La Terre (journal)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Terre (homonymie).
La Terre
Image illustrative de l'article La Terre (journal)

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Hebdomadaire jusqu'à février 2015.
Trimestrielle (en version numérique) depuis le 24 février 2015.
Genre Monde rural, Territoires, Environnement, Juridique, Services publics…
Diffusion 25 000 ex.
Date de fondation 1937
Ville d’édition Saint Denis

Propriétaire Société nouvelle du journal L'Humanité
ISSN 0040-3814
Site web laterre.fr

Fondé par Waldeck Rochet en 1937, La Terre est un hebdomadaire de sensibilité communiste qui s'intéresse au monde paysan.

Histoire[modifier | modifier le code]

« Paysan, voici ton journal ! » titrait le premier numéro de La Terre en janvier 1937. Fondée le 30 janvier 1937 par Waldeck Rochet, La Terre avait été créée dans la dynamique du Front populaire par le Parti communiste français pour augmenter leur influence dans le monde rural, ce que n'arrivait pas à faire La Voix paysanne dirigée par Renaud Jean, alors sous le giron du parti. Le changement de titre correspond également à une approche différente du monde rural par le PCF : l'objectif n'est plus de diffuser un journal syndical (ce qu'était La Voix paysanne, journal de la CGPT) mais un journal politique, ce que sera La Terre[1].

Sous le régime de Vichy, La Terre paraît clandestinement et relaie les mots d'ordres du PCF en appelant le monde rural à résister contre l'occupant nazi[2].

Mais parce que le monde rural a changé, La Terre a évolué[3]. Aujourd’hui, le journal se veut l’hebdomadaire « des issues progressistes pour les campagnes en mouvement »[4].

Fin février 2015, La Terre cesse de paraître comme hebdomadaire[5].

Principes et ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

Journal d’information et de services, La Terre aborde l’essentiel de l’actualité du point de vue de la vie dans les campagnes : entreprises et emploi, agriculture, services publics, santé, retraite, économie, aménagement du territoire et environnement, sécurité alimentaire, commerce mondial… La rubrique « Vos droits » décortique les lois, décrets, arrêtés, règlements qui intéressent la famille, les élus ruraux, les associations. Chaque semaine, des articles proposent des conseils de bricolage, de jardinage, des idées pour la vie quotidienne, la maison, la chasse, la pêche, la cuisine et la gastronomie.

Pluraliste, le journal ouvre ses colonnes à des avis divers. Le « Forum » donne la parole aux lecteurs. La Terre organise des débats ou des tables rondes auxquels participent de nombreuses personnalités (OGM, sécurité alimentaire, réchauffement climatique, etc.).

L'hebdomadaire prend le parti des populations rurales, défend leurs intérêts pour des choix de progrès. Solidaire des luttes pour une agriculture à taille humaine, paysanne et familiale, respectueuse de l’environnement, La Terre s’engage contre les ravages du libéralisme pour une autre mondialisation.

Diffusion[modifier | modifier le code]

Alors que la diffusion de La Voix Paysanne était inférieure à 10 000 exemplaires, les ventes de La Terre se stabilisent au-dessus de 30 000 exemplaires lors de ses premières années de parution (1937-1939)[6].

Après la Seconde Guerre mondiale, La Terre voit ses ventes augmenter et atteindre 293 000 exemplaires en 1946. La diffusion de l'hebdomadaire diminue à partir des années 1960, avec un regain lors des élections présidentielles de 1981 (200 000 exemplaires vendus en 1982)[7].

Responsables[modifier | modifier le code]

Directeurs[modifier | modifier le code]

Journalistes[modifier | modifier le code]

  • François Mioch (premier rédacteur en chef mort en déportation)
  • Joseph Luslac (rédacteur en chef)
  • Maurice Duplessis (rédacteur en chef)
  • Denis Recoquillon (rédacteur en chef)
  • Franck Jakubek (rédacteur en chef)
  • Olivier Chartrain (rédacteur en chef)
  • Renaud Jean
  • Bernard Paumier
  • Lucien Camus
  • Renée Mirande
  • Marc Philippon
  • Louis Geay
  • Roger Vergneau
  • Claude Le Tanter
  • Yves Lenoir
  • André Rebattet
  • Claudine Rey
  • Michel Caron
  • Daniel Roucous
  • Jean-Jacques Renoult
  • Gérard Le Puill
  • Nadège Dubessay
  • Yannick Groult
  • Yannick Curt
  • Olivier Morin

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Labrusse, « La presse agricole », pp. 303-317, dans Jacques Fauvet - Henri Mendras [dir.], Les Paysans et la politique
  • Françoise Delaspre, « La Terre hebdomadaire paysan du Parti communiste français de 1937 à la fin des années soixante-dix », projet de thèse d'histoire sous la direction de Jean Vigreux et de Serge Wolikow, en préparation depuis 2004
  • René Poupry, « L'information des agriculteurs », pp. 335-364 dans Yves Tavernier [dir.], L'Univers politique des paysans

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur ce sujet : Jean Vigreux, « Waldeck Rochet : du militant paysan au dirigeant ouvrier », 3 volumes, 1146 pages, thèse pour le doctorat sous la direction de Serge Berstein, 1997.
  2. « Paysans, vous avez des devoirs sacrés à remplir à l'égard de la patrie… Retardez les battages, cachez les récoltes pour les Français. Ne livrez rien aux boches, chassez les contrôleurs… Cachez, aidez, armez les jeunes réfractaires qui fuient la déportation… Avec la classe ouvrière, participez à la lutte armée pour chassez l'envahisseur » (numéro du 1er septembre 1943 de La Terre cité dans Pitaud, « La politique agraire du Parti communiste français du congrès de Marseille (1921) à nos jours », extrait p. 49, Cahiers de l'Institut Maurice Thorez, n° 24, 1971.)
  3. Une nouvelle formule est adoptée à la fin janvier 2012 en adoptant un format plus petit (217 x 285), le tout en 32 pages.
  4. Selon Patrick Le Hyaric, directeur de l'hebdomadaire (« La Terre s'ouvre un champ plus large », l'Humanité, édition du 1er février 2012).
  5. Voir sur le blog d'André Chassaigne.
  6. Le tirage du mois de mai 1937 est de 35 000 exemplaires (Georges Duby - Armand Wallon (dir.), Histoire de la France rurale, tome 4, « Depuis 1914 », p. 436, Folio Histoire, 1977.
  7. Voir pp. 56 et 57 de : Laird Boswell, Le Communisme rural en France. Le Limousin et la Dordogne de 1920 à 1939, Pulim.

Lien externe[modifier | modifier le code]