La Source thermale d'Akitsu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
La Source thermale d’Akitsu
Titre original 秋津温泉
Akitsu onsen
Réalisation Yoshishige Yoshida
Scénario Shin'ya Fujiwara (roman)
Yoshishige Yoshida
Acteurs principaux
Sociétés de production Shōchiku
Pays d’origine Drapeau du Japon Japon
Genre Drame
Durée 107 min
Sortie 1962

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Source thermale d'Akitsu (秋津温泉, Akitsu onsen?) est un film japonais réalisé par Yoshishige Yoshida et sorti en 1962.

Synopsis[modifier | modifier le code]

1945. La fin de la guerre approche. Sur les conseils d'une femme rencontrée fortuitement, Shūsaku, un étudiant souffrant d'une pneumonie, se rend dans un onsen, situé dans les montagnes. Là, il ne songe qu'à mourir en paix. Mais, Shinkō, une jeune fille débordant d'énergie, lui insuffle le goût de la vie. Grâce à elle, il est sauvé. Le jour où la défaite du Japon est annoncée, Shinkō est profondément bouleversée et Shūsaku, ému, s'éprend d'elle. Ils souhaitent vivre ensemble, mais la mère de Shinkō ne veut pas d'un homme désargenté et sans perspectives. Shūsaku retourne à Tōkyō et finit par se marier. Durant dix-sept années, Shinkō, fidèle et amoureuse, le revoit par intermittence et espère toujours. Un jour, pourtant, Shūsaku lui rend visite, une ultime fois, pour lui annoncer, qu'étant muté dans une lointaine contrée, il ne la reverra plus...

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Autour du film[modifier | modifier le code]

La Source thermale d'Akitsu a été découvert tardivement en France. C'est, néanmoins, le film qui fit reconnaître en son pays, Yoshishige Yoshida. « Porté par sa subtile réalisation et le lumineux visage de Mariko Okada, Akitsu onsen est une œuvre déchirante et retenue, non dépourvue d'un regard acerbe sur la société japonaise d'après-guerre. »[1]

Mariko Okada devint, après ce film, l'épouse du réalisateur. Entre 1965 et 1971, elle sera son interprète d'élection, mais aussi une de ses productrices, participant ainsi à ce que l'on appellera la Nouvelle Vague nippone.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Tulard : Le Nouveau Guide des films, tome 4, Éditions Robert Laffont, 2010.

Lien externe[modifier | modifier le code]