La face de Bellevarde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La face de Bellevarde
Image illustrative de l’article La face de Bellevarde
Plus de 80 % de la piste est visible depuis le centre de Val d'Isère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Localité Val d'Isère
Massif Massif de la Vanoise (Alpes)
Coordonnées 45° 26′ 43″ nord, 6° 58′ 25″ est
Discipline Ski alpin (Descente, Super-G, géant, slalom)
Événements Coupe du monde de ski alpin
Jeux olympiques
Championnats du monde
Descente
Altitude de départ 2 807 m
Altitude d'arrivée 1 848 m
Dénivelé 959 m
Longueur 2 988 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
La face de Bellevarde

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
La face de Bellevarde

Géolocalisation sur la carte : Savoie

(Voir situation sur carte : Savoie)
La face de Bellevarde

La face de Bellevarde est une piste noire de ski alpin, située sur le domaine skiable de Val d'Isère.

La piste est voulue par le triple champion olympique français Jean-Claude Killy et dessinée par le champion olympique suisse Bernhard Russi[1],[2].

Elle relie le rocher de Bellevarde au village de Val d'Isère en serpentant sur le versant est du sommet, tout en surplombant la station. La face est redoutable par la déclivité de la pente et par sa technicité. Elle a été le théâtre des épreuves de vitesse masculines lors des Jeux olympiques d'Albertville 1992 et de toutes les courses hommes ainsi que de deux épreuves dames lors des championnats du monde de ski alpin 2009. Des épreuves de la Coupe du monde de ski alpin masculine s'y déroulent par ailleurs chaque année en décembre : descente, super-G, géant ou slalom sur le bas de la piste.

Remarquable par sa topographie, la piste l'est aussi par la remontée mécanique qui la dessert : un téléphérique débrayable avec cabines de 24 places assises, dénommé « l'Olympique », construit en 2002 par la société autrichienne Doppelmayr - Garaventa pour quinze millions d'euros et qui effectue le parcours du bas de la station jusqu'au sommet de Bellevarde à 2 807 mètres d'altitude en six minutes. Seules cinq remontées de ce type sont en service dans le monde (Prodains à Avoriaz et les trois autres se trouvent à Saas Fee en Suisse, à Kitzbühel en Autriche, et à Whistler au Canada).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Altitude de départ : 2 807 m
  • Altitude d'arrivée : 1 848 m
  • Dénivelé : 959 m
  • Longueur totale : 2 988 m
  • Pente moyenne : 32,10 %
  • Pente maximale : 71 %
  • Pente minimale : 5 %

Compétitions[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Alors que la piste Oreiller-Killy (la « O-K ») démarrant du haut de Bellevarde mais dont le parcours « tourne » autour du rocher pour arriver sur le site de la Daille (groupe d'immeubles situés à l'entrée de Val d'Isère, à 1 km du centre du village), accueillait chaque année les épreuves de vitesse du Critérium de la première neige, il fut décidé en premier lieu par Jean-Claude Killy et Michel Barnier, coorganisateurs des Jeux d'Albertville 1992, qu'il leur fallait un site plus spectaculaire. Ils se portèrent naturellement sur la Face de Bellevarde, qui offre pour les spectateurs une visibilité de plus de 80 % du bas de la piste. La Face et son impressionnante déclivité. C'est l'ancien champion suisse Bernhard Russi, architecte patenté des descentes olympiques depuis 1988, qui imaginera le tracé. Il s'élancera d'une rampe à plus de 65 % d'inclinaison, tout en haut du rocher et empruntera notamment, sur le bas, le « passage de l'Ancolie », sorte de goulet en dévers entre deux blocs de roche.

Lors des Jeux olympiques d'hiver d'Albertville en 1992, la face de Bellevarde fut donc le théâtre des compétitions masculines de ski alpin (excepté le slalom couru aux Menuires). La descente fut remportée par l'Autrichien Patrick Ortlieb (parti avec le dossard no 1) devant le Français Franck Piccard (dossard no 23, à 5/100e de seconde) et un autre Autrichien, Günther Mader. Un tout jeune Norvégien de 19 ans, Kjetil Andre Aamodt s'imposa dans le Super-G, inaugurant un fabuleux palmarès. Alberto Tomba remporta un géant épique devant Marc Girardelli. Le combiné fut remporté par l'Italien Josef Polig devant son compatriote Gianfranco Martin et le Suisse Steve Locher.

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Un des panneaux bordant la piste noire, situé sur le haut du parcours.

En 2009, la face de Bellevarde est de nouveau utilisée dans le cadre des Championnats du monde de ski alpin 2009 qu'organise Val d'Isère. À cette occasion, la piste a accueilli l'ensemble des épreuves masculines (descente, super G, géant, slalom et super combiné) et deux épreuves féminines (géant et slalom) les autres ayant eu lieu sur le massif opposé de la Solaise.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Critérium de la première neige.

Depuis 1968, la station accueille régulièrement des épreuves du circuit international de la Coupe du monde de ski alpin sur la piste Oreiller-Killy, qui déroule de l'autre côté du rocher de Bellevarde et dont l'arrivée se situe à La Daille, à l'entrée de Val d'Isère. En 2008, en prévision des Championnats du monde de ski alpin 2009, Val d'Isère a remplacé la piste « O-K » par la Face à l'occasion du Critérium. Des épreuves techniques de Coupe du monde masculine (géant et slalom) sont par ailleurs régulièrement organisées chaque année sur le bas de la Face de Bellevarde.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]