim-age.com


Chiffre d'affaires 190 941 887 EUR (2008)[2]
Société suivante Johnson & JohnsonVoir et modifier les données sur Wikidata

Laboratoires Vendôme était une entreprise française du secteur des cosmétiques. C'est aussi une marque de produits d'hygiène du corps, qui appartient à la société suisse Cilag (Schaffhouse), filiale de Johnson & Johnson.

La fabrication et la commercialisation ont été confiées à la société Bolton Group.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée en 1981 à Dijon par la famille Monot, propriétaire des laboratoires Monot, sur une idée du directeur financier de l'entreprise Marcel Elias, la PME dijonnaise ambitionne à l'époque de se développer en premier lieu dans les grandes surfaces, alors en plein essor, avec un réseau de distribution parallèle dans les pharmacies[3].

Commercialisant tout d'abord la marque Prim'Age, les Laboratoires Vendôme entament leur développement en rachetant en 1985 la marque Le Petit Marseillais pour 200 000 francs. Alors en vente dans les pharmacies du Vaucluse, la marque avait été créée par un ancien journaliste du Dauphiné Libéré qui avait remis au goût du jour la recette du savon de Marseille[3]. En changeant l'emballage et le logo pour rendre le produit plus « français » (marinière sur le garçon du logo, accent mis sur le savon de Marseille) et en segmentant son offre pour rentrer dans le haut de gamme, la marque s'arroge 5 % de parts de marché dès sa première année. La marque s'est ensuite diversifiée dans les produits pour la douche au début des années 1990 et dans les shampoings en 2000.

En 2002, Marcel Elias, le PDG des laboratoires Vendôme depuis 1996, prend avec son équipe dirigeante le contrôle de la société, avec 57 % du capital, à la suite d'un MBO[4] avec le fonds d'investissement 3i, qui apporte lui 33 millions d'euros pour le rachat de 45% de la société. En 2005, la marque Le Petit Marseillais est première sur le marché français des produits lavants (savons liquides et solides, gels douches et produits pour le bain) avec 15,7 % de parts de marché[5] et représente 70 % du chiffre d'affaires des laboratoires Vendôme[6].

Elle rachète en 2005 à la société Savonnerie et parfumerie Bernard les marques Persavon, La Perdrix et Laboratoires Bernard[7].

En 2006, les Laboratoires Vendôme enregistrent un chiffre d'affaires de près de 160 millions d'euros sur l'année. La même année, l'entreprise est cédée au groupe pharmaceutique américain Johnson & Johnson[8] pour un montant non communiqué[9].

L'entreprise n'est plus enregistrée au registre du commerce depuis 2009 et n'existe donc plus[10], les produits de l'entreprise étant aujourd'hui distribués par Johnson & Johnson (Le Petit Marseillais) et Bolton Solitaire.

Autres marques[modifier | modifier le code]

Les laboratoires Vendôme ont commercialisé la marque Biactol, fabriquée par le groupe Boots (entreprise) (en), jusqu'en 2006[11].

Depuis leur rachat par le groupe Johnson & Johnson, ils commercialisent également certains de leurs produits, notamment les marques Vania et Nett.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]