Laboratoire souterrain de Modane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
LSM
Image illustrative de l'article Laboratoire souterrain de Modane
Logo du laboratoire

Création 1982
Localisation Modane
Domaines Physique des particules, radioactivité
Directeur Fabrice Piquemal
Effectif total 14
Rattachement IN2P3 (CNRS) et IRFU (CEA) puis UGA
Code UMR 6417
Localisation
Coordonnées 45° 08′ 31″ nord, 6° 42′ 02″ est
Ville Modane, Savoie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Laboratoire souterrain de Modane

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Laboratoire souterrain de Modane

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
Laboratoire souterrain de Modane

Le Laboratoire Souterrain de Modane (LSM) est un laboratoire français, unité mixte de l'IN2P3 (institut du CNRS), et de l'Université Grenoble-Alpes (précédemment l'Institut de recherche sur les lois fondamentales de l'univers (IRFU)) inauguré en 1982 à 1 700 m sous la montagne au milieu du tunnel routier du Fréjus (Savoie). Des expériences de recherche fondamentale en physique des particules et astrophysique y sont menées à l'abri des rayons cosmiques. Alors que 8 à 10 millions de rayons cosmiques atteignent chaque jour chaque m² de la surface de la Terre, seuls 4 rayons cosmiques/m²/j parviennent jusqu'au laboratoire. Le LSM est ainsi le laboratoire souterrain le plus profond d'Europe et il est dans le top 3 mondial.

En 2005, un accord de partenariat (Laboratoire International Associé) a été signé avec l'Institut unifié de recherches nucléaires[1] de Dubna (Russie). Il a été reconduit en 2009 en intégrant un nouveau partenaire : l'Université technique de Prague[2] (République Tchèque).

Un projet d'extension de ce laboratoire, dénommé DOMUS (Deep Observatory for Multidisciplinary Underground Science), vise à passer le volume total du laboratoire de 3 500 à 17 000 m3 dans l'optique de futures expériences à partir de 2015[3].

Expériences[modifier | modifier le code]

Les expériences de physique des particules se déroulant au LSM sont les expériences EDELWEISS (recherche de la matière noire), NEMO (génération 3 achevée en 2011)[4], devant donner lieu à SUPER-NEMO), TGV[5] (Télescope Germanium Vertical - recherche de la Double désintégration bêta), et SHIN[6] (recherche d'isotopes de longue durée de vie d’éléments super lourds). D'autres expériences de microélectronique, de biologie, de spectrométrie gamma ou d'étude des neutrons profitent des conditions bas bruit de fond du LSM.

Découvertes et observations[modifier | modifier le code]

  • 1983-1988 : recherche de désintégration de proton, dont le temps de vie s'avérant plus long que prévu conduit à l'élimination de la théorie SU5.
  • 2011 : Démontage de l'expérience NEMO de recherche des désintégrations double bêta sans émission de neutrino. Après 7 ans de prises de données, la limite inférieure observée de la demi-vie du processus double bêta sans neutrino du molybdène-100 est de 1024 années. Selon les modèles nucléaires, cela correspond à une masse effective du neutrino inférieure à 0,5 - 1,0 eV.
  • Mars 2011 - Résultat final d'une recherche de WIMP menée avec les détecteurs Ge-ID[7]. La collaboration EDELWEISS a effectué une recherche de matière noire sous forme de WIMPs avec un ensemble de dix détecteurs cryogéniques de 400g en germanium, au Laboratoire Souterrain de Modane. L'utilisation combinée de senseurs thermiques et d'électrodes avec une géométrie interdigitée permet la réjection efficace de la radioactivité gamma ainsi que des interactions proches de la surface. Une exposition effective totale de 384 kg.jours a été obtenue, essentiellement après une opération continue de 14 mois. Cinq candidats reculs nucléaires sont observés au-dessus de 20 keV, alors que le bruit de fond estimé est de moins de trois événements. Le résultat est interprété en termes de limites sur la section efficace spin-indépendante d'interaction WIMP-nucléon. Une section efficace de 4.4x10^-8 pb est exclue à 90 % pour une masse de WIMP de 85 GeV. De nouvelles contraintes sont aussi apportées sur les modèles pour lesquels la diffusion WIMP-nucléon est inélastique.

Projets[modifier | modifier le code]

  • Le projet SUPERNEMO[8] vise à doter le LSM d'un détecteur NEMO plus puissant, apte à détecter une radioactivité double-bêta issue de neutrinos de masse comprise entre 0,0001 eV et 1 eV.
  • Le projet international MEMPHYS (MEgatonne Mass PHYSics) de recherche et étude d'événements rares induits par les neutrinos terrestres et extraterrestres, est pressenti pour être installé au LSM[9] dans le cadre du projet européen LAGUNA[10].
  • Le projet EURECA[11] a vocation à succéder à EDELWEISS.

Annexes[modifier | modifier le code]

Au laboratoire enterré à 1 700 m est adjoint un bâtiment administratif, le « Carré Sciences », qui accueille une exposition permanente, les « petits secrets de l'univers »[12], (entrée gratuite) destinée à la vulgarisation pour le grand public, situé dans la zone d'activités des Terres Blanches à Modane.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]