La Renaudière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Renaudière
La Renaudière
Bords de la Sanguèze.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Commune Sèvremoine
Statut Commune déléguée
Maire délégué Hervé Launeau
2020-2026
Code postal 49450
Code commune 49258
Démographie
Gentilé Renaudin
Population 989 hab. (2013)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 07′ 17″ nord, 1° 03′ 30″ ouest
Altitude 74 m
Min. 37 m
Max. 111 m
Superficie 21,46 km2
Élections
Départementales Saint-Macaire-en-Mauges
Historique
Date de fusion 15 décembre 2015
Commune(s) d'intégration Sèvremoine
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Renaudière
Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
La Renaudière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 15.svg
La Renaudière
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 15.svg
La Renaudière

La Renaudière est une ancienne commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire, devenue le une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Sèvremoine[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune angevine des Mauges, La Renaudière se situe à l'ouest de Saint-Macaire-en-Mauges, sur les routes D 147, Saint-Germain-sur-Moine, et D 146, Roussay - Saint-Philbert-en-Mauges[2]. Cholet se trouve à 15 km au sud-est et Nantes est accessible par la route nationale 249[2],[3]

Son territoire s'étend sur plus de 21 km2 (2 146 hectares)[4], et son altitude varie de 37 à 111 mètres[4], pour une altitude moyenne de 74 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la création des départements, La Renaudière faisait partie des Marches d'Anjou et de Bretagne (évêché de Nantes, autour de Montfaucon)[5].

En 2014, un projet de fusion de l'ensemble des communes de l'intercommunalité se dessine. Le , les conseils municipaux de l'ensemble des communes du territoire communautaire votent la création d'une commune nouvelle baptisée Sèvremoine pour le , dont la création a été officialisée par arrêté préfectoral du [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Administration actuelle[modifier | modifier le code]

Depuis le , La Renaudière constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Sèvremoine et dispose d'un maire délégué[1].

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
15 décembre 2015 en cours Hervé Launeau[6],[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienne[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1789 1813[8] François Brebion    
1813 1830 René Barraud    
1830 1837 Gillaizeau    
1837 1843 Jean Chiron    
1843 1847 Pierre Hérissé    
1847 1852 Jean Esseul    
1852 1855 Michel Aubron    
1855 1861 René Baudry    
1861 1884 Pierre Brin    
1884 1903 Joseph Billon Bretault    
1903 1919 Joseph Bretault    
1919 1935 René Brelle    
1935 1945 Pierre Blanchard    
1945 1970 Victor Chauvière    
1970 1983 Albert Delaunay    
1983 1989 Léon Pohu    
1989 2008 Jean-Luc Supiot    
2008 décembre 2015 Didier Huchon[9]    
Les données manquantes sont à compléter.

Ancienne situation administrative[modifier | modifier le code]

La commune est membre en 2015 de la communauté de communes de Moine-et-Sèvre[10], elle-même membre du syndicat mixte Pays des Mauges. La création de la commune nouvelle de Sèvremoine entraîne sa suppression à la date du , avec transfert de ses compétences à la commune nouvelle[1].

Jusqu'en 2014, La Renaudière fait partie du canton de Montfaucon-Montigné et de l'arrondissement de Cholet[11]. Dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de Maine-et-Loire est défini par le décret du . La commune est alors rattachée au canton de Saint-Macaire-en-Mauges, avec une entrée en vigueur au renouvellement des assemblées départementales de 2015[12].

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[14],[Note 1].

En 2013, la commune comptait 989 habitants, en augmentation de 4,11 % par rapport à 2008 (Maine-et-Loire : 3,2 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
952428598669738727762800819
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
842881849822860870875868818
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
791801812768772783754761807
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2013
835864819772777791963924989
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (53,3 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 53,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 20,9 %, 30 à 44 ans = 24,4 %, 45 à 59 ans = 15,4 %, plus de 60 ans = 15,6 %) ;
  • 46,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,6 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 24 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 19,7 %).
Pyramide des âges à La Renaudière en 2008 en pourcentage[17]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
5,1 
75 à 89 ans
6,4 
9,7 
60 à 74 ans
12,9 
15,4 
45 à 59 ans
16,0 
24,4 
30 à 44 ans
24,0 
20,9 
15 à 29 ans
18,7 
23,8 
0 à 14 ans
21,6 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[18].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 77 établissements présents sur la commune à fin 2010, 48 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 3 % du secteur de l'industrie, 12 % du secteur de la construction, 34 % de celui du commerce et des services et 4 % du secteur de l'administration et de la santé[19].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Témoins de l'occupation par l'homme au Néolithique, plusieurs menhirs sont visibles sur la commune :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Arrêté no DRCL-NCL-2015-60 en date du 5 octobre 2015 portant création de la commune nouvelle de Sèvremoine », Recueil spécial des actes administratifs de la préfecture de Maine-et-Loire, no 74,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. a et b IGN et BRGM, Géoportail La Renaudière (49), consulté le 11 octobre 2012.
  3. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de La Renaudière (49), consulté le 11 octobre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  4. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 11 octobre 2012.
  5. Dess. A. Le Rou, « Carte des marches séparantes d'Anjou, Bretagne et Poitou », sur Les archives de la Vendée (consulté le 3 février 2017).
  6. « La Renaudière », sur Sèvremoine (sevremoine.fr) (consulté le 17 mai 2017).
  7. « Installation du conseil municipal - Didier Huchon réélu maire de Sèvremoine », sur Sèvremoine (sevremoine.fr), (consulté le 28 mai 2020).
  8. Bulletin municipal 1989, p. 3.
  9. Ouest-France, Didier Huchon, reconduit maire de la commune, article du 31 mars 2014.
  10. Insee, Composition de l'EPCI de Moine et Sèvre (200006880), consulté le 27 octobre 2013.
  11. Insee, Code officiel géographique, Fiche de la commune de Saint-Macaire-en-Mauges, consultée le 28 février 2015.
  12. Légifrance, Décret no 2014-259 du 26 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de Maine-et-Loire.
  13. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  17. « Évolution et structure de la population à La Renaudière en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2012).
  18. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 octobre 2012)
  19. Insee, Statistiques locales du territoire de La Renaudière (49), consultées le 8 mai 2013.