La Ciociara

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Paysanne aux pieds nus)
Aller à : navigation, rechercher
La Ciociara
Réalisation Vittorio De Sica
Scénario Alberto Moravia
Vittorio De Sica
Cesare Zavattini
Acteurs principaux
Sociétés de production Compagnia Cinematografica Champion
Pays d’origine Drapeau de la France France, Drapeau de l'Italie Italie
Genre Film de guerre
Durée 101 min
Sortie 1960

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Ciociara (ou La Paysanne aux pieds nus[1]) est un film franco-italien réalisé par Vittorio De Sica, sorti en 1960.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1943, une jeune femme, veuve, décide de fuir Rome avec sa fille adolescente pour retrouver le calme de son village. Les deux femmes sont prises dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale, alors que l'Italie est envahie à la fois par les Allemands et les Alliés...

Une partie de l'histoire s'inspire de faits historiques réels.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Accueil critique[modifier | modifier le code]

« En juillet 1943, une jeune veuve fuit, avec sa fille âgée de treize ans, les bombardements de Rome et vient se mettre à l'abri dans son village natal du Latium. Mais la guerre se rapproche ; la mère et la fille ne sont pas épargnées. Belle adaptation d'un roman d'Alberto Moravia. Réalité historique et sociale, mise en scène dramatique. Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 1961 pour Sophia Loren[3]. »

— Le Monde, 22 novembre 1998

Cadre historique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Crimes de 1944 en Ciociarie.

Le corps expéditionnaire français, dirigé par le général Alphonse Juin, constitué notamment de soldats marocains, algériens, tunisiens et sénégalais des colonies françaises, se rendit coupable de crimes de guerre dans les environs de la région de la Ciociarie en Italie. Destruction de villages, vols et violences, mais surtout viols de masse (et assassinats de ceux qui essayaient de les défendre) se multiplient autour du Monte Cassino[4]. Les chiffres varient, on parle de plusieurs centaines ou de plusieurs milliers de femmes, d'hommes et d'enfants violés[4], et de plusieurs morts. Ces exactions ont reçu en Italie l'appellation de marocchinate (littéralement « maroquinades »)[5]. Ces événements servent de toile de fond au roman d'Alberto Moravia dont a été tiré ce film.

Réception[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Le film est presque toujours présenté sous son titre original, y compris sur les affiches de la sortie cinéma de l'époque ou dans les rééditions DVD contemporaines : le titre français est, a contrario, très peu utilisé.
  2. (en) Adriana Novelli sur l’Internet Movie Database
  3. La ciociara sur Le Monde.fr
  4. a et b « Elle avait 17 ans et elle a été violée par 40 soldats » - Leïla Minano, Libération, 15 mai 2015
  5. (it) Il caso delle donne italiane stuprate durante la seconda guerra mondiale al centro di nuove ricerche - La ciociara e le altre - (« Le cas des femmes italiennes violées au cours de la Seconde Guerre mondiale au centre d'une nouvelle recherche - La ciociara et autres »), La Stampa, 25 novembre 2002

Liens externes[modifier | modifier le code]