La Pierre angulaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Pierre angulaire
Auteur Zoé Oldenbourg
Pays France
Genre Roman
Éditeur Gallimard
Collection Blanche
Date de parution 1953
Nombre de pages 459

La Pierre angulaire est un roman de Zoé Oldenbourg publié le aux éditions Gallimard, qui a reçu la même année le prix Femina.

Résumé[modifier | modifier le code]

Non loin de Troyes, au début du XIIIe siècle, s'entrecroisent les intrigues parallèles de trois générations d'une même famille : le pèlerinage d'Ansiau dit « le vieux », un chevalier aveugle qui mendie sur les routes pour aller à Jérusalem, tout en gardant sa fierté d'ancien croisé ; les drames domestiques de son fils Herbert dit « le gros », jouisseur violent et brutal qui n'entend que profiter de ses écus et de ses terres ; enfin, les prouesses et déconvenues de Haguenier, opposé à son père Herbert le gros, qui peine à rétablir l'idéal chevaleresque que souhaite sa nature exaltée.

Thème[modifier | modifier le code]

L'auteur présenta au journal de l'association Guy Renard son roman dont l'intrigue se passe au début du XIIIe siècle comme n'étant « pas précisément une étude de mœurs ni une reconstitution de l'époque ». L'époque médiévale y est présente comme « un prisme qui réfracte et décompose la lumière. C'est l'histoire de plusieurs destinées humaines assez bizarres, pas plus bizarres pourtant que ne le sont la plupart de nos vies, car tout être humain est un univers à part obéissant à ses propres lois ».

Éditions[modifier | modifier le code]