La Spirale du temps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Spirale du temps
11e album de la série Yoko Tsuno
Auteur Roger Leloup
Couleurs Studio Leonardo

Thèmes Bande dessinée
Voyage dans le temps
Personnages principaux Yoko Tsuno
Vic Vidéo
Pol Pitron
Monya
Lieu de l’action Terre (Indonésie)

Éditeur Dupuis
Première publication 1981
ISBN 2-8001-0744-8
Nb. de pages 44 pages

Prépublication Spirou (1980)
Albums de la série Yoko Tsuno

La Spirale du temps est le onzième album de la série Yoko Tsuno de Roger Leloup, dont il constitue la seizième histoire et le dixième long récit (six mini-récits furent rassemblés dans le quatrième album de la série, Aventures électroniques). Le récit est prépublié en 1980 dans les numéros 2189 à 2210 du journal Spirou, puis publié en album en 1981.

Univers[modifier | modifier le code]

Synopsis[modifier | modifier le code]

En vacances en Indonésie chez son cousin, Yoko vient dans un temple en ruines, contempler la sculpture d'une énigmatique danseuse.

Cependant, à la nuit tombée, des hommes arrivent, installent du matériel, et une mystérieuse machine apparaît, surgie de nulle part. Sa pilote, Monya, vient du XXXIXe siècle, où elle vivait dans une station orbitale. Elle a pour objectif de tuer un scientifique, Webbs, qui mit au point l'antimatière, par laquelle la Terre a été détruite en 3872 avec l'utilisation de la bombe à contraction. Pour empêcher ce désastre Yoko décide de retourner en 1943 afin de retrouver son oncle Toshio Ishida.

Personnages[modifier | modifier le code]

Trio Alliés Adversaires
  • Monya
  • cousin Izumi
  • oncle Toshio
  • M. Stanford
  • Stephen Webbs
  • lieutenant Amemiya
Village Toraja à Sulawesi
Tombes Toraja

Lieux[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Premier album de la série à mettre le voyage dans le temps.

« En fait, je croyais ne faire qu'un seul épisode dans le temps, mais les lecteurs ont souhaité que j'y revienne. Ils aiment bien et c'est une possibilité de renouveler les décors et les atmosphères (...) Dans un certain sens, j'y suis moins libre qu'avec les Vinéens où je peux m'amuser à composer régulièrement de nouveaux engins... (...) Je préfère ne pas aller vers le futur, car on s'y engage en terrain mouvant. Après tout, les Vinéens sont déjà pour moi une forme de futur extérieur au nôtre. (...) Faire revivre une époque disparue m'offre le plaisir de la redécouvrir moi-même. Lorsque Yoko reste sur Terre, j'aime disposer d'une documentation solide, ce que permet un séjour dans le passé... »

— Roger Leloup[1]

Publication[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

La Spirale du Temps a été prépubliée dans les numéros 2189 à 2210 du magazine Spirou, du 27 mars au 21 août 1980[1].

Album[modifier | modifier le code]

Le récit est publié en 1981 chez l’éditeur Dupuis sous la forme d’un album à couverture cartonnée, portant le numéro 11 de la série Yoko Tsuno. Plusieurs ré-impressions ont assuré depuis la constante disponibilité du titre, à l’instar des autres titres de cette série.

En 2007, il est inclus dans À la poursuite du temps, le troisième volume de l'Intégrale Yoko Tsuno, où il est suivi de deux autres épisodes dans lesquels est utilisé le translateur temporel : Le Matin du monde et L'Astrologue de Bruges. Dans le premier de ces deux récits, le cadre de l'Indonésie sera de nouveau utilisé, et le thème de la danseuse indonésienne considérablement développé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « La Spirale du temps », yokotsuno.com (consulté le 25 décembre 2008)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]