La Revue musicale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Revue Musicale)
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la presse écrite image illustrant la musique classique
Cet article est une ébauche concernant la presse écrite et la musique classique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La Revue musicale
couverture d'un numéro
Couverture du no 8 (1927)

Pays France
Langue Français
Périodicité Mensuel (irrégulier)[1]
Fondateur Henry Prunières et André Cœuroy
Date de fondation 1920
Date du dernier numéro 1946 (no 198)
Ville d’édition Paris

Rédacteur en chef André Cœuroy (19201937)
ISSN 0768-1593
OCLC 1764223

La Revue musicale est une revue consacrée à la musique créée par Henry Prunières et André Cœuroy en 1920.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les objectifs de la revue sont les suivants :

  1. faire connaître la musique contemporaine aux mélomanes, et non plus uniquement la musique des siècles passés ; ne pas réserver la musique à quelques privilégiés mais la diffuser très largement à travers toutes les populations ;
  2. faire connaître la musique contemporaine de tous les pays, et non plus uniquement la musique d'un pays : après la Première Guerre mondiale (1914-1918), les Français refusaient d'entendre des œuvres de compositeurs allemands, etc. ;
  3. la musique contemporaine est inséparable de l'art contemporain dans son ensemble : peinture, gravure, sculpture, et aussi littérature. C'est l'ensemble de l'art contemporain qu'il faut diffuser ;
  4. le soutien à l'art contemporain n'exclut pas une meilleure connaissance de l'art des siècles passés qu'il faut étudier d'une façon plus scientifique.

C'est ainsi qu'ont collaboré à La Revue musicale[2] :

André Cœuroy en est le rédacteur en chef jusqu'en 1937.

La Revue musicale de Prunières fut sans aucun doute la première publication musicale accordant autant de soin à la qualité de l'édition, à l'iconographie, à l'illustration[2]. Dans chaque numéro (9 par an), il y avait des informations sur la vie musicale et chorégraphique de nombreux pays.

Interrompue par la guerre en 1940 et la mort d'Henry Prunières en 1942, La Revue musicale reparut pour quelques numéros en 1946 sous la direction du compositeur et musicographe Robert Bernard[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Il existait déjà en France et dans le reste du monde diverses revues artistiques ou purement musicales qui, généralement, s'adressaient aux musicologues. La Revue musicale fut la référence connue et appréciée dans le monde entier, au point que, actuellement, lorsqu'une collection est en vente, par suite d'un décès dans la famille d'un ancien abonné, elle se vend très rapidement.

De 1952 à 1972, des livraisons paraissent alternativement sous les dénominations de « numéro spécial » ou « carnet critique »[1]. « La Revue musicale » est alors une collection des éditions Richard Masse.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (notice BnF no FRBNF32860854)
  2. a, b et c Fiche de La Revue musicale sur ripm.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Hommage à Henry Prunières », La Revue musicale no 213, 1952. Numéro spécial avec des contributions de R. Rolland, Chailley, Cocteau, Dufourcq, G.M. Gatti, Jolivet, Lifar, Malipiero, Malraux, Milhaud, Pincherle…
  • Jean-Michel Nectoux, Fauré, Henry Prunières et La Revue musicale, Études fauréennes, xvii, 1980, p. 17–24.

Liens externes[modifier | modifier le code]