La Place (F713)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Place (homonymie).

USS Lorain (PF-93)

Laplace (F713)
Image illustrative de l’article La Place (F713)
L'USS Lorain avec l'USS Covington
Autres noms USS Lorain (PF-93)
Pavillon de l'United States Navy United States Navy
Type frégate
Histoire
A servi dans Ensign of France.svg Marine nationale
Commanditaire USA
Chantier naval American Ship Building Company, Lorain (Ohio)
Quille posée
Lancement
Armé
Mise en service vendu à la France
Statut détruit le 16 septembre 1950
Équipage
Équipage 92
Caractéristiques techniques
Longueur 92,6 m
Maître-bau 11,4 m
Tirant d'eau 4,17 m
Déplacement 1 509 tonnes
Port en lourd 2 228
Propulsion 2 turbines à vapeur (3 chaudières)
Puissance 5 500 ch
Vitesse 20 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 3 canons de 76 mm
2 × 2 canons de 40 mm
9 canons de 20 mm
1 mortier ASM Hedgehog
2 lignes de grenades ASM (charges de profondeur)
Rayon d'action 9 500 milles nautiques à 9 nœuds

Laplace (F713) est une des quatre anciennes frégates américaines de classe Tacoma[1] vendues à la Marine française le 26 mars 1947 pour renforcer les moyens navals de la France en attente de futures constructions d'escorteurs et patrouilleurs divers.

Marine américaine[modifier | modifier le code]

L'USS Lorain (PF-93) fut le seul navire américain à porter le nom de la ville de Lorain en Ohio.
Lancé en 1944, il fut mis en service comme frégate de patrouille à Baltimore (Maryland avec le lieutenant commander James G. Ramsey de la Garde-côtière américaine
En 1945 il rejoint la base navale de Norfolk puis les Bermudes pour effectuer des tests et des entraînements. Il rejoint l'Atlantique Nord pour des missions météorologiques.
En 1946 il rentre à Boston pour être désarmé.

Marine française[modifier | modifier le code]

Rebaptisé Laplace, après son achat par le Ministère des travaux publics en 1946. Il rejoint le port de Brest pour son réaménagement. Il reprendra du service comme navire météorologique dans le cadre de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) en Atlantique nord avec les 3 autres navires météorologiques français : Mermoz, Le Verrier (F716) et Le Brix.

De retour d'une patrouille de 21 jours au large de la côte de l'Espagne, il a été heurté par une mine magnétique, déposée par la Kriegsmarine durant la Seconde Guerre mondiale, lors de son mouillage devant le Fort-la-Latte proche de Saint-Malo, en Baie de La Fresnaye, le [2]. 51 membres de l'équipage périrent dans ce naufrage.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]