La Rosière (Montvalezan)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Rosière
Vue aérienne de la station.
Paysage de neige.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Savoie
Site web www.larosiere.net
Géographie
Coordonnées 45° 37′ 44″ nord, 6° 50′ 53″ est
Massif
Altitude 1 850 m
Altitude maximum 2800 m
Altitude minimum 1850 m
Ski alpin
Domaine skiable Espace San Bernardo
(La Thuile - La Rosière)
Remontées
Nombre de remontées 38
Télécabines 1
Télésièges 18
Téléskis 19
Pistes
Nombre de pistes 80
Noires 15
Rouges 32
Bleues 25
Vertes 8
Total des pistes 160 km
Installations
Nouvelles glisses
2 snowparks
Ski de fond
Total des pistes 7 km

La Rosière - Espace San Bernardo est une station de sports d'hiver de la Tarentaise, située sur le territoire communal de Montvalezan, dans le département de la Savoie en région Auvergne-Rhône-Alpes. À 1 850 m, elle est construite sur un site en balcon, exposée plein sud et offrant un panorama sur la vallée. Le domaine skiable est relié au grand domaine franco-italien Espace San Bernardo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La Rosière- Espace San Bernardo se situe dans la vallée de la Tarentaise au pied du col du Petit-Saint-Bernard, dans le département de la Savoie. Son altitude varie de 1 850 à 2 800 m, la station-village est située pour sa part à 1 850 m, son point culminant est le Montvalaisan situé à 2891m.

Son exposition sud et sa proximité avec le col du Petit Saint Bernard lui offre un rapport ensoleillement-enneigement exceptionnel.

Accès à la station[modifier | modifier le code]

Navette estivale arrivée à La Rosière depuis la gare de Bourg-Saint-Maurice.

Par train : gare de Bourg-Saint-Maurice terminus à partir de Lyon via Chambéry, Albertville et Moûtiers.

Plusieurs TGV y arrivent en saison qui desservent également les stations de montagne, entre autres Les Arcs, Tignes et Val d’Isère.

Par route : la route nationale 90 de la Tarentaise jusqu'à Bourg-Saint-Maurice, puis la RD 1090 qui monte en lacets à partir de Séez vers le col du Petit-Saint-Bernard. À noter que cette route est fermée l'hiver à partir de La Rosière. L'été par la route du col au départ de Courmayeur et le tunnel du Mont Blanc ou du val d'Aoste.

Nom de la station[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Anciennement un hameau de chalet d'alpage, la station moderne, fondée au début des années 1960, est reliée l'hiver depuis 1984 avec la commune valdôtaine de La Thuile pour former le domaine skiable international de l'Espace San Bernardo.

La station[modifier | modifier le code]

Promotion[modifier | modifier le code]

La station a obtenu plusieurs labels « Famille Plus » « Grand domaine » ; « Station village »[1].

La commune de La Rosière bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris de 2016[2].

Le village[modifier | modifier le code]

Centre principal de La Rosière en été.

Au niveau architecture, se côtoient principalement des chalets néo-savoyards récents, bardés de bois, avec de petits immeubles cubiques construits dans les années 1960 et 1970. Le bois, la pierre et la lauze constituent les fondements de l'architecture traditionnelle savoyarde.

La station est réparti en deux pôles : le centre et Les Eucherts

Hébergement et restauration[modifier | modifier le code]

En 2014, la capacité d'accueil de la station, estimée par l'organisme Savoie-Mont-Blanc, est de 10 546 lits touristiques répartis dans 1 436 établissements[Note 1]. Les hébergements se répartissent comme suit : 531 meublés, 15 résidences de tourisme, 5 hôtels et une structure d'hôtellerie de plein air[3].

Domaine skiable et gestion[modifier | modifier le code]

La station est reliée par remontées mécaniques à la commune italienne et valdôtaine de La Thuile, à travers le col du Petit-Saint-Bernard, par le télésiège du Chardonnet et du téléski de Bellecombe, côté français, et le télésiège du Belvédère, côté valdôtain.

Cette liaison ouvre aux skieurs un domaine skiable commun — l'espace San Bernardo — de 3 000 ha, 160 km de pistes desservies aujourd'hui par 38 remontées mécaniques.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Sports d'hiver[modifier | modifier le code]

La station compte, durant l'hiver, 160 km de pistes avec la station voisine de La Thuile ainsi que 38 remontées mécaniques.

Cyclisme[modifier | modifier le code]

La Rosière-Montvalezan (1 847 m) a servi d’arrivée à la 6e étape du tour de l'Avenir 2014, plutôt courte avec 108 km. L'ascension avait été classée en première catégorie. C’est le Colombien Miguel Ángel López, leader de la course, qui remportait cette étape devant Robert Power, son adversaire qui le suivait juste derrière au classement général. Le tour de l'Avenir 2015 y est revenu lors de la 5e étape, voyant la victoire du Français Guillaume Martin en échappée.

En 2018, le criterium du Dauphiné y organisa l'arrivée de la 6e étape avec la victoire de Peio Bilbao devant le maillot jaune Geraint Thomas. Le Tour de France 2018 y arrivait également lors de la 11e étape. Mikel Nieve, échappé, n'avait pu résister au retour de Geraint Thomas, qui remportait cette étape vingt secondes devant son habituel leader Christopher Froome, et Tom Dumoulin. Geraint Thomas endossait du même coup le maillot jaune.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Fort de la Redoute Ruinée.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur au soleil d'or chargé d'un écusson de gueules à la croix d'argent, soutenu d'une montagne de trois pics d'argent mouvant de la pointe.

Annecdote[modifier | modifier le code]

Marcel Dix-neuf, cadre chez Peugeot et propriétaire à La Rosière, organise pendant plusieurs années le Trophée Esso-Peugeot à la Rosière[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La structure Savoie Mont Blanc, pour ces données statistiques de capacité d'accueil en termes de lits touristiques d'une station ou d'une commune, additionne les établissements marchands, qui appartiennent au secteur de l'hôtellerie, et les hébergements non marchands, qui n'implique donc pas de transaction commerciale comme les résidences secondaires[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « La Rosière », sur site france-montagnes.com (consulté le ). France Montagnes est une association qui regroupe des acteurs du tourisme de montagne en France.
  2. « Toutes les communes fleuries - Site officiel des Villes et Villages Fleuris, label de qualité de vie et de développement du tourisme vert », sur www.villes-et-villages-fleuris.com (consulté le )
  3. a et b « La capacité d'accueil touristique en Savoie-Mont-Blanc », Observatoire, sur le site Savoie-Mont-Blanc - pro.savoie-mont-blanc.com, (consulté en ) : « Les données détaillées par commune, et par station : nombre de structures, nombre de lits par type d'hébergements (fichier : Détail des capacités 2014, .xlsx) ».
  4. Gisèle et Roger Gaide, Les 100 ans là Haut, p.xxx
  5. Alain Mermier, Albertville autrefois. Les années 20, Édition simplifiée, La Fontaine de Siloé, , 435 p. (ISBN 978-2-904745-02-7, lire en ligne), p. 294

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Gisèle Gaide, Roger Gaide, Vivre Là-Haut
  • Gisèle Gaide, Roger Gaide, Le Petit Saint-Bernard
  • Gisèle Gaide, Roger Gaide, 100 Ans Là-Haut
  • Hélène Arpin, La Rosière de A à Z

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :