La République de Platon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec l'ouvrage de Platon, La République.
image illustrant la philosophie
Cet article est une ébauche concernant la philosophie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

La République de Platon
Auteur Alain Badiou
Pays Drapeau de la France France
Genre essai philosophique
Éditeur Fayard
Collection Ouvertures
Lieu de parution Paris
Date de parution 2012
Nombre de pages 600

La République de Platon est un essai du philosophe Alain Badiou écrit par référence à La République de Platon et au modèle du dialogue socratique.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'ouvrage est à la fois une traduction et une réécriture de La République de Platon, dialogue socratique sur la justice et la politique[1]. Badiou travaille à partir du texte grec et propose une œuvre hybride et actualisée. L'auteur sélectionne des passages et les réécrit, il ne prend pas l'intégralité du texte originel de Platon. Les personnages principaux sont Socrate, Glauque et Amantha (frères et sœurs), Thrasymaque le sophiste. Contrairement à ce qui se passe chez Platon, Amantha est une femme (Adimante chez le philosophe grec), et les personnages autres que Socrate font de longues tirades. Adimante, Glaucon et Thrasymaque étaient réduits chez Platon à répondre aux tirades de Socrate par de brèves expressions.

La question de la justice, de la vérité et de la politique sont posées dans le dialogue. Badiou utilise beaucoup l'humour et les jeux de mots, ce qui apparente sa réécriture au genre de la comédie. Platon lui-même utilisait la parodie et les jeux de mots dans sa langue maternelle, le grec.

Mise en scène au théâtre[modifier | modifier le code]

Le dialogue a été joué au théâtre Nanterre-Amandiers du 15 novembre au 8 décembre 2013 (mise en scène de Grégoire Inglold), mais aussi au Festival d'Avignon en 2015.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Le philosophe Daniel Salvatore Schiffer qualifie l'ouvrage de « grotesque et pathétique traduction »[2]. Badiou a sa propre lecture de La République, qui a été critiquée de façon polémique par certains journalistes[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le commentaire paru dans le journal "Le Monde" du 26 janvier 2012, intitulé : "La République de Platon", d'Alain Badiou : Platon, le remake"
  2. Daniel Salvatore Schiffer, Alain Badiou, inutile et incertain Le Point, 22 mars 2013.
  3. Voir dans Le Point du 8 janvier 2012, l'article au titre ironique de Claude Askolovitch, « Quand Lénine dîne chez Socrate ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]