La Vouivre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vouivre (homonymie).
La Vouivre
Auteur Marcel Aymé
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Date de parution 27 novembre 1943
Chronologie

La Vouivre est un roman de Marcel Aymé paru en 1943.

Historique[modifier | modifier le code]

La Vouivre est un roman de Marcel Aymé, paru en feuilleton du 22 juillet au 9 décembre 1943 dans La Gerbe puis publié la même année chez Gallimard à Paris.

Résumé[modifier | modifier le code]

Tiré d'une ancienne légende de Franche-Comté, le personnage mythique de la Vouivre apparaît sous les traits d'une jeune sauvageonne, arborant sur sa tête un diadème ceint d'un énorme rubis, objet de convoitise dans toute la région[1],[2],[3].

Mais la Vouivre est toujours protégée du vol par une armée de vipères surgissant au moment où l'on s'avise de dérober le bijou.

Arsène Muselier, personnage principal de l'ouvrage, découvre la Vouivre alors qu'il fauche un des prés de la famille Muselier (qui se trouve en froid avec sa lointaine parente, la famille Mindeur voisine). Alors qu'Arsène approchait un étang proche du pré, il aperçoit la Vouivre se baignant nue, et ayant laissé ses bijoux et vêtements sur le bord de la rivière. Arsène voit le rubis, mais est plus intrigué encore par la baigneuse, ce qui séduit la Vouivre, plus habituée à être poursuivie pour ses richesses que pour sa beauté. La Vouivre et Arsène iront alors jusqu'à tisser certains liens amicaux, se rencontrant plusieurs fois lors du récit, discutant sans craintes ni ambages, comme au marché de Dole, où il la retrouvera habillée en citadine élégante, ou jusque lors de ses travaux aux champs.

Mais Arsène est un paysan prudent, à la fois réaliste et tendre, il est déjà amoureux d'une fille du pays, Juliette Mindeur. Et, contrairement au fils Beuillat, un bon à rien revenu de la ville sans gloire aucune, il ne cherche pas à obtenir le rubis pour sa propre richesse. Il meurt en affrontant l'armée de ces serpents dont il a la phobie, en cherchant à sauver Belette, l'un des personnages du roman.

À travers cette histoire aussi réelle que fantastique, Marcel Aymé présente une galerie de portraits ruraux extrêmement justes et savoureux : le curé sceptique ; Voiturier, le maire radical croyant ; le fossoyeur Requiem amoureux d'une pocharde et passablement ivrogne invétéré ; la « Dévorante » Mindeur, mangeuse d'hommes jamais repue ; et bien d'autres[4].

Il faut lire ce roman comme une étude poétique de mœurs rurales.

« Avec La Vouivre, Marcel Aymé poursuit son entreprise de salubrité mentale dans une tonalité très originale (...). Au plus fort de ses indignations, il reste toujours accessible à la pitié et à l'émerveillement[5]. »

« En Franche-Comté, La Vouivre est un animal fabuleux, sorte de grand serpent aux ailes de chauve-souris, qui a la particularité, lorsqu'elle se baigne, de déposer sur le rivage la pierre précieuse qu'elle porte habituellement au front. Dans son récit, Marcel Aymé en a fait une ravissante jeune femme qui vient se mêler à la vie quotidienne des paysans des environs de Dole (etc.)[6] »

« Ouvrage bucolique où la fusion s'accomplit du féerique avec le réalisme. L'histoire de cette fée aux serpents, éternellement jeune, désirable et stérile, c'est le Jura de Marcel Aymé, a écrit, Roger Nimier. (...) En fauchant Arsène Muselier trouve dans l'herbe le diadème de la Vouivre occupée à se baigner, etc.[7]. »

Adaptations[modifier | modifier le code]

Adaptation cinématographique[modifier | modifier le code]

Adaptation télévisée[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

« Elle vit au milieu de serpents / sous la tonnelle / près des marais / les yeux au-delà des diamants / qu'elle a incrusté dans ses plaies ». Cette chanson se caractérise par sa longue durée (8 min 55 s).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Vouivre, Gallimard Folio n° 167, Paris 1972, (ISBN 978-2-07-036167-0), introduction, notes, et commentaires sur le mythe de la Vouivre
  2. La Vouivre, Introduction commentaires et notes de Michel Lécureur, Bibliothèque de la Pléiade, volume comprenant aussi : La Belle Image, Travelingue, Le Passe-Muraille, Le Chemin des écoliers, Le Vin de Paris, Uranus, En arrière, Les Tiroirs de l’inconnu, Nouvelles diverses, t.III, p.1112 (ISBN 2-07-011473-2).
  3. Présentation de La Vouivre en Franche Comté, ses origines et ses avatars par le CRDP de Franche-Comté, juin 2000
  4. Analyse du texte : Michel Lécureur, La Comédie humaine de Marcel Aymé, La Manufacture, Lyon, 1985, Chapitre X : les paysans, pp. 212,218,219,220
  5. Larousse des littératures, 1987, t. I, p. 135
  6. Larousse des littératures, 1987, t. II, p. 1764
  7. Dictionnaire des œuvres Laffont-Bompiani, 1990, t. VI, p. 716-717

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]