La Semaine du Goût

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

« La Semaine du Goût » (initialement « La Journée du Goût ») est une marque déposée[1] et un évènement autour du goût et de la gastronomie créé en 1990 par les industriels français du secteur du sucre en partenariat avec Jean-Luc Petitrenaud, journaliste culinaire. Le ministère de l'Éducation nationale est partenaire de l'événement.

Il s'agit d'un événement très médiatique[2] dont l'objectif est d'« éduquer les consommateurs, et surtout les enfants, aux goûts ». Des guides et des dépliants y sont notamment distribués dans les écoles afin d'encourager la consommation de sucre, pourtant décrié par les nutritionnistes[2].

Adapté en Suisse en 2001, l'événement a été adapté sous la forme de la Fête du Goût en Roumanie en 2014.

Historique[modifier | modifier le code]

La Journée du goût est initiée à Paris en octobre 1990 par la Collective du Sucre, une organisation interprofessionnelle du secteur du sucre, en partenariat avec Jean-Luc Petitrenaud, chroniqueur gastronomique, animateur de radio et de télévision français[3],[2]. À l'origine, l'objectif est de contrer la mode du « light »[2], qui privilégie une diminution du sucre ou l'utilisation de ses alternatives.

Elle devient La Semaine du goût en 1994 et s'étend dans toute la France[3]. Elle a été reprise en Suisse en 2001. Aujourd'hui, celle-ci s'est beaucoup exportée et des festivités ont lieu dans de nombreux pays dans le monde, de façon officielle ou à la suite d'initiatives privées (et notamment par l'Institut de France). Contrairement à la fête de la musique par exemple, il ne s'agit pas d'un évènement coordonné au niveau mondial : si les festivités françaises se déroulent toujours en octobre, en 2011 celles de Belgique ont ainsi été planifiées en novembre et celles de Suisse en septembre. La première organisation a eu lieu à Fréjus dans le Var (France) en 1989 lors d'un salon du gourmet, avec la participation de l'académie de cuisine, des artisans-pâtissiers, boulangers, et d'autres professionnels des métiers de bouche, dans un but commercial et éducatif, en collaboration avec des écoles, dont l'école Turcan.

Partenaires[modifier | modifier le code]

Communication[modifier | modifier le code]

La Collective du Sucre dépense chaque année 1 000 000 d'euros dont 400 000 pour la communication à l'occasion de l'événement[2].

Déclinaisons[modifier | modifier le code]

La « Fête du Goût » Roumanie est initiée en 2010 par Daniel Dobre et Patrick-Pierre Pettenuzzo.

Nous investissons dans une approche de performance et d’amélioration continue de notre responsabilité avec des entreprises engagées dans le durable et le mieux manger en Europe.

Bon pour le Goût, Bon pour la Santé, Bon pour la Planète !

Dans notre cuisine : "Nous assaisonnons les jeunes générations de valeurs, nous pimentons le débat des consommateurs, nous réduisons les déchets de l’HORECA et déglaçons le meilleur du Food-service".

Education, culture, francophonie et lutte contre le gaspillage alimentaire !

Elle est soutenue en Roumanie par les ministères de l'éducation, de l'agriculture, et de l'Environnement. En 2017 la Commission Européenne et la Mairie de Bucarest étaient partenaires.

En 2017, 200.000 élèves des classes primaires (troisième) reçoivent une brochure pédagogique et ludique avec des éxercices à réaliser en classe et d’autres à completer avec les parents. Les élèves reçoivent égaelment une toque «Millésime» signée par de grands chefs pour la transmission de valeurs.

Publics sensibilisés : 25 000 instituteurs et environ 500.000 adultes (parents et proches)

7 thèmes à réaliser avec les parents à la maison !

Les sujets abordés sont ceux qui conduisent vers une alimentation responsable, saine et diversifiée. Egalement, les gestes “pro” en cuisine et les attitudes éco-responsables pour limiter l’impact de sa consommation sur l’environnement. Mieux connaître les produits et la traçabilité.

Les évènements, sous l’égide de la « Fête du Goût »,  débutent en septembre et se déroulent toute l'année.

Plusieurs festivités sont associées : Ateliers culinaires chez Carrefour, Master class lors du salon de l'hôtellerie-restauration de Bucarest ROMHOTEL, Dégustation du Beaujolais-Nouveau signé Paul Bocuse. Classes du Goût dans les écoles primaires. Les principaux partenaires sont : Carrefour Romania Up Romania Veolia Ecoromambalaj Europcar Engie CocoRico Commission Européenne Mairie de Bucarest

La Fête du Goût c'est aussi :

- Un plus d’européanité

- La transmission de valeurs

- La valorisation des métiers de bouche

- La promotion des produits issus de l’agriculture raisonnée

- La sensibilisation de tous les acteurs de la filière à l'économie circulaire.

Les Ateliers du Goût valorisent autant les marques que la présence française sur le marché roumain. C'est un tremplin pour les marques, les labels et les grands noms de la gastronomie pour se présenter sur le marché roumain. Deuxième plus grand marché d'Europe Centrale après la Pologne, pays latin et francophone, en 2013 la Roumanie est le plus dynamique marché européen en ce qui concerne l'agriculture bio.

Articles : La FoodTech et ses tendances pour une alimentation de qualité. Ne dis pas au paysan à quel point le fromage est bon avec les poires !

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La semaine du goût 2012 », sur amf.asso.fr
  2. a, b, c, d et e Christophe Labbé et Olivia Recasens, « Comment on nous gave de sucre », sur lepoint.fr,
  3. a et b Ulla Majoube, « Semaine du goût: tout ce qu'il faut savoir sur la 26e édition », sur lexpress.fr,

Liens externes[modifier | modifier le code]