La Princesse de Montpensier (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Princesse de Montpensier.
La Princesse de Montpensier
Description de cette image, également commentée ci-après

Logo du film

Réalisation Bertrand Tavernier
Scénario Jean Cosmos
François-Olivier Rousseau
Bertrand Tavernier
Acteurs principaux
Pays d’origine France
Durée 139 min.
Sortie 2010

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Princesse de Montpensier est un film français réalisé par Bertrand Tavernier, inspiré de la nouvelle de même nom de Madame de La Fayette, sorti le . Il a été présenté en compétition en sélection officielle du festival de Cannes 2010.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film raconte l'histoire d'amour entre le duc de Guise et Mlle de Mézières, contrainte d'épouser le prince de Montpensier.

Le film se déroule à la fin de la Renaissance, époque où Catherine de Médicis exerce la régence au nom de son fils Charles IX et est confrontée aux guerres de Religion et sera à l'origine de la Saint-Barthélemy.

L'intrigue suit de près la chronologie historique à partir du personnage de Marie de Mézières, une amie d'Henri de Lorraine, duc de Guise, dit « le Balafré », chef du parti catholique. Elle se double d'une intrigue amoureuse car on impose à la belle Marie d'épouser le prince de Montpensier. Le comte de Chabannes, maintenant âgé, va se réfugier chez son ancien élève le prince de Montpensier. Sur le plan politique, la seconde guerre de Religion se termine en 1567, les protestants et l'armée de Condé sont défaits. Mais la guerre va se rallumer et les hommes partir au combat, Marie se retrouve seule au château avec le comte de Chabannes, qui passe d'un rôle de précepteur de Marie à un rôle d'amoureux platonique. Elle est tiraillée entre l'amour de son mari, qu'elle respecte et ne veut pas trahir, et son amour pour le duc de Guise, surtout depuis qu'ils sont rentrés à Paris et se côtoient au Louvre, alors résidence royale. Le duc d'Anjou, futur Henri III, tombe lui aussi amoureux de la belle Marie. Le drame passionnel va rejoindre le drame collectif puisque la guerre civile va basculer dans le sang en août 1572 lors du massacre de la Saint-Barthélemy.

Tournage[modifier | modifier le code]

Ce film a été tourné sur une durée de huit semaines[1], à l'automne 2009, principalement au château de Messilhac dans le Cantal ainsi que dans la région Centre-Val de Loire[2] : au Palais Jacques-Cœur de Bourges[3], à l'abbaye de Noirlac à Bruère-Allichamps[3] et au château de Meillant dans le Cher ; au château de Blois[2] dans le Loir-et-Cher ; dans la ville de Chinon[2] en Indre-et-Loire.

Le tournage s'est également déroulé au château du Plessis-Bourré[4] à Écuillé en Maine-et-Loire, ainsi que dans le village aveyronnais de Lacalm[1].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Costume porté dans le film par Lambert Wilson pour incarner le personnage François de Chabannes.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Le , le film faisait partie des huit films sélectionnés pour l'obtention du prix Louis-Delluc 2010[5].

Festival du film de Cabourg 2011 : Swann d'Or de la révélation masculine pour Raphaël Personnaz

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Secrets de tournage », sur www.allocine.fr, AlloCiné, (consulté le 21 novembre 2010)
  2. a, b et c Jocelyne Thuet, « Le Centre, écrin de la Princesse de Montpensier », sur paris-ile-de-france-centre.france3.fr, France Télévisions, (consulté le 21 novembre 2010)
  3. a et b Benoît Morin, « Princesse de Montpensier : les figurants ont trouvé le tournage « fabuleux » », sur www.leberry.fr, Groupe Centre-France, (consulté le 21 novembre 2010)
  4. Véronique Escolano, « Bertrand Tavernier au bras de La Montpensier - Nantes », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 21 novembre 2010)
  5. Nominations pour le prix Louis-Delluc : la variété du cinéma français à l'honneur dans Les Inrockuptibles du 24 novembre 2010.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]