La Peau de chagrin (téléfilm, 1980)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Peau de chagrin (homonymie).

La Peau de chagrin est un téléfilm français de Michel Favart diffusé en 1980, adapté du roman éponyme de Honoré de Balzac.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Raphaël de Valentin, jeune écrivain ruiné et décidé à en finir avec la vie, se voit confier par un vieil antiquaire une mystérieuse peau de bête ayant le pouvoir d’exaucer chacun de ses désirs. Mais, à chaque vœu exprimé, la peau rétrécira, tout comme se raccourcira l’espérance de vie de son possesseur… D’abord incrédule, Raphaël se retrouve vite happé dans un engrenage infernal.

Cette adaptation due à Armand Lanoux, fidèle à Balzac, restitue la dimension fantastique et symbolique de l'œuvre, proche du Faust de Goethe. La mise en images de Michel Favart, alternant les scènes en studio et les scènes en décors naturels, souligne le pourrissement intime dont souffre le héros, l'entraînant inexorablement vers la décadence et l'agonie.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

À noter également une courte apparition d'un Jean-Hugues Anglade alors en tout début de carrière.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Pour la séquence de l'Opéra fut mise en place une représentation de la Symphonie fantastique d'Hector Berlioz pour laquelle furent respectées les consignes de mise en scène d'origine du grand compositeur. La reconstitution est donc particulièrement soignée : programme explicatif distribué à l'entrée de la salle, musiciens cachés derrière un rideau… Même la réaction des personnages composant le public reflète bien l'accueil qui fut celui de cet opéra atypique et révolutionnaire en son temps.

Ce choix est astucieux pour deux principales raisons : tout d'abord, la première représentation de La Symphonie fantastique est contemporaine de l'édition du roman de Balzac (même si celui-ci ne cite pas directement cette œuvre dans son roman) ; de plus, on retrouve chez Berlioz comme chez Balzac l'influence du Faust de Goethe ainsi que le temps de l'artiste tourmenté, déchiré entre son œuvre et la passion amoureuse qui vit une expérience où la réalité et le fantastique s'entremêlent inextricablement.

Dans le rôle de la comtesse Fœdora, on retrouve Catriona MacColl, actrice bien connue des fans de Lucio Fulci et de Plus belle la vie où elle interprète Anne Bocara dans la saison 2.

Nombre des comédiens secondaires de ce téléfilm ont collaboré avec Antoine Vitez. C'est le cas de Dominique Valadié, Benoît Régent, Jean-Claude Durand, Richard Fontana, Marc Delsaert et Jean-Hugues Anglade.

Article connexe[modifier | modifier le code]

DVD[modifier | modifier le code]

Fin 2012, INA éditions a édité ce film dans sa collection « Les inédits fantastiques », en même temps que La Métamorphose de Jean-Daniel Verhaeghe d'après Franz Kafka et un coffret Henry James regroupant La Redevance du fantôme de Robert Enrico, Le Tour d'écrou de Raymond Rouleau, De Grey de Claude Chabrol et Un jeune homme rebelle de Paul Seban.

Lien externe[modifier | modifier le code]