La Passe-miroir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Passe-miroir
Auteur Christelle Dabos
Pays Drapeau de la France France
Genre Fantasy
Éditeur Gallimard Jeunesse
Lieu de parution Paris
Date de parution 2013 – En cours
Ouvrages du cycle 1. Les Fiancés de l'hiver
2. Les Disparus du Clairdelune
3. La Mémoire de Babel
Couverture Laurent Gapaillard

La Passe-miroir est un cycle de romans de fantasy français prévus en quatre volumes[1]. Il s'agit des premiers romans de Christelle Dabos, auteure française vivant actuellement en Belgique. Le premier tome Les Fiancés de l'hiver a remporté la première édition du concours du premier roman jeunesse organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama au printemps 2012.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Les Fiancés de l'hiver[modifier | modifier le code]

Il y a bien longtemps, l'ancien monde a volé en éclats, détruit par un mystérieux cataclysme nommé la Déchirure. Il ne subsiste désormais que des îles (appelées "arches") flottant dans les cieux. Sur chaque arche règne un "esprit de famille", un puissant être immortel qui est l'ancêtre commun de nombre de ses habitants et leur a transmis une partie de ses pouvoirs.

Ophélie vit sur Anima, l’arche où les objets ont une âme, et possède (comme la plupart des habitants) des dons particuliers. Elle est d’abord une liseuse, capable de retracer le passé d’un objet d’un simple contact, mais elle a également un talent plus rare : celui de voyager en traversant les miroirs.

Très douée dans son domaine, cette jeune fille maladroite, solitaire et réservée travaille dans le musée de son grand-oncle et mène une vie paisible et sans histoire entourée de sa famille, jusqu’au jour où elle apprend avec horreur que les Doyennes de l’Arche la destinent à un mariage diplomatique avec un homme d’une autre Arche, le Pôle. Impossible pour elle de refuser cette union, sous peine d’être bannie et de déshonorer toute sa famille.

Accompagnée de sa tante qui lui sert de chaperon, Ophélie est forcée de quitter son monde et sa famille pour rejoindre son fiancé Thorn, un jeune homme froid et méprisant qui semble aussi peu ravi qu’elle de ce mariage. A la Citacielle, la capitale flottante du Pôle, elle découvre un monde étrange et très différent de tout ce qu’elle a pu connaître, où différents clans rivaux s’affrontent pour les faveurs de leur esprit de famille, le seigneur Farouk ...

Les Disparus du Clairdelune[modifier | modifier le code]

Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l'entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d'une redoutable vérité. (résumé de l'éditeur)[2]

La Mémoire de Babel[modifier | modifier le code]

Deux ans et sept mois qu’Ophélie se morfond sur son arche d’Anima. Aujourd’hui il lui faut agir, exploiter ce qu’elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribes d’informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d’adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ? (résumé de l'éditeur)[3]

L'Univers[modifier | modifier le code]

Les arches et les esprits de famille[modifier | modifier le code]

Depuis la Déchirure qui a fait voler l'ancien monde en éclats plusieurs siècles plus tôt, la vie s'est concentrée sur quelques territoires distincts nommées "arches", sortes d'îles flottant dans les cieux.

Les arches orbitent autour du Noyau du monde, un amas de volcans continuellement frappé par la foudre qui est le plus gros vestige de la Terre originelle et est enveloppé par la mer des Nuages, une masse compacte de vapeur que le soleil ne pénètre jamais. Étrangement, les arches ne respectent pas les lois gravitationnelles: bien qu'elles soient complètement dispersées dans les cieux, elles gardent entre elles une position absolue et tournent toutes ensemble, exactement au même rythme, comme si elles continuaient de former un seul et même corps céleste.

Chaque arche est gouvernée par un esprit de famille, un étrange être immortel à la beauté inhumaine et aux pouvoirs surnaturels aux origines mystérieuses. Après la Déchirure, les esprits de familles se sont jadis unis aux humains ayant survécu au cataclysme, créant ainsi un nouveau peuple auquel ils ont transmis une partie de leurs pouvoirs. Chaque esprit de famille est donc l'ancêtre commun d'une grande partie des habitants de son arche, c'est pourquoi les habitants d'une même arche ont souvent tendance à se ressembler physiquement.

Il existe en tout 21 arches majeures et 186 arches mineures. S'il est possible de voyager d'une arche à l'autre en empruntant des courants aériens en dirigeable, il est néanmoins impossible de le faire en ligne droite: on ne peut se déplacer qu'en respectant les courbures de l'ancien monde. Le moyen le plus rapide de voyager d'une arche à l'autre reste d'emprunter une Rose des Vents interfamiliale, une sorte de raccourci créé par les Arcadiens (les maîtres de l'espace). On raconte qu'il en existerait une sur chaque arche, mais elles sont difficiles à trouver et à décrypter.

Les 21 arches majeures sont les suivantes :

  • Anima, l’arche d’Artémis, maîtresse des objets.
  • Le Pôle, l’arche de Farouk, maître des esprits.
  • Arc-en-Terre, l’arche de Janus, maître de l’espace.
  • Babel, l’arche des jumeaux Pollux et Hélène, maîtres des sens.
  • Totem, l’arche de Vénus, maîtresse des animaux.
  • Cyclope, l’arche d’Ouranos, maître du magnétisme.
  • Flore, l’arche de Belisama, maîtresse de la végétation.
  • Plombor, l’arche de Midas, maître de la transmutation.
  • Pharos, l’arche d’Horus, maître du charme.
  • La Sérénissime, l’arche de Fama, maîtresse de la divination.
  • Héliopolis, l’arche de Lucifer, maître de la foudre.
  • Le Désert, l’arche de Djinn, maître du thermalisme.
  • Tartare, l’arche de Gaïa, maîtresse du tellurisme.
  • Zéphyr, l’arche d’Olympe, maître des vents.
  • Titan, l’arche de Yin, maîtresse de la masse.
  • Corpolis, l’arche de Zeus, maître de la métamorphose.
  • Sidh, l’arche de Perséphone, maîtresse de la température.
  • Séléné, l’arche de Morphée, maître de l’onirisme.
  • Vesperal, l’arche de Viracocha, maître de la fantômisation.
  • Al-Ondalouze, l’arche de Rê, maître de l’empathie.
  • L’étoile, l’arche neutre, siège des institutions interfamiliales.

Anima[modifier | modifier le code]

Anima est l'arche d'origine d'Ophélie, l'héroïne de l'histoire. C'est une arche paisible au climat tempéré, constituée principalement de vallées et de montagnes.

L'esprit de famille d'Anima est Artémis, la maitresse des objets. Elle est la dirigeante symbolique de l'arche, mais délègue en pratique une grande partie de son pouvoir aux Doyennes, préférant s'adonner à sa passion pour l'astronomie dans son Observatoire personnel.

Les habitants d'Anima, les animistes, ont généralement des cheveux bruns-roux à l'image de leur esprit de famille, ainsi que divers pouvoirs liés aux objets: ils peuvent par exemple leur insuffler la vie, les réparer, lire leur passé... Sur Anima, les objets eux-mêmes agissent comme de véritables êtres vivants (les fiacres se déplacent seuls, le mobilier des bâtiments publics grince et s'agite lorsqu'on ne respecte pas leurs horaires d'ouverture...) et il existe de nombreuses fêtes célébrant les objets: la fête des Tocantes (qui célèbre les horloges et les montres), la fête de l’Argenterie, la fête des Instruments de musique, la fête des Bottes, la fête des Chapeaux…

Contrairement à d'autres arches, il n'existe aucun sans-pouvoirs sur Anima: tous les habitants se considèrent comme les membres d'une seule et même grande famille, et s'adressent les uns aux autres en s'appelant "cousin" ou "cousine". Le concept d'argent n'existe pas non plus, les habitants préférant l'usage du troc.

Le Pôle[modifier | modifier le code]

Presque trois fois plus grande qu'Anima, c'est une arche au climat polaire et aux conditions inhospitalières: la température en hiver y avoisine généralement les -25 degrés, et les journées y sont très courtes. On y trouve une mer intérieure, des sources et des lacs qui lui donnent sur les cartes l'aspect d'une grande cuve remplie d'eau, ainsi que d'immenses forêts de conifères qui abritent des Bêtes, des animaux beaucoup plus grands et dangereux que la normale.

L'esprit de famille du Pôle est Farouk, le maître des esprits.

Physiquement, les habitants nobles du Pôle, c'est-à-dire descendant de Farouk, ont la peau pâle, des cheveux blonds et les yeux clairs. Il existe également de nombreux sans-pouvoirs aux physiques très divers, dont un certain nombre travaillent comme domestiques au service des nobles.

Les familles nobles du Pôle[modifier | modifier le code]

Contrairement aux habitants d'Anima estimant tous appartenir à une seule et même famille, la population noble du Pôle s'est divisée dès la création de l'arche en plusieurs clans, possédant chacun un pouvoir spécifique en rapport avec le mental et l'esprit et identifiables aux tatouages qu'ils portent sur une certaine partie du corps. Ces clans ne se mélangent guère et se considèrent comme des rivaux, chaque clan recherchant sans cesse les faveurs du seigneur Farouk afin d'améliorer sa position.

En effet, les nobles du Pôle n'ont pas tous le même statut: alors que les clans ayant les faveurs de Farouk vivent dans le luxe à la cour, certains clans qui n'ont jamais eu ses faveurs ou ayant été déchus plusieurs décennies plus tôt pour leurs crimes ont interdiction de s'approcher à moins d'un kilomètre de la ville. Au début du tome 1, les trois clans gravitant à la cour sont les Dragons, les Mirages et la Toile, tandis que les Chroniqueurs, les Invisibles, les Persuasifs et les Narcotiques font partie des clans déchus.


  • Les Dragons : si les Dragons forment le plus petit des clans par le nombre, c'est également le plus redouté. Ses membres sont pourvus de "griffes" invisibles qu'ils contrôlent par la pensée et qui leur permettent de porter des attaques physiques. Ces griffes ne sont pas réellement tangibles: le pouvoir des Dragons consiste en réalité à inoculer l'illusion de souffrance à sa victime par la pensée ; l'illusion est si réaliste que le corps s'y trompe et les blessures apparaissent réellement. Les blessures occasionnées par leurs griffes vont de simples migraines à de véritables plaies, certaines arrachant même des lambeaux de chair. Leur pouvoir fait d'eux les chasseurs attitrés de la Citacielle : c'est à eux de fournir du gibier en tuant des Bêtes. Leur tatouage clanique est situé sur leurs avant-bras.


  • Les Mirages : clan nombreux et très influent à la cour, les Mirages sont capables de créer toutes sortes d'illusions : visuelles, en majorité, mais aussi olfactives, gustatives, auditives... C'est grâce à eux que la Citacielle est aussi resplendissante : leurs illusions sont partout. Ils peuvent grâce à elles décorer les pièces, parer les vêtements ou encore raconter des histoires animées. Leur tatouage clanique est situé sur leurs paupières.


  • La Toile : les membres de la Toile sont tous connectés entre eux. Reconnaissables à leur tatouage clanique situé sur leur front, ils sont capables de voir et d'entendre par les yeux des membres de leur famille, ce qui en fait un réseau très soudé. Un membre peut même posséder temporairement le corps d'un autre membre, s'il a son consentement. Les membres de la Toile peuvent également se rendre "transparents" aux autres et envoyer des messages par la pensée à n'importe quelle personne. Archibald résume ainsi le lien qui l'unit à la Toile :

"Imaginez-vous, vous et votre famille, réunies dans une seule pièce. Chacun d'entre vous vaque à ses propres occupations : l'ambiance est mélangée, confuse et bruyante permanence, vous voyez le tableau ? Si vous voulez savoir ce que fait votre sœur ou votre mère, à cet instant précis, vous devriez donc vous tourner vers elles et tendre l'oreille. Il vous serait évidemment impossible de savoir ce que font tous les autres au même moment. Eh bien, c'est à peu près pareil pour nous ! " (Les Disparus du Clairdelune, p. 77-78).


  • Les Nihilistes : les Nihilistes annulent les pouvoirs des autres nobles. Ils peuvent par exemple voir la réalité qui se cache sous les illusions, la faire voir à d'autres personnes non-Nihilistes, ou conférer ce pouvoir à des objets : ainsi, il existe des monocles Nihilistes qui permettent de voir à travers les illusions. Ce pouvoir leur a valu d'être exterminés par les autres clans, qui a vu en eux une menace pour leur atout majeur à la cour : la maîtrise de leur pouvoir. Le seul membre connu de ce clan à ce jour est Gaëlle.


  • Les Chroniqueurs : le pouvoir des Chroniqueurs est lié à la mémoire. Ils n'oublient jamais rien et ont une mémoire photographique qui leur permet de se souvenir du moindre détail. Ils ont même accès aux souvenirs de leur petite-enfance. Ils peuvent également manipuler la mémoire d'autrui : leur ajouter ou leur enlever des souvenirs, les modifier, et fouiller dans les souvenirs des autres. C'est un pouvoir dangereux, car la mémoire d'une personne constitue son identité. Leur tatouage clanique est une spirale située sur leur front.


  • Les Invisibles : comme leur nom l'indique, les Invisibles ont le pouvoir de disparaître. Ils peuvent soit simplement donner l'impression qu'ils sont absents, soit être visibles, mais simplement du coin de l'œil, soit être totalement invisibles.


  • Les Narcotiques : les Narcotiques peuvent plonger autrui dans un profond sommeil.


  • Les Persuasifs : les Persuasifs peuvent vraisemblablement rallier n'importe qui à leur cause : on finit toujours par être d'accord avec eux.

La Citacielle[modifier | modifier le code]

La Citacielle est la capitale du Pôle, où résident les nobles et leur esprit de famille, Farouk. C'est une gigantesque ville volante qui flotte au-dessus de l'arche, sans point d'ancrage. L'espace y est hiérarchisé : le bas de la Citacielle est habité par les domestiques, c'est là qu'on trouve les usines et les égouts ; plus on monte dans la Citacielle, plus les quartiers sont réservés aux privilégiés. Le tout est desservi par un complexe système d'ascenseurs.

La tour principale[4][modifier | modifier le code]
  • 0 - L'Ambassade du Clairdelune

Demeure d'Archibald. C'est un lieu hors de l'espace (il a été enchanté par la Mère Hildegarde) où l'on est sûr d'être à l'abri car nul ne peut y pénétrer sans le consentement de l'Ambassadeur. L'endroit est férocement gardé par des gendarmes.

  • 1 - La Salle du conseil ministériel
  • 2 - Les Jardins suspendus
  • 3 - Les Thermes
  • 4 - L'Opéra familial

Grand théâtre où le conteur Eric produit des spectacles grâce à son projecteur à illusions.

  • 5 - La Jetée-Promenade

Un lieu où les nobles aiment parader. Il contient une illusion de paysage maritime accompagné d'un palais grandiose.

  • 6 - Le Gynécée

Demeure des favorites et des protégées de Farouk. Seules les femmes sont autorisées à y pénétrer. Chaque matin, le Chambellan y appelle celles qui passeront la journée avec Farouk.

  • 7 - Les appartements de Farouk

C'est le point culminant de la Citacielle. Rares sont ceux qui y sont entrés. Une des pièces des appartements est une gigantesque bibliothèque contenant tous les pense-bêtes de Farouk.

Le Chemin de fer[modifier | modifier le code]

Représenté sur la couverture du tome 2, il est blindé ou entouré de murailles quand il passe sur le territoire des Bêtes. Une portion du chemin de fer passe sur la muraille séparant la mer du bord de l'Arche. C'est le Septentrion Express qui le parcourt.

Les Sables-d'Opale[modifier | modifier le code]

Station balnéaire où Ophélie et Berenilde restent un moment dans le tome 2. Berenilde s'y comporte comme une bienfaitrice et vient en aide aux nécessiteux. C'est là que se situe le Sanatorium où vivent la mère de Thorn et la grand-mère Catherine.

Babel[modifier | modifier le code]

Gouvernée par les esprits de famille jumeaux Hélène et Pollux, les maîtres des sens, Babel est une arche moderne et cosmopolite au climat tropical. Elle est éclatée en plusieurs arches mineures, dont certaines sont assez grandes pour accueillir une ville entière tandis que d'autres ont à peine la place d'accueillir une maison. Les arches mineures les plus rapprochées entre elles sont reliées par des ponts et des aqueducs. Quant aux arches plus éloignées, elles sont desservies par des tramoiseaux, des tramways volants placés en état d'apesanteur par des Cyclopéens et propulsés par des chimères.

La société babélienne est extrêmement codifiée et régie par système proche de celui des castes. Les "Fils de Pollux", qui possèdent tous un pouvoir lié aux sens, sont citoyens d'office, et peuvent donc voter, élire et être élus. Les babéliens originaires d'autres arches et les sans-pouvoirs sont quant à eux surnommés les "Filleuls d'Hélène": celle-ci n'ayant jamais pu avoir d'enfants, tous ceux qui ne sont pas des fils de Pollux sont officiellement sous sa protection. Contrairement aux fils de Pollux, les filleuls d'Hélène n'ont pas automatiquement le statut de citoyen. Néanmoins, depuis que Babel a conclu des alliances commerciales avec d'autres arches, il leur est possible de devenir citoyen par le mérite en rendant service à la cité.

Le code vestimentaire[modifier | modifier le code]

Babel impose à ses habitants un code vestimentaire très strict qui permet d'identifier les gens au premier regard et qui constitue un langage à part entière.

La tenue imposée est la même pour les hommes et pour les femmes: une tunique recouverte par une longue toge qui passe entre les jambes et dégage une épaule, maintenue en place par une fibule, un serre-taille et une ceinture. La composition vestimentaire varie selon l'âge, la profession et l'état civil: chaque ornement, bijou ou accessoire ajoute des strates de signification très précises. Les citoyens ne portent pas les mêmes couleurs que les non-citoyens, et les sans-pouvoirs sont tenus de porter du blanc.

Ne pas respecter le code vestimentaire en public peut être interprété comme un acte de provocation, et la police vestimentaire effectue régulièrement des contrôles. En cas d'infraction, le fautif est tenu de payer une amende à la cité, proportionnelle à la gravité de l'infraction.

Les virtuoses[modifier | modifier le code]

Les virtuoses sont une élite très respectée de la population babélienne. Divisés en plusieurs compagnies, comme la compagnie des avant-coureurs (les spécialistes de l'information), la compagnie des tabellions, la compagnie des scribes ou encore la compagnie des gardiens, ils sont formés à la Bonne Famille, un conservatoire majestueux que tous rêvent d'intégrer. L'entrée du conservatoire est encadrée par deux immenses statues représentant Hélène et Pollux, et le bâtiment si vaste qu’il occupe à lui seul deux îles flottantes reliées par un pont et évoque une véritable cité.

Les virtuoses sont divisés en deux catégories: les virtuoses de Pollux, dont la devise est "Prestige et excellence", et les virtuoses d'Hélène, dont la devise est "Faire savoir et savoir faire". Les virtuoses d'Hélène sont en grande majorité des personnes originaires d'autres arches que Babel et disposées à mettre leurs pouvoirs au service de la cité, mais les sans-pouvoirs sont également acceptés ; ils sont néanmoins particulièrement rares.

Pour intégrer le rang des apprentis, les candidats doivent faire la preuve de leur talent devant un jury ainsi que devant l'esprit de famille correspondant à leur division. Une fois accepté, l'apprenti commence une période de probation de trois semaines, durant laquelle il ou elle ne doit pas quitter l'enceinte de la Bonne Famille. En cas de succès, les apprentis suivent ensuite une formation de plusieurs mois, au cours de laquelle ils sont jugés, classés et soumis à une compétition féroce. A l'issue de la formation, seuls un apprenti virtuose de Pollux et un apprenti virtuose d'Hélène accèdent au rang d'aspirant virtuose, tandis que les autres sont tenus de quitter la Bonne Famille.

Les virtuoses sont vêtus d'élégants uniformes bleu nuit rehaussés d'argent. Les galons indiquent le rang de son propriétaire: l'uniforme des apprentis virtuoses ne possède qu’une seule bande, tandis que celui les aspirants virtuoses de premier degré en compte deux et celui les aspirants virtuoses de second degré trois, une pour chaque année au conservatoire.

LUX[modifier | modifier le code]

LUX est une très ancienne institution babélienne, dont l'emblème est un soleil. Constituée de mécènes très influents qui mettent leurs moyens au service de toutes les productions jugées d'utilité publique, ils président à l'hôtel de la Monnaie, au Familistère et à la cour de justice. Les lords de LUX sont en réalité les véritables maîtres de la cité, bien davantage que les deux esprits de famille: ce sont par exemple eux qui ont mis en place l'Index vocabulum prohibitorum, une liste de mots liés à la guerre qu'il est interdit de prononcer à voix haute.

Les Généalogistes sont les lords les plus puissants de LUX. Ceux-ci tiennent un club prestigieux qui leur permet de récolter des informations sur chaque habitant de l'arche (soi-disant dans l'intérêt général), au point qu'ils savent quasiment tout sur tout le monde. Avec leurs peaux et leurs chevelures peintes en or, ce sont de véritables célébrités sur Babel et chacune de leur apparition est extrêmement remarquée. Les Généalogistes font partie des rares personnes à connaître l'existence de Dieu, et ont acquis un tel pouvoir qu'ils ne supportent plus de lui rendre des comptes et rêvent de prendre sa place.

Personnages[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Anima[modifier | modifier le code]

  • Ophélie, l'héroïne de l'histoire.

Sa famille :

  • Sa mère Sophie.
  • Son père (nom inconnu).
  • Sa sœur aînée, Agathe.
  • Son beau-frère, Charles.
  • Son neveu, le petit Tom.
  • Ses sœurs cadettes, Domitille, Béatrice et Léonore.
  • Son frère cadet, Hector.
  • Sa tante et marraine Roseline, la sœur de sa mère.
  • Son grand-oncle et parrain, l'Archiviste.

Autres :

  • Les Doyennes.
  • La Rapporteuse.
  • Artémis, l'esprit de famille d'Anima.

Les habitants du Pôle[modifier | modifier le code]

  • Le seigneur Farouk, l'esprit de famille du Pôle.

Le clan des Dragons :

  • Thorn, le fiancé d'Ophélie.
  • Père Vladimir, le cousin de la grand-mère de Thorn.
  • Catherine, la mère de Berenilde, grand-mère de Thorn.
  • Berenilde, la tante de Thorn.
  • Isabelle, la belle-mère de Thorn.
  • Haldor senior, le père de Haldor.
  • Dimitri, l'oncle de Haldor.
  • Godefroy, le demi-frère de Thorn.
  • Irina, l'épouse de Godefroy, cousine de Thorn.
  • Freyja, la demi-sœur de Thorn.
  • Haldor, l'époux de Freyja, cousin de Thorn.
  • Anastasia, la sœur de Haldor, cousine de Thorn.
  • Boris, le père de Thorn et cousin de Berenilde.
  • Les trois fils de Freyja et Haldor. [5]

Le clan de la Toile :

  • L'ambassadeur Archibald.
  • Les sept sœurs cadettes d'Archibald : Patience, Mélodie, Grâce, Clairemonde, Gaieté, Friande et Douce.
  • L'aide-mémoire du seigneur Farouk.
  • Les Valkyries.

Le clan des Mirages :

  • Le baron Melchior, ministre des Élégances.
  • Stanislav, dit Le Chevalier.
  • Le comte Harold.
  • Le conteur Éric.
  • Le prévôt des maréchaux.
  • Tchekhov, le directeur du Nibelungen.

Le clan des Invisibles :

  • Vladislava.

Le clan des Chroniqueurs, la famille maternelle de Thorn :

  • Natacha, la mère de Thorn.
  • Les cousins de Thorn (noms inconnus).

Les domestiques de l'ambassade du Clairdelune :

  • Renold, dit Renard, le valet de la grand-mère d'Archibald.
  • Gaëlle, la mécanicienne.
  • Philibert, dit Papier-Mâché, le régisseur.
  • Gustave, le majordome.

Arc-en-Terre[modifier | modifier le code]

  • La Mère Hildegarde.

Babel[modifier | modifier le code]

  • Pollux et Hélène, les esprits de famille jumeaux qui gouvernent l'arche
  • Lazarus, un célèbre arche-trotteur sans-pouvoir
  • Ambroise,le fils de Lazarus
  • Lady Septima, une Visionnaire, professeure d'Ophélie
  • Octavio, un Visionnaire, fils de Lady Septima
  • Elizabeth, une sans-pouvoir aspirante avant-coureuse

Prix et récompenses[modifier | modifier le code]

Tome 1 :

  • Prix littéraire des collégiens de l'Hérault 2014 (catégorie niveau 4e - 3e)[7]
  • Prix Elbakin 2014 catégorie jeunesse[8]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.passe-miroir.com/index.php?id=7#question3
  2. « La Passe-Miroir - Le site officiel », sur www.passe-miroir.com (consulté le 10 juin 2016)
  3. « à propos », La Passe-miroir,‎ (lire en ligne)
  4. Christelle Dabos, La Passe-Miroir, tome 2 : les Disparus du Clairdelune, France, Gallimard jeunesse, , 553 p. (ISBN 9782070661985), p 7 : A bord de la Citacielle
  5. Auteur Christelle Dabos, « Foire Aux Questions #3 », sur La Passe-miroir, (consulté le 24 décembre 2016)
  6. http://www.telerama.fr/livre/christelle-dabos-laureate-du-prix-du-premier-roman-jeunesse,98369.php
  7. http://pierresvives.herault.fr/actualit%C3%A9s/r%C3%A9sultat-prix-des-coll%C3%A9giens-2014
  8. http://www.elbakin.net/fantasy/news/22213-Prix-Elbakinnet-2014-:-les-resultats