La Théorie de l'information

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Théorie de l'information.
Le Grand Paris
Auteur Aurélien Bellanger
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Date de parution
Nombre de pages 496
ISBN 9782070138098
Chronologie

La Théorie de l'information est le premier roman d'Aurélien Bellanger paru en 2012 aux éditions Gallimard.

Résumé[modifier | modifier le code]

Pascal Ertanger, éditeur de jeux en BASIC, pornographe amateur, pirate récidiviste et investisseur inspiré, devient milliardaire à la suite de la lecture d'un article publié en 1948 par Claude Shannon, intitulé la Théorie de l'information. Aurélien Bellanger avoue s'être inspiré des biographies de Paul-Loup Sulitzer, Marcel Dassault, Martin Bouygues, Thierry Breton et Xavier Niel[1].

Réception critique[modifier | modifier le code]

À la sortie de son premier roman La Théorie de l'information, Sylvain Bourmeau dans Libération et Élisabeth Philippe dans Les Inrockuptibles comparent l'écrivain à Michel Houellebecq[2],[3]. Dans La Croix, Sabine Audrerie s'interroge : « S’il fallait chercher un lien, on pourrait retenir la volonté de s’inscrire dans l’héritage balzacien »[4].

Dans L’Express, Jérôme Dupuis n'est pas élogieux, trouvant le livre ennuyeux. Il y voit un Houellebecq « sans humour, sans sexe, sans aphorisme et sans mélancolie »[5].

Quant au style littéraire d'Aurélien Bellanger, Sylvain Bourmeau le qualifie de volontairement transparent, inspiré du style de l'encyclopédie Wikipédia[2]. Le directeur du magazine Lire, Philippe Delaroche, qualifie cette écriture de « poison Wikipédia »[6].

Pour le site Slate, ce n'est pas « le roman attendu de la génération Internet mais plutôt le roman de la génération Minitel, une méditation triste sur la croissance perdue »[7].

Lors de son bilan littéraire de l'année le magazine culturel Les Inrocks inclut ce roman dans les 25 meilleurs livres de l'année 2012[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Aurélien Bellanger, le nouveau Houellebecq? », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Sylvain Bourmeau, « La Théorie de l’information, un puissant avatar de l'époque », Libération,‎ (lire en ligne)
  3. Élisabeth Philippe, « Aurélien Bellanger, l’une des révélations de la rentrée littéraire », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne)
  4. Sabine Audrerie, « Des souris et des hommes », La Croix,‎ (lire en ligne)
  5. Jérôme Dupuis, « Aurélien Bellanger, ennuyeux comme un annuaire électronique », L'Express,‎ (lire en ligne)
  6. « Le match des critiques : que vaut le dernier livre d'Aurélien Bellanger ? » dans L'Express, 19 septembre 2012 Voir en ligne
  7. http://www.slate.fr/story/61857/aurelien-bellanger-la-theorie-de-linformation
  8. Les livres qui ont marqué l’année 2012 selon les Inrocks par le service littéraire dans Les Inrocks du 31 décembre 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]