La Voix et le Phénomène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Édition originale de La Voix et le phénomène

Jacques Derrida publie La Voix et le Phénomène aux Presses universitaires de France en 1967, après avoir publié chez le même éditeur une traduction de L'Origine de la géométrie de Husserl, accompagnée d'une longue introduction. Dans La Voix et le Phénomène, Derrida poursuit sa lecture critique de Husserl et, l'élargissant à une réflexion générale sur la phénoménologie, il introduit les principes et la méthode de la déconstruction.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Le signe et les signes[modifier | modifier le code]

Derrida critique dans ce livre ce que Husserl a proposé, une dissociation radicale entre deux types hétérogènes de signe, entre l'indice et l'expression. Selon Derrida, Husserl ne se demande pas ce qu'est le signe en général. Derrida donne l'exemple de distinction entre "être pour" et "être-à-la-place-de", ce qui est lié à l'hétérogénéité entre le renvoi indicatif et le renvoi expressif.

La réduction de l'indice[modifier | modifier le code]

Dans l'ordre de la signification, en général, tout le vécu psychique, sous la face de ses actes, même lorsqu'ils visent des idéalités et des nécessités objectives, ne connait que des enchaînements indicatifs. Selon Derrida, l'indice tombe hors du contenu de l'objectivité absolument idéale, c'est-à-dire de la vérité.

Référence[modifier | modifier le code]

  • Jacques Derrida, La Voix et le Phénomène, Paris, PUF, 1967, Quadrige, 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]