La Rose Marie Claire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'admissibilité de cet article est à vérifier (janvier 2017).
Motif : notoriété réelle non démontrée, et absence de sources secondaires de qualité, espacées dans le temps, venant convaincre de manière évidente de la correspondance aux critères d'admissibilité.
Vous êtes invité à le compléter pour expliciter son admissibilité, en y apportant des sources secondaires de qualité, ainsi qu'à discuter de son admissibilité. Si rien n'est fait, cet article sera proposé à la suppression un an au plus tard après la mise en place de ce bandeau.
Conseils utiles à la personne qui appose le bandeau

La Rose Marie Claire est un événement caritatif pour la scolarisation des petites filles défavorisées dans le monde et qui permet de récolter des fonds par la vente d'une rose au prix de 3 euros dont 1,50 euro est reversé à trois missions associatives :

Depuis 2010, la flamme Marie Claire a remplacé la Rose Marie Claire.

Statut[modifier | modifier le code]

Initiée en 2006 par Jean-François DANIEL et Tina KIEFFER, la Rose Marie Claire est un évènement dont la production et la commercialisation publicitaire est organisée par l'agence de communication Beautiful world et relayée par des grands groupes médias tels que TF1, l'ensemble des chaînes du groupe France Télévisions, Chérie FM, Direct 8, LCP, L’Express etc.

Actions et résultats[modifier | modifier le code]

Se déroulant la première semaine (ou quinzaine) du mois de mars, l'évènement a lieu partout en France. Lors de l'édition 2006, 147 521 roses Marie Claire auraient été vendues et ce sont 278 528,90 euros qui ont été reversés à deux associations (Toutes à l’école : 155 543,20 euros, et Un Regard, un Enfant : 122 985,70 euros).

L’évènement n'a pas eu lieu en mars 2010. D'après sa promoteure Tina Kieffer, « La Flamme Marie-Claire a pris la suite de La Rose-Marie Claire ».

Critiques[modifier | modifier le code]

Avant la première opération de 2006, l'évènement avait été marqué par des tensions au sein du groupe Marie Claire, alors que des journalistes se plaignaient du traitement de l'opération, qui masquait la situation précaire de certains d'entre eux[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Article de l'Unicef relatif à la situation en Casamance
  2. voir la filiation de l'association à l'évènement
  3. Lettre intitulée Les faces cachées de Marie Claire par Henri Maler et Brigitte Denis le lundi 20 février 2006 suivie d'une Lettre ouverte du SNJ et du SNJ-CGT aux élu(e)s de l’Assemblée Nationale et de Ville de Paris, le 10 mars 2006. À voir

Liens externes[modifier | modifier le code]

http://www.laflammemarieclaire.org/