Labastide-Castel-Amouroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de Lot-et-Garonne
Cet article est une ébauche concernant une commune de Lot-et-Garonne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labastide.
Labastide-Castel-Amouroux
La mairie (octobre 2015).
La mairie (octobre 2015).
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Marmande
Canton Les Forêts de Gascogne
Intercommunalité Communauté de communes des Coteaux et des Landes de Gascogne
Maire
Mandat
Nicole Bernadet
2014-2020
Code postal 47250
Code commune 47121
Démographie
Gentilé Labastidois
Population
municipale
317 hab. (2014)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 20′ 25″ nord, 0° 07′ 34″ est
Altitude Min. 51 m – Max. 172 m
Superficie 11,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aquitaine

Voir sur la carte administrative d'Aquitaine
City locator 14.svg
Labastide-Castel-Amouroux

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Labastide-Castel-Amouroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Labastide-Castel-Amouroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Labastide-Castel-Amouroux

Labastide-Castel-Amouroux est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au nord-est de Casteljaloux dans les Landes de Gascogne en landes de Lot-et-Garonne.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes en sont Sainte-Gemme-Martaillac au nord-est, Leyritz-Moncassin au sud-est, Casteljaloux dans un grand sud et sud-ouest, Poussignac à l'ouest et Grézet-Cavagnan au nord-ouest.

Communes limitrophes de Labastide-Castel-Amouroux[1]
Grézet-Cavagnan Sainte-Gemme-Martaillac
Poussignac Labastide-Castel-Amouroux[1]
Casteljaloux                Leyritz-Moncassin

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les principaux lieux-dits de la commune sont :

  • Archambaud, à proximité du bourg de Veyries, où se situe un château du XIXe siècle,
  • L'enclos de Maupas, au sud-ouest, sur la route départementale D933 (Marmande au nord et Casteljaloux au sud),
  • Gravillon, au nord-ouest, également sur la route départementale D933,
  • Labastide, au nord-nord-ouest, dont l'église est en ruine,
  • Massilos, au sud-est,
  • Le Plantey, à l'ouest, où est implantée une ferme de Midatest[2], station d’évaluation sur descendances des qualités maternelles en race Blonde d'Aquitaine et où se trouve un château du XIXe siècle,
  • Saint-Gény, à l'est, où se trouvent les vestiges d'une église romane,
  • Veyries, au centre, chef-lieu de la commune, où se trouvent la mairie et l'église paroissiale,

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est arrosé par l'Avance qui coule, du sud vers le nord, en limite communale ouest de Casteljaloux et de Poussignac.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune proviendrait du terme bastide en tant que bâtiment ou en tant que ville provenant du terme occitan bastida qui désigne une « maison à terre » par opposition à la maison en hauteur ou une ville neuve au XIIIe siècle, et de son nom ancien Castelamoros cité par la charte anglaise de 1287 (cf. Histoire).
Une légende, au sujet de l'origine du nom de la ville voisine de Casteljaloux, raconte qu'il serait dû à la jalousie d’un seigneur des environs. Le CRDP de Bordeaux va plus loin en attribuant cette jalousie au seigneur de Casteljaloux à l'encontre de celui de Castel-Amouroux et pose la question de savoir s'ils étaient amoureux de la même dame[3] ; il n'y a qu'un léger pas à faire pour en déduire l'attribution de surnoms auxdits seigneurs...

En occitan, le nom de la commune est La Bastida de Castèl Amorós.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'historien local Jean Lepargneur, raconte, en 1948, le choix du parti anglais par la cité de Castelamouroux :

« En 1286, au nom de leur cité, les six consuls de Castelamouroux rendirent hommage au roi Édouard Ier d'Angleterre, lui prêtant serment de fidélité et d'obéissance. La bastide adopta la charte des coutumes et privilèges accordée le 22 décembre 1287 par l'Angleterre. La « ville » fut officiellement unie à la couronne anglaise en 1317 par Édouard II et traversa ensuite non sans mal les conflits qui se succédèrent[4]. »

Avec les siècles, il ne reste rien de ladite bastide et le village, composé de plusieurs lieux-dits et écarts, a vu son habitat majoritairement concentré dans le bourg de Veyries où se trouve la mairie et l'église paroissiale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 2008 Colette Téchené   Retraitée comptabilité
mars 2008 mars 2014 Nicole Bernadet   Assistante de production[5]
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Labastidois[6].

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans.

Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 317 habitants, en diminution de -1,86 % par rapport à 2009 (Lot-et-Garonne : 1,06 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 214 909 1 050 1 218 1 022 1 083 1 081 1 105 1 062
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 082 1 092 1 085 1 097 1 105 516 516 465 459
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
417 420 402 343 349 343 326 278 299
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
284 237 258 326 296 291 319 319 317
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église paroissiale actuelle, Notre-Dame de Veyries, d'architecture romane, serait une fondation des Templiers ; elle a été abondamment remaniée au cours du XIXe siècle, rehaussement en 1832, ajout de chapelles en 1882, restauration du sanctuaire en 1896[11].
  • L'église Notre-Dame de Labastide, construite au XIIIe siècle et d'architecture gothique, ne subsiste plus aujourd'hui qu'à l'état de vestiges[12].
  • L'église Saint-Gény, construite au XVe siècle présente une architecture de la dernière époque gothique, n'est plus aujourd'hui qu'amas de ruines[13].
Dans l'enclos de l'église, une croix de cimetière sans ornementation subsiste parmi des pierres tombales éparses[14].
  • Le château du Plantey, au lieu-dit Plantey dans le nord-ouest du territoire communal, a été construit au XIXe siècle dans le style néo-médiéval[15].
  • Le Château de Lacaze

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Labastide-Castel-Amouroux sur Géoportail, consulté le 10 octobre 2015.
  2. Site de France Génétique Élevage, consulté le 10 octobre 2015.
  3. [PDF] Casteljaloux, la ville aux multiples visages sur le site Canopé de Lot-et-Garonne, Littérature jeunesse.
  4. La baylie royale s'est oubliée, Emmanuelle Pédezert pour Sud Ouest.fr du 9 août 2011, consulté le 10 octobre 2015.
  5. http://www.adm47.asso.fr/annuaire.php?fiche=202&type=0 sur le site de l'Amicale des Maires de Lot-et-Garonne
  6. Labastide-Castel-Amouroux sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Église de Veyries sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.
  12. Vestiges de l’église de Labastide sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.
  13. Église Saint-Gény sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.
  14. Croix de cimetière de Saint-Gény sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.
  15. Château du Plantey sur le site « Visites en Aquitaine - Région Aquitaine » (CC-BY-SA), consulté le 10 octobre 2015.