La Varenne (Maine-et-Loire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Varenne.
Ne doit pas être confondu avec Varennes-sur-Loire.

La Varenne
La Varenne (Maine-et-Loire)
La Divatte à droite se jetant dans la Loire à gauche, le village de La Varenne au second plan.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Métropole Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton La Pommeraye
Commune Orée d'Anjou
Statut Commune déléguée
Maire délégué Jean-Charles Juhel
2015-2020
Code postal 49270
Code commune 49360
Démographie
Gentilé Varennais
Population 1 736 hab. (2013)
Densité 122 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 48″ nord, 1° 19′ 15″ ouest
Altitude 64 m
Min. 1 m
Max. 82 m
Superficie 14,19 km2
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d’intégration Orée d'Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Varenne

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Varenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Varenne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Varenne

La Varenne est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Localité ligérienne du Nord des Mauges, La Varenne est située entre la rive sud de la Loire et la Divatte, à la limite de Maine-et-Loire et de la Loire-Atlantique, à 25 km à l'est de Nantes, 15 km à l'ouest d'Ancenis et 70 km à l'ouest d'Angers.

Les communes limitrophes sont Champtoceaux en Maine-et-Loire, Barbechat, La Chapelle-Basse-Mer, Le Cellier et Oudon dans la Loire-Atlantique.

Une île sur la Loire dépend administrativement de la commune : l'île Moron.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Selon le classement établi par l’Insee en 1999, La Varenne est une commune rurale monopolarisée qui fait partie de l'aire urbaine de Nantes et de l'espace urbain de Nantes-Saint-Nazaire (voir la page communes de la Loire-Atlantique), bien qu'elle soit située en Maine-et-Loire.

Toponymie et héraldique[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le mot « varenne » signifierait terre sableuse, terre d'alluvions et rappelle la présence forte de la Loire, de ses bras (boires d'Anjou et de Chapoin, boire Saint-Nicolas) et de la rivière frontalière voisine de la Divatte.

La localité est attestée sous sa forme latine Varennam dès 1123 [2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

La Varenne
Blason de La Varenne Blason Vin et Loire me font gloire
De gueules à la fasce ondée haussée d'argent, à la grappe de raisin d'or.
Détails
Commune viticole sur la rive gauche de la Loire. Du temps de la marine à voile, au lieu-dit la Queue de la Luce, barriques et sabots embarquaient dans les toues et les gabares.
Archives communales

Georges Aubert, maire de la commune de 1959 à 1964, entrepris des recherches auprès des archives départementales afin de savoir si sa commune n'a jamais possédé d'armoiries. Après discussion avec monsieur le conservateur, puis délibération du conseil municipal approuvée par M. le préfet, le projet fut adopté en 1963[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Panneau d'entrée dans la Varenne. Depuis 2015, elle fait partie de la commune d'Orée d'Anjou.

Historiquement, La Varenne fait partie des Marches de Bretagne-Anjou (qui s'étendent de la région de Champtoceaux à Montfaucon), dans les Mauges.

Au Xe siècle, Foulque Nerra conquiert de nouveaux territoires et étend l'Anjou vers l'ouest jusqu'à la rivière Divatte et le sud en conquérant les Mauges.

Sur le plan territorial, juridique et politique, La Varenne dépendra des duché et comté d'Anjou.

Sur le plan religieux, la paroisse de La Varenne restera tout comme Champtoceaux, La Boissière-du-Doré, Landemont, Liré, Montfaucon et quelques autres villages angevins, dépendant du diocèse de Nantes jusqu'à la Révolution française. En 1790, toutes ces communes, sauf La Boissière-du-Doré, rejoindront le diocèse d'Angers et le tout nouveau département de Maine-et-Loire.

Pendant les Guerres de Vendée, le 27 ventôse An II (lundi 17 mars 1794), la 9e Colonne Infernale, commandée par le général de brigade Étienne Cordellier, traverse la commune de Champtoceaux (49) pour se rendre à La Chapelle-Basse-Mer (44). Ce jour-là, 38 personnes seront déclarées décédées sur les registres de La Varenne (36 hommes et 2 femmes). Le plus jeune avait 19 ans, le plus âgé 91 ans.

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité au sein d'une commune nouvelle se dessine. L'ensemble des conseils municipaux se sont prononcés favorablement au projet de cette nouvelle entité entre le 1er et le 8 juillet 2015[4], laquelle fut baptisée Orée d'Anjou[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , La Varenne constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou, et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 en cours      
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Bernard Staub   Ingénieur informaticien
mars 2008 mars 2014 Daniel Pinier    
mars 2014 décembre 2015 Jean-Charles Juhel[6]   Professeur/distillateur
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune est membre en 2015 de la communauté de communes du canton de Champtoceaux[7], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1]

Jusqu'en 2014, Saint-Sauveur-de-Landemont fait partie du canton de Champtoceaux et de l'arrondissement de Cholet[8]. Le canton compte alors les neuf mêmes communes que celles intégrées dans l'intercommunalité. C'est l'un des quarante-et-un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du 26 février 2014. Le canton de Champtoceaux disparait et la commune est rattachée au canton de La Pommeraye, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[11],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 1 736 habitants, en augmentation de 3,58 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1061 0831 0311 1681 1831 1881 1921 1501 193
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 1871 2131 2481 2301 2121 2321 1791 1161 083
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0531 0931 038884892902880816870
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2010 2013
8648879041 0881 2781 3661 6121 7621 736
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,5 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 51,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 17,5 %, 30 à 44 ans = 25 %, 45 à 59 ans = 21,1 %, plus de 60 ans = 14,7 %) ;
  • 48,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,6 %, 15 à 29 ans = 16 %, 30 à 44 ans = 23,6 %, 45 à 59 ans = 19,5 %, plus de 60 ans = 18,4 %).
Pyramide des âges à La Varenne en 2008 en pourcentage[14]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,3 
4,6 
75 à 89 ans
8,0 
10,1 
60 à 74 ans
10,1 
21,1 
45 à 59 ans
19,5 
25,0 
30 à 44 ans
23,6 
17,5 
15 à 29 ans
16,0 
21,7 
0 à 14 ans
22,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[15].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 123 établissements présents dans la commune à la fin de 2010, 25 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 7 % du secteur de l'industrie, 20 % du secteur de la construction, 41 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[16].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Préfecture de Maine-et-Loire, Recueil spécial des actes administratifs no 89 - 25 novembre 2015. Pages 15-16-17, arrêté no DRCL/BCL/2015-79 du 23 novembre 2015 portant création de la commune nouvelle d'Orée d'Anjou.
  2. Jean-Pierre Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, t.  LXI, 1984, p. 33.
  3. Archives communales.
  4. « Champtoceaux. Une cinquième commune nouvelle dans les Mauges », sur Ouest-France, .
  5. « Champtoceaux. La commune nouvelle s'appellera Orée-d’Anjou », sur Ouest-France, (consulté le 6 octobre 2015).
  6. Préfecture de Maine-et-Loire, Liste des maires élus en 2014, document du 11 avril 2014.
  7. Insee, Composition de l'EPCI du Canton de Champtoceaux (244900783, consulté le 3 octobre 2013.
  8. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Christophe-la-Couperie, consultée le 22 février 2015.
  9. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  10. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  14. « Évolution et structure de la population à La Varenne en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012).
  15. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  16. Insee, Statistiques locales du territoire de La Varenne (49), consultées le 16 juin 2013.
  17. « Château », notice no PA00109452, base Mérimée, ministère français de la Culture.