La Séauve-sur-Semène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Seauve-sur-Semene)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Séauve-sur-Semène
La Séauve-sur-Semène
La Séauve, vue du Fayard.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Haute-Loire
Arrondissement Arrondissement d'Yssingeaux
Canton Deux Rivières et Vallées
Intercommunalité Communauté de communes Loire Semène
Maire
Mandat
Bruno Marcon
2014-2020
Code postal 43140
Code commune 43236
Démographie
Gentilé Séauvois(es)
Population
municipale
1 466 hab. (2015 en augmentation de 3,68 % par rapport à 2010)
Densité 187 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 17′ 47″ nord, 4° 15′ 03″ est
Altitude Min. 657 m
Max. 865 m
Superficie 7,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte administrative de la Haute-Loire
City locator 14.svg
La Séauve-sur-Semène

Géolocalisation sur la carte : Haute-Loire

Voir sur la carte topographique de la Haute-Loire
City locator 14.svg
La Séauve-sur-Semène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Séauve-sur-Semène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Séauve-sur-Semène

La Séauve-sur-Semène (autrefois Silva Lucdunense[1], puis en 1408 La Selva[2], aujourd'hui Là Seuvà en auvergnat[3]) est une commune française située à l'est du Velay, dans le département de la Haute-Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle tire son nom des forêts (du latin silva)[4] qui couvraient ses versants lorsque fut fondée l'abbaye cistercienne de La Séauve-Bénite, par les seigneurs de Saint-Didier, dans la seconde moitié du XIIe siècle.

Ses habitants sont les Séauvois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Séauve-sur-Semène est une commune du massif central située à l'est du Velay, à 725 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Séauve-sur-Semène faisait partie de la commune de Saint-Didier-en-Velay qui se nommait alors Saint-Didier-la-Séauve. Elle n'a été érigée en commune indépendante qu'en 1925. Son histoire est intimement liée à celle de l'abbaye cistercienne qui est le principal seigneur des terres de l'actuelle commune au XVIe siècle[5]. Au XIXe siècle, plusieurs usines se développent autour du site de l'ancienne abbaye de la Séauve. Victor Colcombet, un entrepreneur originaire de Saint-Etienne installe une importante manufacture de rubans au milieu du XIXe siècle[6]. L'église de la Séauve succède à la chapelle érigée dans le bourg par Marie Louise Colcombet en 1870[7].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1983 1989 Jean Pays    
1989 1995 Auguste Olagnon    
1995 2003 Claudius Guignand    
2003 2014 Noël Grange DVD  
2014 en cours
(au 28 août 2014)
Bruno Marcon[8]    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1926. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[10].

En 2015, la commune comptait 1 466 habitants[Note 1], en augmentation de 3,68 % par rapport à 2010 (Haute-Loire : +1,35 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 6461 5561 4191 1781 2611 1651 1881 0211 018
1990 1999 2005 2010 2015 - - - -
1 0741 0951 2311 4141 466----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique

Activités[modifier | modifier le code]

  • Industries plastiques.
  • Décolletage, mécanique.
  • Salaisons.

Sports, loisirs et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Plan d'eau aménagé sur la Semène.
  • Équipements sportifs (football, basket, boulodrome, bi-cross, tennis, escalade).
  • Parcours de santé aménagé dans la forêt de Chantemule.
  • Salle polyvalente.
  • Restaurants et hôtels.
  • Discothèque.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

http://histoire-seauve-et-velay.fr/ Abbaye-seauve-(402).jpg

  • L'abbaye de la Sauve-Bénite, ancienne abbaye cistercienne (milieu du XIIe siècle, reconstruite en 1760)[13] : Certaines estimations avance la date de sa construction vers 1223. Deux Rochebaron furent abbesse, Alix, de 1329 à 1345 (fille de Briand), et Alix, de 1402 à 1406 (fille de Guigues)[14]. L'abbaye était d'ailleurs vassale de Rochebaron au XVIIe siècle[15], pour des terres situées a priori vers Os[16] dans la commune actuelle de Bas en Basset. Partiellement détruite par la Révolution française, et défigurée par l'installation d'une fabrique de textile. Elle est aujourd'hui réhabilitée en 47 appartements locatifs et la communauté des communes Loire/Semène.

Cette abbaye fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [17].

  • Oratoire (1641) et Croix de Sainte-Marguerite (XVIe siècle). Une moniale de cette abbaye qui se nommait Marguerite a fait l'objet d'un culte local assez important dès le début du XIIIe siècle [18] et jusqu'au début du XXe siècle[19]
.La croix du XVIe devant l'abbaye de la Séauve-sur-Semène.
  • Château de Chantemule (XVIIIe siècle).
  • Maison Gontaud (XVIe siècle). La maison d'une vieille famille de représentants laîcs de l'abbesse de la Séauve est toujours présente et conserve notamment une très belle porte de la fin du Moyen-Age[20].
  • Les moulins et l'usine des Mazeaux. L'actuel village de Mathevard (autrefois nommé les Mazeaux) dispose depuis les temps médiévaux de plusieurs moulins importants. Une très belle façade de l'un d'entre eux existe encore avec la présence d'un superbe et exceptionnel cadran solaire de l'époque révolutionnaire[21]. Il s'agit d'un des six cadrans décimaux conservés en France[22], probablement réalisé en 1794. C'est un décret du 24 novembre 1793 qui instaure le Temps décimal en France (découpage en tranches de dix) avant qu'elle ne soit définitivement abandonnée en avril 1795.

Particularités[modifier | modifier le code]

  • Le patronyme "Guignand" est très répandu à la Séauve (19 foyers recensés).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Augustin Chassaing et Antoine Jacotin, Dictionnaire topographique du département de la Haute-loire, Paris, , p. 267
  2. Augustin Chassaing et Antoine Jacotin, Dictionnaire topographique de la Haute-Loire, Paris, , p. 267
  3. Pierre Bonnaud, De l'Auvergne : un fil d'Ariane pour aller de la Confédération Arverne au IIIe millénaire, Nonette, Créer, , 318 p. (ISBN 2-84819-001-9, lire en ligne), p.123
  4. Jean Arsac, Toponymie du Velay, Le Puy-en-Velay, Cahiers de la Haute-Loire, , p. 182
  5. Pierre-Eric Poble, La citadelle royaliste du Velay "delà les bois", Saint-Didier-la-Séauve dans la seconde moitié du XVIe siècle, Saint-Etienne, (lire en ligne)
  6. Pierre-Eric Poble (dir.), Guide historique de la Séauve-sur-Semène, Saint-Didier-en-Velay, Société d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Didier-la-Séauve, , p. 17 p., p.9-10.
  7. Régis Thomas, Eglises de Haute-Loire, Yssingeaux, PHIL'PRINT, (ISBN 9782746682030), p. L'église de la Séauve par Pierre-Eric Poble; p.707-708
  8. Liste des maires de la Haute-Loire sur le site de la préfecture (consulté le 28 août 2014).
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  13. Pierre-Eric Poble (dir.), Guide Historique de la Séauve-sur-Semène, saint-Didier-en-Velay, Société d'histoire et d'archéologie de Saint-Didier-la-Séauve, , p. 1-4
  14. LA MURE (J. M. de), Histoire universelle civile et ecclésiastique du pays de Forez, t.2, Lyon, 1674, p. 448
  15. Archives Départementales de la Loire, B2168, 1675-1690
  16. Archives Départementales de la Loire, Fond Chaleyer, CH MS 760, XVII° siècle; une reconnaissance aux soeurs en 1492 en fait mention
  17. Notice no PA00125288, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Pierre-Eric Poble (dir.), Guide Historique de La Séauve-sur-Semène, Saint-Didier-en-Velay, Société d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Didier-la-Séauve, , p. 6-7
  19. « Site de la commune de la Séauve »
  20. Pierre-Eric Poble (dir.), Guide Historique de la Séauve-sur-Semène, Saint-Didier-en-Velay, Société d'Histoire et d'Archéologie de Saint-Didier-la-Séauve, , p. 8
  21. Pierre-Eric Poble (dir.), Gudie Historique de la Séauve-sur-Semène, Saint-Didier-en-Velay, Société d'Histoire et d'Archeologie de Saint-Didier-la-Séauve, , p. 11--13
  22. « Site de la commune de la Séauve »


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :