La Rue Montorgueil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Rue Montorgueil
Image dans Infobox.
Artiste
Date
1878
Type
peinture
Technique
huile sur toile
Lieu de création
Dimensions (H × L)
81 × 50 cm
Mouvement
Propriétaires
Collection
No d’inventaire
RF 1982 71Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Musée d'Orsay, 1 Rue de la Légion d'Honneur, 75007 Paris (France)
Inscription
Claude MonetVoir et modifier les données sur Wikidata

La Rue Montorgueil est un tableau réalisé par le peintre impressionniste Claude Monet le 30 juin 1878, à l'occasion de la fête nationale pour la « paix et le travail »[1] et de la clôture de l'Exposition universelle de Paris, dans un symbolisme, promu par l'État républicain français, de reconstruction après l'humiliation de la défaite face à la Prusse en 1870[2]. Les couleurs vives, la profusion de drapeaux français, font ressortir avec force l'atmosphère festive de cette journée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Monet, La Rue Saint-Denis (1878), musée des beaux-arts de Rouen.

La toile est à rapprocher de La Rue Mosnier aux drapeaux, un tableau d'Édouard Manet beaucoup plus mélancolique mais réalisé sur le même sujet et le même jour[3],[4]. Les deux œuvres relèvent du thème artistique alors commun de la rue pavoisée[5]. Monet réalise ce tableau alors qu'il flâne à Paris à la recherche de motifs à peindre[6]. Il est revenu dans la capitale pour la naissance de son fils Michel, préoccupé par l'état de santé de la mère de celui-ci, Camille[6]. Le tableau montre l'attirance du peintre pour les drapeaux flottant au vent[6].

« J'aimais les drapeaux. La première fête nationale du , je me promenais rue Montorgueil avec mes instruments de travail ; la rue était très pavoisée avec un monde fou. J'avise un balcon, je monte et demande la permission de peindre, elle m'est accordée. Puis je redescends incognito[6] ! »

— Claude Monet

Le même jour et dans des conditions similaires, Monet représente aussi la rue Saint-Denis voisine pavoisée[7], tableau conservé aujourd'hui au musée des beaux-arts de Rouen[8], sur lequel on peut lire les inscriptions « Vive la France » en banderole et sur un drapeau « Vive la Rép[ublique] »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Musée d'Orsay: Claude Monet La rue Montorgueil », sur www.musee-orsay.fr (consulté le )
  2. Chantal Georgel, « 30 juin 1878, une fête « vraiment nationale » | Histoire et analyse d'images et oeuvres », sur histoire-image.org, (consulté le )
  3. Bertrand Tillier, « De la balade à la manif' », Sociétés & Représentations, vol. 17, no 1,‎ , p. 87 (ISSN 1262-2966 et 2104-404X, DOI 10.3917/sr.017.0087, lire en ligne, consulté le )
  4. (en) « The Rue Mosnier with Flags (Getty Museum) », sur The J. Paul Getty in Los Angeles (consulté le )
  5. a et b Olivier Ihl, « La rue pavoisée. Une acclamation républicaine de la souveraineté », dans Tous républicains !, Armand Colin, (ISBN 978-2-200-27282-1, DOI 10.3917/arco.belo.2011.01.0107, lire en ligne), p. 107
  6. a b c et d Commentaire du tableau sur le site Internet de l'exposition Monet 2010
  7. « La Rue Montorgueil, à Paris. Fête du 30 juin 1878 », sur www.panoramadelart.com, (consulté le )
  8. « Rue Saint-Denis, fête du 30 juin 1878 », sur Musée des Beaux-Arts, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]