Culture espéranto

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La culture Espéranto)

Le terme «culture» exprime une notion complexe, recouvrant des éléments qui appartiennent au domaine des connaissances, à celui de la sensibilité, esthétique ou affective, et à celui de la mentalité. Il peut s'appliquer à une personne ou à une vaste collectivité[1]. La fonction principale de la langue internationale auxiliaire est certes d'être un outil de communication équitable et facile, un facilitateur de l'étude des langues et un pont entre les cultures nationales.

Mais de plus, les espérantistes possèdent en commun une histoire, une littérature, des héros et des martyrs, en bref une culture seconde internationale et pluriethnique, une culture humaniste fondée sur la paix, l'équité et l'amitié entre les peuples.

« L'espéranto est un projet véritablement humain, éthique et noble qui à cause de cela est déjà considéré souvent, aussi par l'UNESCO, comme un bien culturel précieux »

— Jo Haazen

« L'espéranto [...] [permet d'avoir] des contacts humains directs dans le monde entier »

— Peter Weide

« Inventé comme langue de grande communication, l'espéranto - abréviation eo - a évolué comme langue de communication alternative[2]. Né d'un rêve de paix et de fraternité, il a généré par son usage quotidien et familial une communauté de diaspora et une littérature originale. Une production littéraire, mais aussi théâtrale, musicale, comique et cinématographique caractérise essentiellement les principaux traits de la culture espéranto »

— Giorgio Silfer[3]

La culture espéranto est un point de départ vers d'autres cultures (c'est une caractéristique essentielle pour elle, davantage que pour les langues nationales dominantes). En général, la culture espéranto est interculturelle et se développe principalement dans les domaines déjà mentionnés, mais aussi dans la sphère de l'amitié internationale (Semaine de l'amitié internationale ) et de l'hospitalité (Pasporta Servo - Passeport Service). La culture espéranto englobe non seulement des symboles mais aussi des coutumes communautaires, voire divers éléments d'idéologie humaniste contenus dans la Déclaration universelle des Droits de l'homme[4],[5], comme c'est expliqué dans le Manifeste de Prague et pour certains c'est un outil artistique et un soutien à une identité espérantiste[6]. En tant que langue pont, l'espéranto accélère la communication entre les cultures et les langues.

L'espéranto fonctionne dans toutes les sphères de la culture, y compris la littérature de fiction et de non-fiction, le théâtre, la radio, le journalisme, les blogs, le cinéma, la religion, etc[7].

Patrimoine culturel reconnu[modifier | modifier le code]

Le 20 novembre 2014, la ministre polonaise de la Culture et du Patrimoine national Małgorzata Omilanowska signa un document selon lequel l'espéranto est inclus dans la liste polonaise du patrimoine culturel immatériel[8],[9].

Pendant près de cent trente ans, basée sur l'espéranto, la communauté espéranto a formé une conception de la vie caractéristique, inspirée des idées de Zamenhof, ainsi que des coutumes, une tradition, une littérature, une musique, des symboles, des jours de fête et même une mythologie spécifique.

Dans la langue espéranto se sont formés une phraséologie propre, des idiotismes, des rumeurs qui portent en eux des valeurs culturelles et des spécificités de ce milieu. Les mots krokodili, samideano et gufujo, par exemple, sont typiques et propres à l'espéranto. Leurs significations sont apparues dans des circonstances particulières et ne sont immédiatement compréhensibles que par des espérantistes.

Des festivités telles que la journée de la culture espéranto, la journée de Zamenhof et la semaine de l'amitié internationale constituent une tradition annuelle en Esperantie.

Les principaux symboles espéranto sont l'étoile verte à cinq branches symbolisant les cinq continents, l'hymne (La Espero), le drapeau et la couleur verte de l'espoir. Un autre symbole représente les contours du monde (extension de la langue dans le monde), une poignée de main (amitié), la tour de Babel (impossibilité de se comprendre) et un arbre qui symbolise la croissance. Ces symboles sont utilisés avec des objets du quotidien et des souvenirs. »

Année de la culture espéranto (2018)[modifier | modifier le code]

L'année 2018 est l'Année de la Culture Espéranto qui vise à attirer l'attention sur les formes les plus diverses de création artistique dans la langue qui est issue d'une tradition longue et unique[10] attestable entre autres par le soin accordé aux objets Zamenhof-Espéranto (ZEO).

Interculture[modifier | modifier le code]

Les espérantistes ont généralement tendance à parler de sujets de communication interculturelle et d'éducation interculturelle ou de sujets qui pourraient être considérés comme délicats ou offensants parmi des non-espérantistes (par exemple, la politique, le racisme, etc.), même s'ils ne le feraient pas dans leur pays d'origine ou dans une autre langue qu'ils connaissent. En général, la culture espéranto se concentre, par exemple, sur la lecture, l'éducation (en particulier en ce qui concerne les informations, les faits et les langues) et la tolérance (en particulier envers les personnes d'autres cultures). Les espérantistes sont également plus enclins à s'opposer à la mondialisation néolibérale, au lessivage culturel et à l'amenuisement ou à la disparition de leur langue maternelle, également parce que ces éléments nous rendent singuliers.

La majorité des espérantistes ont également tendance à s'opposer à l'apprentissage obligatoire de seulement une ou deux langues dominantes, - ce qui se produit dans plusieurs pays à travers le monde, comme la Suède et l'Islande, où l'apprentissage de l'anglais est obligatoire de l'école primaire jusqu'à parfois l'université -. Ils pensent que devrait être obligatoire l'apprentissage d'une langue propédeutique comme l'espéranto, ou d'une autre qui pourrait être apprise en moins de un ou deux ans et qui faciliterait et encouragerait l'apprentissage ultérieur d'autres langues. Ainsi enfants et parents seraient moins enclins à la sous-estimation de leur propre langue au profit d'une autre langue plus utile. La communauté espérantiste a également plus ou moins les mêmes connaissances de base, par exemple la connaissance de certains espérantophones célèbres, des livres, des sites Web, des petites villes qui ont une signification importante en raison d'événements liés à l'espéranto, etc[11],[12]. Une grande partie de ceci est décrite dans «La Gvidlibro tra Esperantio», une sorte d'encyclopédie de l'espéranto, quelque peu similaire à un dictionnaire géographique par aire linguistique avec des mots qui nécessitent des commentaires sur l'étude des cultures[13].

Humour[modifier | modifier le code]

Une grande partie de l'humour espéranto vient des jeux de mots. Les écrivains ayant un penchant pour l'humour dans nombre de leurs œuvres sont J. Merchant, J. Baghy, J. Kenngoff, I. Lejzerowicz, R. Schwartz, Dreves Uitterdijk, F. Szilagyi et quelques autres. (Voir aussi : calembours, caricatures). Voir un article récent sur l'humour espéranto.

Marjorie Boulton, dans son livre pot-pourri « Faits et Fantaisies », consacre son 30e chapitre, "Mots sportifs", à des commentaires et à divers exercices sur les jeux de mots[14]. Voir un article plus détaillé sur les jeux de mots ou les calembours ( eo).

Événements culturels[modifier | modifier le code]

Le 100e Congrès mondial[modifier | modifier le code]

Chaque année, depuis 1905, sauf les dix années correspondant aux deux guerres mondiales, il y a un Congrès Universel d'Espéranto dans un pays différent - majoritairement en Europe. Chaque congrès réunit en moyenne 1 500 à 3 000 personnes et les événements les mieux organisés sont ceux d'Europe centrale ou orientale (généralement en Pologne, en Hongrie, etc.). Des congrès universels d'espéranto ont déjà eu lieu en Asie, où se déroulent plusieurs événements traditionnels d'espéranto. Au Japon, par exemple, le 100e Congrès national a déjà eu lieu. Le projet de l'île Esperanto se déroule traditionnellement en Chine[15]. Il s'agit d'un cours d'espéranto d'un mois à l'université de l'île de Haïnan, dans le sud de la Chine. Il a été initié par Dennis Keefe. Arkones (ARt CONfrontations en ESperanto) a lieu en Pologne depuis plus de 30 ans[16].

Inter-Fest[modifier | modifier le code]

Depuis 2017, INTER-FEST (Inter pour International et Fest pour Festival) est un type de festival culturel espéranto, qui vise à devenir un événement espéranto européen reconnu avec un large éventail de programmes qui présentent une utilisation pratique de l'espéranto à un public non espérantiste et qui, par l'intermédiaire de ce festival, incitent à l'apprentissage et à l'enseignement de la langue.

INTER-FEST veut intensifier la création culturelle espéranto et rehausser le prestige de l'espéranto dans le domaine culturel. Les programmes d'INTER-FEST comprennent diverses branches de la littérature, du théâtre, de la musique, du cinéma, du sport, de la formation, de l'apprentissage des langues, des échanges interculturels, du tourisme et d'autres activités, qui se déroulent à travers des conférences, des groupes de discussion, des séminaires, des concerts, des présentations, des compétitions, des événements sportifs, colloques, expositions, etc.

Littérature[modifier | modifier le code]

L'espéranto possède une littérature, en partie originale, en partie traduite à partir des langues nationales. Au total, elle contient environ 50 000 titres. La littérature originale constitue de 60 à 75% de plus de 30 000 livres parus en espéranto[17].Comme peu d'ouvrages en espéranto ont été traduits dans les langues nationales, le public extérieur au mouvement ne peut pas les lire facilement[18].

Dans les années 1930 et 1940, des écrivains espérantistes européens ont été confrontés à la répression des dictatures, notamment hitlérienne et stalinienne[19]. Après guerre, de nouveaux écrivains de valeur s'affirment. Certains étaient présents dans les congrès mondiaux, par exemple à Anvers en 1982: Georges Lagrange, Tibor Sekelj, Aldo de 'Giorgi, William Auld et l'éditeur Brucjo Casini[20].

La riche tradition littéraire est également reconnue par le PEN Club, dont la section espéranto a été fondée lors du 60e congrès du Club en septembre 1993. La rédaction en espéranto est encouragée par l'Académie littéraire d'Esperanto, fondée en 2008.

Parmi les écrivains contemporains importants œuvrant en espéranto figurent, par exemple : Trevor Steele (Australie), Manuel de Seabra (Espagne), István Nemere (Hongrie), Spomenka Štimec (Croatie); des poètes : Michael Gishpling (Russie / Israël), Mauro Nervi (Italie), Mao Zifu (Chine), Abel Montagut (Espagne) et Eli Urbanová (République tchèque); des essayistes et traducteurs : Probal Dasgupta (Inde), Humphrey Tonkin (États-Unis) et Kurisu Kei (Japon). Les écrivains William Auld, Marjorie Boulton et Baldur Ragnarsson ont été nominés pour le prix Nobel de littérature.

Parmi les œuvres littéraires connues, traduites en espéranto et récemment publiées, on trouve, par exemple, Le vieil homme et la mer d'Hemingway, Le Seigneur des anneaux de John Ronald Reuel Tolkien, Cent ans de solitude de Gabriel García Márquez, Le tambour de Günter Grass, Le livre des merveilles de Marco Polo ou une grande saga familiale de Cao Xueqin Le songe de la maison rouge. Pour les enfants, en plus d'Astérix ou de Tintin, il y a aussi un Pippi longstocking en espéranto et le recueil de nouvelles Muminvalo, La vallée de la momie, de l'auteur finlandais Tove Jansson ; les textes de certaines traductions sont également disponibles en ligne.

Auteurs célèbres d'œuvres en espéranto :

Poésie[modifier | modifier le code]

La poésie est un élément essentiel de la culture espéranto. De nombreux écrivains espéranto ont également écrit de la poésie, non seulement du haïku et des poèmes en utilisant le rythme de la versification européenne appliqué à l'espéranto, mais aussi des monosyllabes avec les métriques strictement espéranto construites dans les années 1960 et 1970 comme dans les poèmes de Diderto Freto.

Théâtre et opéra[modifier | modifier le code]

Des pièces de dramaturges aussi divers que Goldoni, Ionesco, Shakespeare et Ayckbourn ont récemment été jouées en espéranto[21]. Beaucoup de drames de Shakespeare existent en espéranto; Le roi Lear a été présenté en espéranto à Hanoï (Vietnam) en décembre 2001 avec une distribution locale.

En 2018 a eu lieu la première de l'opéra Sternenhoch en espéranto présenté au Théâtre National de Prague. Il s'agit du premier opéra de l'histoire, dont la musique a été composée directement à partir d'un texte en espéranto, interprété par Miroslav Malovec en 2018.

Films[modifier | modifier le code]

Les coûts de production ont constitué le principal obstacle au développement de l'espéranto dans ce domaine. Il y a eu toutefois quelques essais[22]. Dans des scènes du Dictateur de Chaplin, des affiches apparaissent en espéranto ; dans Idiot's Delection avec Clark Gable et dans le film japonais Jan Arima no shūgeki, certains dialogues étaient en espéranto ; dans le film espagnol El coche de pedales (la voiture à pédales) les protagonistes parlent parfois en espéranto, comme dans le film américain Captain Fantastic (2016). Les films long métrage n'utilisant que l'espéranto incluent, par exemple, Inkubo (Cauchemar), film avec William Shatner, mais il y en a une quinzaine qui concernent le sujet de la langue internationale.

Un réalisateur turc a réalisé un court métrage Senmova[23],[24] - Immobile -, avec des voix uniquement en espéranto.

La réalisatrice Natalie MacMahon a créé un court-métrage Une histoire d'amour universelle[25] qui avait des éléments d'espéranto et en 2018, elle a créé la série de films en ligne Malsano Nomita Amo (Une maladie nommée amour), qui est largement parlée en espéranto et dans laquelle l'espéranto agit comme un élément qui rassemble les gens, comme une révolution nécessaire pour pouvoir se comprendre à nouveau et exprimer des sentiments »[26].

Récemment, un certain nombre de projets de films et d'associations amateurs en espéranto ont également vu le jour, produisant de courtes vidéos entièrement en espéranto. Leur durée est généralement d'environ dix minutes. La société cinématographique brésilienne Imagu Filmoj-Retejo de Imagu Filmoj[27] a produit un certain nombre de films en espéranto, longs et courts. En 2006, dans le cadre du Congrès Universel en Italie, Imagine a lancé Gerda malaperis (Gerda a disparu). Le « Père » est apparu l'année suivante. Outre ces derniers, la société a produit d'autres films[28].

En 2017, un court métrage de Christian Laubacher a été tourné : Das Porträt von Parzival, einem Mann, der sich für eine Sache einsetzt: Esperanto - Le portrait de Parsifal[29], un homme qui aspire à quelque chose : l'espéranto - présenté lors du festival du film de Soleure.

Si les cinéastes utilisaient la langue espéranto dans les films réalisés par des non-espérantistes, elle servait à donner à divers films une nuance d'universalité, d'étrangeté, d'utopie, de multilinguisme, d'avenir, de neutralité, d'exotisme, d'anarchisme ou de mystère[30].

Musique[modifier | modifier le code]

Les genres musicaux en espéranto comprennent les chansons populaires et folkloriques, la musique rock, le cabaret, les chansons pour solistes et chorales et l'opéra. Des compositeurs et artistes populaires, dont Elvis Costello et Michael Jackson, ont enregistré en espéranto, ont écrit des morceaux orchestraux inspirés par la langue ou l'ont utilisé dans leurs matériels de communication. Certaines chansons de l'album Esperanto de Time Warner sorti, uniquement en espéranto, en Espagne en novembre 1996, ont atteint des rangs élevés dans les hit parades espagnols. Les œuvres orchestrales classiques et les œuvres chorales avec des paroles en espéranto incluent The Heart Sutra de Lou Harrison et la Symphonie n ° 1 de David Gaines (tous deux des États-Unis). Le quatuor néerlandais Kajto se concentre sur la musique folklorique frisonne, les chants de marins et les canons. En français à Toulouse, il existe une maison d'édition musicale Vinilkosmo, spécialisée dans la production de musique espéranto. Il peut également être trouvé en ligne, y compris un certain nombre de sites Web dédiés au karaoké espéranto.

Divers morceaux de musique peuvent être trouvés sur Internet, par exemple historiquement sur musicexpress.com.br et de manière durable sur Spotify, Deezer, sur la radio Internet last.fm[31], le livre de chants public[32] et le Kantaro_Vikio.

Médias[modifier | modifier le code]

Périodiques[modifier | modifier le code]

La couverture de l'almanach des Belles lettres 25[modifier | modifier le code]

La presse en espéranto comporte plus d’une centaine de titres[33], dont le magazine d'information Monato, la revue littéraire Beletra Almanako, l'organe officiel de TEJO, Kontakto, le magazine Esperanto, un organe de l'UEA, et le magazine Sennaciulo, un organe de la Sennacieca Asocio Tutmonda (Association mondiale a-nationale). Un magazine d'information bimensuel Eventoj (Evènements) est également proposé en version électronique gratuite. Les abonnés peuvent également obtenir de nombreux autres journaux importants en ligne, y compris des archives en ligne d'anciens numéros. Il existe des périodiques sur la médecine et la science pour la jeunesse, des revues religieuses, des revues éducatives et pédagogiques, des publications littéraires et spécialisées. Le journal Heroldo de Esperanto (EdE) est un exemple de publication presque centenaire. Il est racheté par la société brésilienne Social Group Lexus Fejsbuka paĝo de la Grupo[34], responsable de sa publication depuis 2017.

L'histoire des journaux espéranto coïncide presque avec l'histoire de la langue elle-même, car depuis le début du 20e siècle, il y a eu de nombreux journaux, d'abord pour la diffusion de la langue elle-même et immédiatement aussi pour la vie propre de la culture et de la littérature espéranto. Pour de nombreux espérantistes du monde entier avant l'ère d'Internet, lire et contribuer aux journaux était une occasion importante de communiquer en espéranto lorsqu'ils étaient isolés ou éloignés des activités des clubs existants. À l'ère d'Internet, les possibilités se sont multipliées, mais l'habitude d'avoir des journaux a persisté et il y a maintenant de plus en plus de magazines en ligne[35].

Diffusion radio et télévision[modifier | modifier le code]

La rédaction espéranto de la radio polonaise prépare chaque jour un podcast de vingt minutes

Les radios du Brésil, de Chine, de Cuba, de Pologne et du Vatican diffusent régulièrement en espéranto. Il y a de plus en plus de programmes qui peuvent être entendus en ligne, d'autres stations (professionnelles et amateurs) fonctionnent principalement ou uniquement en ligne. Les podcasts linguistiques internationaux bien connus incluent, par exemple, Radio Verda qui fonctionne depuis 1998. Les télévisions de divers pays proposent des cours d'espéranto, y compris la plus récente adaptation en 16 parties du cours de la BBC Mazi en Gondolando, diffusée par Polujo 1 (TVP1 - Telewizja Polska 1). Le même cours a été diffusé pendant plusieurs années par la chaîne de télévision de Sarrebruck, aujourd'hui disparue. Au cours de la période 2005-2006, un projet de la chaîne de télévision internationale en ligne espéranto sous le nom d'Internacia Televido, opérant dans le cadre du site Web Ĝangalo (Jungle), était également actif.

Internet[modifier | modifier le code]

L'expansion de la langue, depuis l'apparition d'Internet, peut être expliquée par le nombre de situations dans lesquelles la connaissance de la seule langue anglaise, voire même de plusieurs langues, ne suffit pas pour une communication de qualité[36]. Les réseaux électroniques, en particulier Internet, sont les moyens de communication les plus dynamiques parmi les utilisateurs de la langue internationale. Il existe plusieurs centaines de groupes de discussion traitant de divers sujets, de l'usage familial de l'espéranto à la théorie de la relativité générale. L'espéranto est également utilisé dans diverses messageries instantanées, telles que Telegram, IRC, Skype, ICQ, Jabber ou Paltalk. Des milliers de pages Internet en langue internationale peuvent être trouvées. De nombreux programmes informatiques, tels que des vérificateurs orthographiques et grammaticaux et des dispositions de clavier, ont été créés en et parfois aussi pour l'espéranto. Des programmes tels que LibreOffice, Firefox, IrfanView, les environnements de travail graphiques GNOME et KDE, et les systèmes d'exploitation Ubuntu et Mandriva sont disponibles en espéranto. Les sites Web populaires tels que Google, Wikipedia, Facebook et Ipernity ont également des versions en espéranto.

Présence publique de l'espéranto[modifier | modifier le code]

L'espéranto a pris racine dans plusieurs sphères de la vie quotidienne. Plusieurs dictionnaires brésiliens contiennent, par exemple, le mot-clé samideano. Dans des dizaines de pays, des rues, avenues, lieux sont appelés Esperanto. Le livre Monumente pri Esperanto[37] documente abondamment une variété de monuments et édifices en l'honneur de l'espéranto ou de L. Zamenhof à travers le monde. L'espérantiste brésilien Ismael Gomes Braga a donné à son fils le nom de Zamenhof comme nom de famille[38]. Le 20 novembre 2014, la ministre polonaise de la Culture et du Patrimoine national Małgorzata Omilanowska a signé un document selon lequel l'espéranto est inclus dans la liste polonaise du patrimoine culturel immatériel.

Universités d'été[modifier | modifier le code]

Le NASK— La Nordamerika Somera Kursaro de Esperanto est un programme estival d'études nord-américain fondé en 1970 à l'Université d'État de San Francisco par Catherine et William Schulze. Ce programme de cours met en valeur l'utilisation de l'espéranto dans la communication, la compréhension et la coopération interculturelles pour former des enseignants et améliorer le niveau des usagers de la langue aux États-Unis. La session de 2014 a eu lieu à Vancouver (Colombie Britannique, Canada)[39]. Elles ont lieu chaque année dans un nouveau pays, dans le cadre des Congrès Universels d'Espéranto.

Musées[modifier | modifier le code]

Bibliothèques[modifier | modifier le code]

Centres de documentation[modifier | modifier le code]

Les noms de marques[modifier | modifier le code]

De plus en plus d'associations et d'entreprises découvrent qu'elles peuvent se distinguer dans la multitude de marques[40] en choisissant un nom en espéranto. Parmi les raisons qu'elles évoquent : une plus grande facilité à trouver sur Internet, un nom qui dans d'autres langues n'a pas une signification étrange, mais parfois aussi une raison idéologique, car l'idée de l'espéranto était compatible avec leur activité. Rien qu'en Belgique, il existe plus de 100 marques qui utilisent un nom en espéranto[41].

Hiboux[modifier | modifier le code]

Est appelé Gufujo le bar nocturne tranquille pendant les événements espérantistes, en particulier pour les jeunes. Il a été inventé dans les années 1990 comme un bar alternatif (strictement non-fumeur et sans alcool[42]. Cette coutume a émergé en 1995, contrastant avec la coutume plus courante de fête d'après-congrès dans un bar extérieur[43]. Un hibou est une métaphore : les hiboux sont les participants noctambules de festivals de jeunes qui se rassemblent dans un lieu spécial, principalement éclairé par des bougies, où ils boivent des boissons sans alcool comme le thé. L'atmosphère est calme et tranquille. La musique de concert, la lecture de poésie ou la lecture de littérature sont des activités courantes dans ces cafés.

Parce que l'espéranto a une communauté vivante, les locuteurs produisent des objets culturels lorsqu'ils interagissent, même inconsciemment. Ils sont également habitués à créer une chouette comme une confiserie improvisée en utilisant de la monnaie espéranto ainsi que de l'argent réel pour payer la nourriture et les boissons.

Religion[modifier | modifier le code]

Certaines personnalités religieuses, telles que des moines bouddhistes et des prêtres chrétiens, ont tendance à apprécier l'espéranto quand elles transmettent le message que tous sont pareils et que toutes les pensées comptent, peu importe d'où elles viennent[44]. Cela signifie que, des gens viennent à l'espéranto en provenant de toutes les différentes religions et pourtant ne se confrontent pas. Oomoto, une religion japonaise de taille moyenne, répand largement l'espéranto et la langue joue un rôle majeur dans la religion elle-même.

Argot, euphémismes et malédictions[modifier | modifier le code]

Un mot spécifique parmi les plus connus est «samideano», littéralement un membre (- ano -) de la même idée (sam-ide-) ”mais avec le sens de collègue espérantophone ”[45]. D'autres sont : kabei (quitter le mouvement comme Kabé), mojosa, très utilisé par les jeunes et «krokodili», qui signifie parler une langue nationale dans un groupe espérantiste: par exemple, si un enfant passe au suédois lors d'un concert d'espéranto, la mère peut lui dire «d'arrêter de crocodiler»[46]. L'euphémisme le plus connu est «neces-ejo», littéralement «endroit nécessaire», qui signifie toilettes ou WC. Il y a beaucoup plus d'euphémismes, par exemple kaĉo, «bouillie d'avoine» - gruau, nourriture pulpeuse, au lieu de "kako" -caca -. De mauvais mots peuvent assimiler des noms de livres ou d'écrivains célèbres en espéranto - l'exemple le plus clair est «Zamenfek!», Une combinaison de «Zamenhof» (le nom du créateur de l'espéranto) et de «fek» -défécation-.

Cuisine[modifier | modifier le code]

Parce que les locuteurs de l'espéranto viennent de différents pays du monde et que les familles dont les enfants parlent l'espéranto nativement ont généralement des parents de deux pays très différents, il existe des recettes qui incorporent des éléments de différents pays. Les aliments traditionnels sont également mélangés ou consommés d'une manière que ne ferait normalement pas un indigène. Internacie kuiri (La cuisine internationale) de Maria Becker-Meisberger, publiée par FEL (Ligue flamande d'espéranto), Anvers 1989, (ISBN 90-71205-34-7), est un exemple de livre de cuisine en espéranto. Un autre est Manĝoj el sanigaj plantoj (repas de plantes médicinales) de Zlata Nanić, publié par BIO-XRNO, Zagreb 2002, (ISBN 953-97664-5-1). Certains périodiques en espéranto, comme Monato, contiennent parfois des recettes. Le magazine Esperanto sous la direction d'Attila Kaszás a une section pour les recettes de cuisine.

Mode[modifier | modifier le code]

Face-to-Face est une collection de vêtements de haute couture de la créatrice de mode Lorena Winkler (Allemagne) qui a tenté de redonner du sens à l'espéranto dans sa collection de mode. Il est basé sur une idée basique en espéranto de l'intérêt pour d'autres cultures et traditions qu'il relie par l'amitié. La collection n'est pas destinée à briser les différences culturelles, mais plutôt à promouvoir une diversité culturelle colorée dans la mode[47]. Sa palette de couleurs varie du coloré au monochrome, avec certaines nuances entre le vert et le crème.

Kun-iri (Aller avec) est un atelier de couture, un atelier avec un nom en espéranto dans lequel les réfugiés créent une mode conçue pour relierpar le design différentes origines ethniques d'étudiants et de designers[48],[49].

Vestoj (Vêtements) est un magazine de mode universitaire avec un titre en espéranto. Vestoj dans l'un de ses numéros, entre autres, a cherché à mieux comprendre comment les représentations du pouvoir sont affichées dans l'industrie de la mode et pourquoi si peu de gens ont tendance à les défier[50]. Y a-t-il un parallèle possible avec l'espéranto dans le monde des langues?

Dans le magazine Esperanto sub la suda kruco (Espéranto sous la croix du sud), numéro 134, mars 2019, un article «Somer-lernejaj esperantistaj kap-kovraĵoj» est apparu avec l'emblème du kangourou et le mot espéranto[51], portable et utilisable de diverses manières.

Il est arrivé que certaines personnes portaient des vêtements traditionnels de leur pays lors des congrès d'espéranto, qu'ils le portent ou non dans leur propre pays[52]. La Suède, par exemple, est culturellement opposée au port de sa propre robe traditionnelle depuis la Seconde Guerre mondiale. Cependant, des Suédois peuvent encore porter des vêtements traditionnels à l'occasion d'événements espérantistes. L'espéranto a tendance à mettre en valeur les traditions culturelles comme lors de la deuxième exposition mondiale de poupées au Japon[53] (2012), organisée par des espérantistes, où a eu lieu un défilé de 200 costumes de différents pays.

Journée Zamenhof[modifier | modifier le code]

Le 15 décembre (anniversaire de L. L. Zamenhof), les espérantophones du monde entier célèbrent la Journée Zamenhof, également appelée "Journée du livre espéranto"[54].

C'est un objectif commun d'obtenir ou de lire un livre d'espéranto ce jour-là. Zamenhof lui-même était un fervent défenseur de l'idée que pour répandre l'espéranto dans le monde, ses locuteurs devraient créer un vaste corpus littéraire.

Le poème La Espero, écrit par Zamenhof, est devenu l'hymne de l'espéranto, et la plupart des locuteurs d'espéranto le savent, au moins en partie. Il est souvent chanté lors d'événements en espéranto. Que vous aimiez les paroles ou non, l'hymne est généralement quelque chose qui relie les locuteurs d'espéranto dès les premières années de la langue, et qui fait déjà partie de sa culture. La revue Esperanto et d'autres rapportent généralement comment les espérantistes célèbrent cette journée dans le monde. Un rapport similaire est également lu dans IPR, un organe officiel de l'ILEI[55].

Annexes[modifier | modifier le code]

Vojaĝo en Esperanto-lando

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Konciza kultura historio de la esperantlingva komunumo, eld. Esperanta PEN-Centro, 2020 (versions en anglais, français et suédois)
  • Aleksandro S. Melnikov, Gvidlibro tra Esperantio - konciza leksikono de la Esperanto-kulturo : esperantonimoj, realioj kaj flugilhavaj vortoj, 2015, Rostov-na-Donu, (ISBN 978-5-98615-147-2)
  • Boris Kolker, Vojaĝo en Esperanto-lando, eldonejo Progreso, Moskvo, 1992, (ISBN 5-01-002953-7).
  • Centro de Esploro kaj Dokumentado pri Mondaj Lingvaj Problemoj (CED), - Centre de recherche et de documentation sur les problèmes linguistiques mondiaux. - Esperantologio / Esperanto Studies, une revue internationale sur tous les phénomènes liés à l'espéranto. Il publie des articles basés sur des études originales concernant les aspects linguistiques, historiques, littéraires, psychologiques, sociologiques et politiques de l'espéranto ainsi que des critiques de livres. Il publie du matériel en espéranto ou en anglais, mais il est en principe également ouvert au matériel dans d'autres langues.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Piron, « Culture et espéranto », sur /claudepiron.free.fr/
  2. (eo) « Nia tradukarto vekis grandan intereson en PEN, la », HeKo n-ro 682 7-B,,‎ 22-an de junio 2018
  3. (eo) « Kurso pri la kultura historio de la esperanta popolo, », HeKo n-ro 701 3-B,‎ la 3-an de februaro 2019
  4. (eo) Nikolao Gudskov, « Ideologio de la Esperanto-komunumo. », "Epitomo de esperantologio — interlingvistiko, historio, ideologio, kulturo, movado, instruado"(.doc-formate), Rusia Esperantista Unio (REU), Eld. Impeto, Moskvo,‎ , p. 21-27
  5. (en) Federico Gobbo, The language ideology of Esperanto, en: Marco Tamburelli, Mauro Tosco, Contested Languages: The hidden multilingualism of Europe, p. 249-265,
  6. (eo) Andreas Künzli, « Kiel ĉiuj ankaŭ L.L. Zamenhof havis multajn grupidentecojn inter kiuj estis pluraj etnaj kiel la hebrea, rusa, pola, litova... sed ankaŭ esperantista. Fonto : "Kial Esperanto ne estas nur pola nacia heredaĵo" (finas per kritikaj komentoj el diversaj landoj), plansprachen.ch », plansprachen.ch,‎ ?
  7. (eo) Steven Brewer, « Steven Brewer volas montri la utilon de Esperanto al Global Voices, Libera Folio, », Libera Folio,‎
  8. (eo) « 7,0 7,1 Novaĵteksto », Libera Folio,‎ ?
  9. (eo + it) Roman Dobrzyński, « "Esperanto kiel kultura heredaĵo estas internacia konkero" — "L’Esperanto come retaggio culturale è una conquista internazionale". », ?,‎ 6-a marto 2015
  10. (eo) Fernando Pita, « Amdeklaro simpla sed kortuŝa, naiva sed sincera, librorecenzo de la libro de Elza Fernandes Pereira », Revuo Esperanto, 1314(6),‎ , p. 126
  11. (eo) Detlev Blanke, « . “Ĉu Esperanto havas kulturon? Jes kaj ne!” », Libera Folio,‎ ?
  12. (de) Detlev Blanke, Interlinguistische Beiträge. Zum Wesen und zur Funktion internationaler Plansprachen. Herausgegeben von Sabine Fiedler u.a.: Peter Lang, (ISBN 3-631-55024-3), S. 224f, . Frankfurt/Main, Europäischer Verlag der Wissenschaften S. 224f, (ISBN 3-631-55024-3)
  13. (eo) A. Melnikov, « intervjuo kun Radio Muzaiko », Radio Muzaiko,‎
  14. (eo) Marjorie Boulton, Faktoj kaj fantazioj, progresiga libro, Roterdamo,, Universala Esperanto-Asocio, 1984, 1993 (deuxième édition), p 243-251
  15. (eo) « Pri la projekto "Esperanto-insulo" », Libera Folio,‎ ?
  16. Arkones
  17. Henri Masson, « L'espéranto au présent. Culture, littérature, maisons d'édition », sur http://www.ipernity.com/blog/
  18. Disponigi nian kulturon al ĉiuj. Citita 2007-09-06. m_disku.htm (el Retarkivo 2005) (Esperante)
  19. Ĝisdate pri Esperanto. Universala Esperanto‑Asocio (2009-12-14). Arkivita el la originalo je 2016-07-05. “La lingvo estis malpermesita, kaj ĝiaj uzantoj persekutataj... de Hitler, por kiu ĝi estis lingvo de judoj... Zamenhof, kreinto de la lingvo, estis judo”.
  20. (eo) « Eventoj,, n-ro 148–149. Citita 2007-09-06. », sur Eventoj, 1–2/05/ 1998
  21. Teatro Trupo Tuluzo
  22. Henri Masson, « L'espéranto au présent 17 Culture, Cinéma », sur http://www.ipernity.com/blog/
  23. (eo) Tuğçe Sen, « ”En mia koro kaj menso mi naskiĝis esperantisto”. », Libera Folio,,‎ la 26-a de septembro 2010, alirite la 26-an de februaro 2018
  24. Senmova, Verda Filmejo
  25. (eo) Rogier Huurman, « , Esperanto en reta serio pri socio sen amo. », Libera Folio,‎ la 11-an de septembro 2018, alirite la 13-an de septembro 2018
  26. (en) « Esperanto movie titles. Internet Movie Database. »,
  27. Retejo de Imagu Filmoj
  28. Site de Imagu Filmoj
  29. Noto : Serge Reverdin (aŭ Parzival) estas nevo de grava politikisto, Olivier Reverdin : la sola svisa parlamentano kiu iam prezidis la Konsilion de Eŭropo. (fonto : Herolde de Esperanto, 2281 (2:2018), 94a jarkolekto, p. 2.
  30. (eo) « Ne nur Senmova: Esperanto logas filmistojn, », sur Libera Folio,, la 19-an de septembro 2010
  31. Aŭskultu muzikpecojn esperante ĉe last.fm (radia interretpaĝo)
  32. Tekstoj kaj akordoj de multaj muzikpecoj (ĉe la retpaĝaro de Gunnar R. Fischer)
  33. Henri Masson, « L'espéranto au présent- 6 Presse, information, médias, radios, TV », sur http://www.ipernity.com/blog
  34. Fejsbuka paĝo de la Grupo
  35. (eo) Peter Hauser, « (2003). “Tradicia Kultura Semajnfino”. », La Ondo de Esperanto, n-ro 1,‎ (lire en ligne)
  36. Henri Masson, « L'espéranto au présent 7 Internet », sur http://www.ipernity.com/blog
  37. PDF-libro Monumente pri Esperanto
  38. El la libro Ismael Gomes Braga, de Zêus Wantuil, publikigita de FEB.
  39. Henri Masson, « Universités d'été/Centres de stage et formation/Musées/ Bibliothèques », sur http://www.ipernity.com/blog/
  40. Noto : Realioj estas realaĵoj specifaj por unuopa kulturo (reale ekzistantaj objektoj, fenomenoj, konceptoj, tradicioj, kutimoj ktp.) : p. 3 (enkonduko) al la libro.
  41. (nl) Yves Nevelsteen, 100+ merknamen in het Esperanto - een overzicht van Belgische bedrijven en verenigingen die een naam in het Esperanto kozen voor hun activiteit, Vlaamse Esperantobond FEL, , 62 p.
  42. 39,0 39,1 Mueller, Johannes. Kion fari en gufujo (c2013). Arkivita el la originalo je 2014-10-15. Alirita 2014-10-09
  43. Kiel ekestis gufujo. la historio.. Arkivita el la originalo je 2007-09-28. Alirita 2014-10-09
  44. (eo + en + nl) F. Gobbo,, Interlingvistko, fako por multlingveco, 2015., , Vossiuspers UvA, , 2015., p. 26
  45. Aleksandro Melnikov, Vortoj kaj signifoj, specifaj nur por Esperanto-kulturanoj: kiel ili formiĝas (DOC)
  46. Esperanto Slang
  47. (En) Artificial language esperanto and fashion, LindedIn paĝo de Anna Iversen-Gubanova, CEO de Franciq
  48. Modo por kunigi kulturojn kiel faras Esperanto, Literatura Foiro-Femine, jaro 49, numéro 295, p. 283-284, oktobro 2018
  49. (de) Textilien als Ausdruck der Kulturen: Dein Design ist gefragt, ABOUT YOU Design Wettbewerb, la 26-an de Majo 2016
  50. (angla) On fashion and power (pri modo kaj povo), Vestoj, nro 4
  51. (eo) Katja Steele, « , Somerlernejaj Esperanto-kapkovraĵoj (PDF kun fotoj pri uzebloj), Esperanto sub la suda kruco », revuo de la Aŭstralia kaj Nov-Zelanda Esperanto-Asocio, n-ro 234, vol. 26 (1),‎ marto 2019, p. 13
  52. 'Parada elmontro de tradiciaj vestaĵoj', MAS, Afrika Centro Esperantista, la 18-an de septembro 2008, KomACE nro 34, la 1-an de septembro 2008, alirite la 22-an de oktobro 2018.
  53. Etsuo Miyoshi, Dua monda pupekspozicio, Starto 4/2012, p. 122
  54. “Tago de la Esperanta libro La mondo festis Zamenhof-tagon”, Libera Folio
  55. (eo) Ronald J. Glossop, The Culture of Esperanto., 4 aŭgusto 2005