La Psallette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Psallette
Image dans Infobox.
La Psallette après la rénovation de 2014.
Présentation
Destination initiale
Hôtel particulier
Destination actuelle
Locaux administratifs
Construction
XVe siècle
Propriétaire
Ville de Nantes
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Région historique
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nantes
voir sur la carte de Nantes
Red pog.svg

La Psallette est un manoir bâti au XVe siècle, situé à Nantes, en France. L'immeuble a été classé au titre des monuments historiques en 1910.

Localisation[modifier | modifier le code]

La Psallette se trouve sur le côté sud de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul dans le centre-ville de Nantes. On y accède notamment depuis l'extrémité de l'impasse Saint-Laurent qui donne accès au jardin de la Psallette qui borde le manoir au sud.

Historique[modifier | modifier le code]

La Psallette en 2009.

Construit à la fin du XVe siècle, le bâtiment est à l'origine la résidence de l'archidiacre du pays de la Mée[1].

Il est acquis par le diocèse de Nantes en 1837[2].

La psallette désigne à l'origine l'école de chant attachée à la cathédrale. Elle a été fondée en 1413 par l'évêque Henri le barbu[1]. Le mot psallette vient du latin psallere qui signifie étymologiquement « chanter les psaumes » et, au sens plus large, chanter les offices religieux. Au XIXe siècle, l'école est contrainte de quitter sa maison[3] à la suite du réaménagement de la place Saint-Pierre toute proche, et s'installe dans le manoir tout en lui transmettant son nom[1].

Classée au titre des monuments historiques depuis 1910[4], la Psallette devient peu après propriété de la ville de Nantes dirigée alors par Paul Bellamy[2],[3].

La façade sud a fait l'objet d'une restauration complète qui s'est achevée au printemps 2014[5].

Architecture et décor[modifier | modifier le code]

Le bâtiment, de style gothique[3], est en tuffeau et granit[1]. Une tourelle, dont la porte en anse de panier est surmontée de deux écussons aux armes de Bretagne[3], est placée contre le logis principal[1]. À l'intérieur de cette tourelle, un escalier à vis en granit et calcaire est conçu d'une manière inhabituelle à Nantes : le noyau hélicoïdal s'enroule autour d'un vide[6]. Une seconde tourelle, ronde, permet l'accès aux étages supérieurs. Cette tourelle est en encorbellement, et s'appuie sur des corbeaux qui sont façonnés dans un style flamboyant[1]. Au second étage, une grande salle abrite une cheminée monumentale, qui présente un manteau d'hermines sculptées, sous un dais gothique sculpté également[1].

Jardin de la Psallette[modifier | modifier le code]

Le jardin donnant sur le côté sud du manoir, d'une superficie de 2 387 m2, est accessible depuis l'impasse Saint-Laurent, le cours Saint-Pierre et le cheminement longeant la cathédrale depuis la place Saint-Pierre[coord 1],[7].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Flohic 1999, p. 682
  2. a et b La psalette de la Cathédrale sur le site de Nantes Renaissance
  3. a b c et d Olart 2009, p. 25
  4. Notice no PA00108651, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 7 mars 2012.
  5. Psalette et Porte Saint Pierre révélées - article sur le site Maville-Nantes du 26 avril 2014.
  6. Flohic 1999, p. 685
  7. « Jardin de la Psallette », Service des Espaces VErts (SEVE) de la ville de Nantes (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Coordonnées des lieux mentionnés[modifier | modifier le code]

wikilien alternatif2

Les coordonnées de cet article :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).
  • Catherine Olart (photogr. Laurent Allenou), Nantes secret et insolite : les trésors cachés de la cité des ducs, Paris, Les Beaux Jours/Compagnie parisienne du livre, , 176 p. (ISBN 978-2-35179-040-3).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Ressource relative à l'architectureVoir et modifier les données sur Wikidata :