La machine s’arrête

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La machine s’arrête (titre original : The Machine Stops) est une nouvelle d'anticipation publiée en par l'écrivain britannique Edward Morgan Forster.

Résumé[modifier | modifier le code]

La nouvelle décrit un futur technologique dans lequel les être humains vivent servis par - ou sous l'emprise de - « La Machine », dans le sous-sol terrestre.

Celle-ci pourvoit à tous leurs besoins dans leur appartement-cellule, qu'ils n'éprouvent guère le besoin de quitter : le monde étant pareil partout, à quoi pourrait-il servir de voyager ? Les réseaux de transport souterrain ou aérien fonctionnent cependant, de manière locale comme intercontinentale, mais ne sont que peu utilisés. Les télécommunications visuelles fonctionnant très bien, les humains ne se rencontrent physiquement que fort peu.

À travers une histoire de fils souhaitant parler à sa mère sans intermédiaire technologique de ce qu'il a découvert au fil du temps, l'auteur interroge quelques-uns des thèmes essentiels des études des sciences et technologies contemporaines. Quelques menus inconvénients qui se sont cumulés au fil du temps suggèrent que la machine ne fonctionne plus aussi bien qu'autrefois et personne ne sait vraiment comment y remédier. La fin sera apocalyptique.

Édition en français[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]