Safran Electrical & Power

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Labinal Power Systems)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une entreprise image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant une entreprise et l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?).
Les entreprises étant sujet à controverse, n’oubliez pas d’indiquer dans l’article les critères qui le rendent admissible.

Consultez la liste des tâches à accomplir en page de discussion.

Safran Electrical & Power
logo de Safran Electrical & Power

Logo

Création 1921
Dates clés 2005 : Création du groupe Safran
2014 : Labinal devient Labinal Power Systems
2016 : Labinal Power Systems devient Safran Electrical & Power
Siège social Drapeau de France Blagnac (France)
Direction Alain Sauret, PDG
Activité Systèmes électriques, câblage aéronautique et sous-traitance
Produits Génération électrique, distribution électrique, ventilation et systèmes d'interconnexion du câblage électrique
Société mère Safran
Effectif 12 000 salariés (en 2014)
Site web http://www.labinal-power.com/?lang=fr

Safran Electrical & Power, anciennement Labinal Power Systems, occupe une position mondiale de premier plan dans le domaine de la conception, de la production, de l’installation et de maintenance des systèmes de câblages électriques, de l’ingénierie et de la technique associées sur les marchés aéronautiques, spatiaux et de défense[réf. nécessaire].

Implantée à plusieurs endroits dans le monde, Safran Electrical & Power propose son savoir-faire industriel et son expérience au service des principaux constructeurs aéronautiques mondiaux, tels Boeing et Airbus. Labinal Power Systems propose désormais à ses clients une stratégie « end to end » allant de la conception à l’installation, en passant par l’ingénierie, adaptable aux besoins spécifiques des clients.

Historique[modifier | modifier le code]

Labinal a été créée en 1921 avec la fondation de la S.A Labinal[1],[2]. Présente depuis toujours sur le marché aéronautique, la société a participé dès les années 1960 à l’étude des installations électriques des avions Fouga, Vautour et Caravelle, ce qui a favorisé l’implantation d’un atelier de câblages électriques aéronautiques à Villemur-sur-Tarn.

La collaboration avec Airbus sera marquée dans les années 1980 par le lancement de la production de câblages pour l’Airbus A300 puis pour toute la famille des avions Airbus et ATR.

Labinal a affirmé dès 1986 une volonté d’implantation mondiale en créant des filiales aux États-Unis, en Allemagne et en Grande-Bretagne, suivies plus tard par l’acquisition d’Aerotec au Mexique et la création d’un site de production au Maroc.

Les décennies 1990 et 2000 ont été marquées par de nombreuses collaborations avec Boeing : développement et la fourniture exclusive des câblages électriques du MD95 (B717), contrat de sous-traitance globale pour le câblage des ailes sur tous les programmes Boeing, sélection pour l’étude, la qualification et la réalisation des systèmes de liaisons électriques du programme B787, etc.

logo de labinal (2010)
logo de 2010 à 2016.

Récemment[Quand ?], Labinal a été sélectionnée par Airbus pour la réalisation de 80 % des câblages de l’A380, pour les études, le développement, l’industrialisation, la fabrication et le test des harnais électriques pour la pointe avant et le poste de pilotage de l’avion militaire de transport A400M ainsi que pour le développement et la production de l’Electrical wiring interconnection system du fuselage complet de l’A350XWB.

En 2005, le groupe Safran est créé à la suite du rapprochement de Snecma et Sagem, Labinal appartient à la branche Équipements du Groupe.

En mars 2010, la branche DIT de Labinal fusionne avec Teuchos, également membre du groupe Safran, et prennent ensemble le nom de Safran Engineering Services qui reste filiale de Labinal.

Le 1er septembre 2010, Karen Bomba est nommée à la tête de Labinal (PDG) ; en 2013, Alain Sauret lui succède.

En janvier 2014, Labinal Power Systems regroupe les activités liées à la conception des systèmes électriques des avions : les câblages de Labinal, l'électronique de puissance de Safran Power, les équipements de l'ex-Goodrich Electrical Power Systems, les petits ventilateurs de Technofan et les prestations d'ingénierie de Safran Engineering Services[3]. En 2016, toutes les sociétés du groupe prennent le nom Safran, et Labinal Power Systems est renommé Safran Electrical & Power[4].

Établissements[modifier | modifier le code]

Générateur à fréquence variable de l’Airbus A380.
Meuble de distribution électrique pour la famille Airbus A320.

Europe[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

  • Ajaccio : Production câblage
  • Blagnac : Siège social
  • Vichy : Production câblage
  • Villemur-sur-Tarn : Production câblage, Recherche & Technologie
  • Vitrolles : Ingénierie et technologie
  • Réau : Ingénierie et production d'équipements électriques
  • Mérignac : Pilotage prestations câblage

Allemagne[modifier | modifier le code]

  • Hambourg : Ingénierie et technologie

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Almondsbury : Ingénierie et technologie
  • Pitstone : Fabrication, Production et conception de générateurs électriques.

Maroc[modifier | modifier le code]

  • Témara (Zone industrielle de Ain Atiq) : Production câblage
  • Casablanca : Matis Aerospace

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Mexique[modifier | modifier le code]

  • Chihuahua : Production câblage, ingénierie et technologie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cf. « Labinal », sur BNF (consulté le 19 mai 2016).
  2. Cf. Andrew Fletcher, Connector Industry: A Profile of the European Connector Industry : Market Prospects to 1999, Elsevier Advanced Technology, (réimpr. 1995 (6e)) (ISBN 1856172546), p. 102.
  3. Bruno Trevidic, « Safran crée une filiale dédiée à « l'avion plus électrique » », sur www.lesechos.fr,‎
  4. Bruno Trévidic, « Philippe Petitcolin : « Toutes les sociétés du groupe s’appelleront Safran » », sur www.lesechos.fr,‎