La dialectique peut-elle casser des briques ?

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La dialectique peut-elle casser des briques ?
Réalisation René Viénet
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 90 minutes
Sortie 1973


Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La dialectique peut-elle casser des briques ? est un film français de René Viénet sorti le .

Principe[modifier | modifier le code]

Le film détourne par son doublage un film chinois de Hong Kong appelé, en anglais, Crush et, en chinois, Tangshou taiquan dao (chinois : 唐手跆拳道 ; pinyin : tángshǒu táiquán dào), de Tu Kuang-chi (屠光启, tú guāngqǐ), originellement sorti en 1972, utilisant le thème de l'invasion japonaise de la Corée.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

La dialectique peut-elle casser des briques est un film se rattachant au mouvement situationniste initié entre autres par Guy Debord. Il s'agit du détournement d'un film de kung-fu chinois (唐手跆拳道, 1972) dans lequel des pratiquants de taekwondo coréens s'opposent à des oppresseurs japonais. Le détournement cinématographique est une pratique visant à récupérer un film déjà réalisé et commercialisé en changeant le discours des personnages (post-doublage). Le dialogue original est remplacé par un autre dialogue, généralement à portée humoristique.

Le scénario détourné relate comment des prolétaires tentent de venir à bout de bureaucrates violents et corrompus grâce à la dialectique et à la subjectivité radicale. La violence est finalement choisie du fait de l'incapacité des bureaucrates à suivre un argument logique.

Le dialogue contient de nombreuses allusions à des révolutionnaires anticapitalistes (Marx, Bakounine, Wilhelm Reich), et évoque au passage des thèmes contemporains : conflits syndicaux, égalité des sexes, mai 68, gauche française et les situationnistes eux-mêmes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]