Labastide-du-Temple

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labastide.
Labastide-du-Temple
Le village autour de l'église Saint-Christophe.
Le village autour de l'église Saint-Christophe.
Blason de Labastide-du-Temple
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Castelsarrasin
Canton Castelsarrasin
Intercommunalité Communauté de communes des Terrasses et Plaines des deux cantons
Maire
Mandat
Kléber Leygue
2014-2020
Code postal 82100
Code commune 82080
Démographie
Gentilé Bastidiens
Population
municipale
1 177 hab. (2014)
Densité 108 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 09″ nord, 1° 11′ 45″ est
Altitude Min. 69 m – Max. 94 m
Superficie 10,92 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

Voir sur la carte administrative de Midi-Pyrénées
City locator 14.svg
Labastide-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Labastide-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labastide-du-Temple

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labastide-du-Temple
Liens
Site web www.labastide-du-temple.fr/

Labastide-du-Temple est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située entre Castelsarrasin et Montauban.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune porte le nom écourté de Labastide[1].

Ses habitants sont appelés les Bastidiens[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1971 mars 2001 Gérard Prieur    
mars 2001 en cours Kléber Leygue UDI  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 177 habitants, en augmentation de 11,78 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
717 710 671 761 775 808 779 848 803
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
772 786 767 721 746 738 685 655 598
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
569 546 525 482 473 461 452 501 522
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
575 552 588 605 783 803 1 020 1 101 1 177
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Situé entre la sous-préfecture de Castelsarrasin et la préfecture de Montauban, l'ancien village huguenot est devenu en partie une cité dortoir pour les salariés des deux principaux centres d'activités économiques du département.

Si les arboriculteurs sont encore nombreux, deux entreprises du secteur industriel se sont solidement implantées : Alméca, un des principaux fabricants français de pièces pour coussins gonflables de sécurité (« airbag »), et Absoger, chef de file mondial de la conservation des fruits[6]. Ces deux entreprises familiales emploient aujourd'hui respectivement 24 et 44 salariés[7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Labastide-du-Temple Blason D'argent à trois billettes couchées d'azur.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Mot du maire sur le site de la municipalité.
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  6. (fr)Max Lagarrigue, « Absoger transforme l'azote en or », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)
  7. (fr)Max Lagarrigue, « Chômage partiel pour les ateliers d'Almeca », La Dépêche du Midi,‎ (lire en ligne)