La Terre et l'Ombre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Terre et l'Ombre
Titre original La tierra y la sombra
Réalisation César Augusto Acevedo
Scénario César Augusto Acevedo
Acteurs principaux

Haimer Leal, Hilda Ruiz, Marleyda Soto, José Felipe Cárdenas, Edison Raigosa

Genre Drame
Sortie 2015

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Terre et l'Ombre (La tierra y la sombra) est un film dramatique colombien réalisé par César Augusto Acevedo sortie en 2015.

Il est présenté à la Semaine de la critique au Festival de Cannes 2015 où il est primé de la Caméra d'Or[1] et des Prix Révélation France 4 et Prix SACD[2] de cette section parallèle[3]. Il a aussi remporté l'Alexandre d'argent au Festival international du film de Thessalonique 2015.

Synopsis[modifier | modifier le code]

17 ans après avoir divorcé, un vieux paysan revient chez lui pour soutenir les siens lors d'une grave maladie de son fils. Il retrouve sa ferme noyée au milieu de champs de cannes à sucre, dont l'exploitation génère de permanentes retombées de cendres. Lors de ces retrouvailles, il découvre dans le même temps les difficiles conditions de vie et les luttes des paysans surexploités dans ces champs[4],[3].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

Le rythme du film est décrit comme très lent, pour mieux traduire la pesanteur de l'ambiance, « le rythme de l’agonie, le battement de cœur au ralenti d’êtres dans la marge, que l’on a contraint trop longtemps à un abattage surhumain, et qui n’ont plus la force de se battre ». Il comporte relativement peu de dialogues[4],[3].

Production[modifier | modifier le code]

Genèse et développement[modifier | modifier le code]

Le style comporte de forts éléments autobiographiques : tourné dans la vallée de la Cauca, aux pieds des Andes, dont est originaire le réalisateur, il reprend une thématique de l'absence, de la disparition et de la séparation avec les siens :

« Quand j’ai commencé à écrire le scénario, ma mère était morte, mon père n’était qu’un fantôme et, puisque je n’arrivais pas à raviver mes souvenirs, j’avais l’impression d’avoir perdu mes parents pour toujours. J’ai ressenti le besoin de faire un film qui me permettrait de retrouver les deux personnes les plus importantes de ma vie, à travers le langage de cinéma. »

Distribution des rôles[modifier | modifier le code]

Le film est entièrement tourné par des non professionnels[5].

Tournage[modifier | modifier le code]

Le film est tourné dans la vallée de la Cauca, aux pieds des Andes, dont est originaire le réalisateur[3].

Accueil[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

En France, l'accueil critique est positif : le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,7/5, et des critiques spectateurs à 3,5/5[6].

Pour Jean-Baptiste Morain des Inrockuptibles, « on pourrait parfois suspecter César Acevedo d'avoir tout fait, esthétiquement, pour plaire à un jury de festival de cinéma… Mais il s'en dégage une telle sincérité qu’il est impossible de ne pas y voir le chant désespéré d’un Colombien sur les siens. Un chant dont la sincérité, l'extrême sobriété et la beauté faussement sereine désignent sans ambages les crimes sans pitié du libéralisme anonyme. »[5].

Pour Frédéric Strauss de Télérama, « c'est peu dire que chaque plan frappe le regard, tant les efforts du cinéaste portent sur la forme, aussi élaborée que le quotidien des personnages est simple. Le contraste devient parfois déséquilibre, et les effets de mise en scène figent alors le propos. Mais cette évocation de vies de labeur libère une indéniable puissance tragique. »[7].

Pour Jacques Mandelbaum du Monde, La Terre et l'Ombre est« un film de territoire, de fidélité, de résistance, terriblement concret, et cependant quasiment abstraità force de subordonner intrigue, décors et personnages à cette sorte de fatalité sourde, qui relie une famille de paysans au lieu qui l’a vu naître.. »[8].

Prix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cannes : la Caméra d'or attribuée à La Terre et l'Ombre, Direct-Matin, 24 mai 2015
  2. Cannes 2015 : Le Palmarès de la 54e Semaine de la Critique ! sur commeaucinema.com
  3. a, b, c et d Julien GESTER « La Terre et l’Ombre » : Acevedo sort de l’ombre, Libération, 18 mai 2015
  4. a et b Cannes 2015 : La Tierra y la Sombra - la critique du film sur avoir-alire.com
  5. a et b Jean-Baptiste Morain, « La Terre et l'Ombre », sur Les Inrockuptibles, (consulté le 22 septembre 2017)
  6. « La Terre et l'Ombre », sur Allociné (consulté le 22 septembre 2017).
  7. Frédéric Strauss, « La Terre et l'Ombre », sur Télérama, (consulté le 22 septembre 2017)
  8. Jacques Mandelbaum, « « La Terre et l’Ombre » : dans la solitude des champs de canne à sucre », sur Le Monde, (consulté le 22 septembre 2017)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]