Laboratoire atmosphères, milieux, observations spatiales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir LATMOS.

Le Laboratoire Atmosphères, Milieux, Observations spatiales (LATMOS) est un laboratoire de recherche français spécialisé dans l'étude des processus physiques et chimiques de l'atmosphère terrestre, l'étude des planètes et petits corps du système solaire (atmosphères, surfaces, sub-surfaces) ainsi que la physique de l'héliosphère, de l'exosphère des planètes, et des plasmas du système solaire. Il emploie 230 personnes dont 150 permanents.

Historique et tutelle[modifier | modifier le code]

Le LATMOS a été créé début 2009 par regroupement du Service d'aéronomie (SA) avec une partie du Centre d'étude des environnements terrestres et planétaires (CETP) tous deux implantés en Région parisienne. Le LATMOS est une unité mixte de recherche (UMR 8190) placée sous la tutelle du CNRS, de l'Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) et de l'Université Pierre-et-Marie-Curie (Sorbonne Université depuis 2018). Il fait partie de l'observatoire des sciences de l'univers de l'UVSQ et de l'Institut Pierre-Simon-Laplace (IPSL).

Départements scientifiques et thèmes de recherche[modifier | modifier le code]

Photo de groupe lors de la présentation du projet LHASTEC au LATMOS à Guyancourt, en 2017.

Le laboratoire regroupe environ 230 personnes dont 150 permanents organisés en 6 départements scientifiques et 3 départements techniques.

Héliosphère, exosphères planétaires, plasmas et interfaces (HEPPI)[modifier | modifier le code]

Le département Héliosphère, exosphères planétaires, plasmas et interfaces (HEPPI) travaille sur trois thèmes[1] :

Instrumentation, modélisation en planétologie, exobiologie et comètes (IMPEC)[modifier | modifier le code]

Les travaux du département Instrumentation, modélisation en planétologie, exobiologie et comètes (IMPEC), qui emploie une quinzaine de personnes, portent principalement sur le développement d'instrumentation spatiale embarquée à bord de sondes spatiales. Il contribue sous la supervision du CNES au développement d'expériences embarquées dans des sondes[2] :

Ces expériences servent la plupart du temps à sonder l'atmosphère des planètes ou à étudier la surface d'objets du système solaire sur place. Les chercheurs du laboratoire effectuent également des mesures avec des instruments depuis le sol terrestre.

Stratosphère, haute troposphère et interfaces (SHTI)[modifier | modifier le code]

Le département Stratosphère, haute troposphère et interfaces (SHTI) recueille des données et étudie la physique et la chimie de la haute troposphère, de la stratosphère et de la mésosphère. Les travaux portent sur la destruction de l'ozone stratosphérique, les échanges entre la troposphère et la stratosphère, la dynamique de l'atmosphère moyenne, la microphysique des aérosols et des nuages, les relations Soleil-Terre, les interactions atmosphère neutre-activité électrique, le couplage chimie-climat. Le département dans le cadre de son activité développe des lidars et des spectromètres fonctionnant en ultraviolet et en lumière visible. Il est à l'origine d'instruments emportés sous ballons, d'instrumentation embarquée à bord de satellites[3]

Statistique, processus, aérosols, cycle de l'eau (SPACE)[modifier | modifier le code]

Transport, aérosol, chimie dans la troposphère (TACT)[modifier | modifier le code]

Le département Transport, aérosol, chimie dans la troposphère (TACT) travaille dans plusieurs projets internationaux de recherche sur l'ozone troposphérique et sur la composition chimique de la troposphère. Il participe également à des projets d'étude de la qualité de l'air et de la pollution à l'échelle régionale[4].

Étude des surfaces : télédétection, expérimentation, représentation (ESTER)[modifier | modifier le code]

Le département Étude des surfaces : télédétection, expérimentation, représentation (ESTER) étudie les échanges entre l'atmosphère et les surfaces continentales et océaniques ainsi que l'étude surfaces et des sub-surfaces[5]

Instruments de mesures[modifier | modifier le code]

Le LATMOS, et ses prédédesseurs (service d'aéronomie, Centre d'étude des environnements terrestres et planétaires) ont développé, seuls ou en collaboration, un certain nombre d'instruments de mesure notables. Notamment :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]


Références[modifier | modifier le code]

  1. « page d'accueil du site de l'équipe HEPPI », sur latmos.ipsl.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  2. « page d'accueil du site de l'équipe IMPEC », sur latmos.ipsl.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  3. « page d'accueil du site de l'équipe SHTI », sur latmos.ipsl.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  4. « page d'accueil du site de l'équipe TACT », sur latmos.ipsl.fr (consulté le 24 octobre 2014)
  5. « page d'accueil du site de l'équipe ESTER », sur latmos.ipsl.fr (consulté le 24 octobre 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]