La Part de l'autre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Part de l'autre
Auteur Éric-Emmanuel Schmitt
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Albin Michel
Date de parution 2001
ISBN 2226126600
Chronologie
Carte politique de l'Europe après la guerre germano-polonaise.

La Part de l'autre est un roman de l'écrivain français Éric-Emmanuel Schmitt, paru en 2001. Il s'agit d'une biographie romancée d'Adolf Hitler en parallèle avec une biographie uchronique d'Adolf H. Selon Schmitt, « la minute qui a changé le cours du monde » est celle où l'un des membres du jury de l'École des beaux-arts de Vienne prononça la phrase « Adolf Hitler : recalé ».

Le personnage historique échoue au début du roman au concours d'entrée à l'École des beaux-arts de Vienne et commence à descendre le chemin qui le mènera à la direction du parti nazi puis de l'Allemagne. Adolf H., quant à lui, entre dans cette école et découvre un monde et des sentiments que son double n'a jamais connus d'après Schmitt.

Dans la version où il est admis à l'École des beaux-arts, Adolf H. rencontre très vite le docteur Sigmund Freud, reconnu comme le créateur de la psychanalyse et héros d'une pièce de théâtre de Schmitt, Le Visiteur.

Résumé[modifier | modifier le code]

« 8 octobre 1908 : Adolf Hitler est recalé.

Que se serait-il passé si l'Académie des beaux-arts de Vienne en avait décidé autrement ? Que serait-il arrivé si, cette minute-là, le jury avait accepté et non refusé Adolf Hitler, flatté puis épanoui ses ambitions d'artiste ? Cette minute-là aurait changé le cours d'une vie, celle du jeune, timide et passionné Adolf Hitler, mais elle aurait aussi changé le cours du monde... »

Le livre comprend deux scénarios parallèles :

Tout d’abord, c’est la vie d’Adolf Hitler qui est décrite, du 8 octobre 1908 jusqu’à sa mort le 30 avril 1945, ce qui inclut les conséquences de sa dictature comme la guerre froide, la partition de l’Allemagne et la fondation d’Israël.

L’intrigue fictive nous montre le parcours de vie tout à fait opposé d’Adolf H :

Hitler, qui dans cette intrigue sera toujours appelé Adolf H., est admis à l’Académie des Beaux-Arts de Vienne le 8 octobre 1908. Cependant, il s’évanouit pendant un cours de dessin avec des modèles nus. Désespérément il consulte Eduard Bloch, son médecin de famille, qui l’envoie chez un certain Sigmund Freud. Celui-ci diagnostique chez son patient un Complexe d'Œdipe, dû au fait qu’à plusieurs reprises la mère de H. a été battue par son père. Après la mort de son père, puis celle de sa mère, H. a ressenti un double sentiment de culpabilité. Après plusieurs séances, Freud réussit à guérir son patient. Diverses aventures amoureuses dans la vie nocturne viennoise permettent à Adolf H. de surmonter complètement ses blocages sexuels.

Quand se déclenche la guerre en 1914, Adolf H. est incorporé et envoyé sur le front français. Au cours de la guerre, il devient pacifiste.

La guerre finie, il s’installe à Paris pour renouer avec sa vie d’artiste. Il rejoint le groupe qui entoure d’André Breton, se tourne vers le surréalisme et devient un peintre en vue au sein de ce mouvement artistique. Il commence également une relation passionnée avec une Française mais sa maitresse étant morte de maladie, Adolf H. abandonne sa carrière artistique active et s’installe à Berlin où il devient professeur d’art.

À Berlin, Adolf H. retrouve une amie de Paris, Sarah Rubinstein, qui a brillamment réussi dans la parfumerie. Elle l’encourage à renouer avec la peinture. Commence entre les deux une relation passionnée qui aboutit à un mariage. De cette union naissent des jumeaux.

Au cours des années 1940 et 1950, Adolf H. devient un artiste connu dans le monde entier. Son fils Rembrandt, devenu un physicien célèbre, travaille au programme spatial allemand, sa fille Sophie épouse un Américain et entre dans le monde du cinéma aux États-Unis. Après la mort de sa femme son étoile pâlit dans les années 1960 ; Adolf H. émigre en Californie et consacre le reste de sa vie à la lithographie, tout en passant une grande partie de son temps avec ses trois petits-enfants. En 1970, Adolf H. meurt paisiblement entouré des siens.

Le cours des évènements dans ce monde parallèle[modifier | modifier le code]

Du fait que la dictature hitlérienne n’a pas lieu, les événements politiques mondiaux se déroulent de façon tout à fait différente ; le livre nous les montre de façon assez brève.

En Allemagne par exemple, au début des années 1930, ce ne sont pas les nationaux-socialistes qui sont au pouvoir, mais un gouvernement conservateur soutenu par l'armée et avec Ludwig Beck comme chancelier du Reich. Ce régime autoritaire sans être totalitaire ne jouit au sein du peuple allemand que d'une approbation modérée.

L'Autriche et la Tchécoslovaquie ne sont pas annexées par l'Allemagne, mais sont ses partenaires économiques les plus importants. En 1939, malgré tout, l'Allemagne attaque la Pologne qui est vaincue au terme d’une courte guerre. Comme la Grande-Bretagne et la France sont restées neutres, le conflit s’arrête là et la Seconde Guerre mondiale n'aura jamais lieu.

La Pologne doit rétrocéder à l'Allemagne les territoires que lui a accordés le traité de Versailles. Comme la majorité des Allemands considèrent que l'honneur de leur pays a été restauré, les groupes politiques radicaux perdent du terrain. Progressivement, par conséquent, le pays redevient une démocratie et l'un des États les plus avancés au monde pour l’intégration des Juifs. L'antisémitisme, dont Joseph Goebbels est un des représentants les plus connus, devient en Allemagne un « phénomène gênant mais marginal ».

Le développement de l’Allemagne fait d’elle sur le plan économique le pays le plus puissant du monde tandis que Berlin devient une métropole multiculturelle. En outre ce sont les Allemands qui envoient dans l'espace le premier satellite artificiel et réussissent en 1970 le premier alunissage

La fondation d'Israël n'a jamais eu lieu en l’absence de l'Holocauste. Malgré de nombreux partisans du sionisme la pression de la population arabe oblige les Britanniques à faire cesser l'immigration des Juifs en Palestine

En Union soviétique, un soulèvement populaire renverse le régime communiste au début des années 1960.

La Seconde Guerre mondiale ne s'est pas produite, les États-Unis n’accèdent pas au statut de superpuissance et sont considérés comme un pays plutôt vieux jeu.

Analyse[modifier | modifier le code]

Par l'évocation de la sensibilité d'Adolf Hitler, Éric-Emmanuel Schmitt montre que le monde aurait pu être tout autre et que chacun de nous renferme un Hitler en puissance, une possibilité de faire le mal. Cette part que la plupart des hommes cachent sans cesse, refoulent, est considérée ici comme un prélude à la guerre, à la mort.

L'auteur, en abordant cette réflexion, essaie de comprendre, sans justifier, pour ne plus revoir un tel drame sur notre planète. Dans le livre, on trouve l'expression « La part de l'autre » dans une lettre qu'écrit Adolf H. à Sœur Lucie : « J'admets la part de l'autre dans la constitution de mon destin » (p. 247) ; ainsi, cette lettre fait allusion à l'opinion d'autrui qui permet à Adolf H., comme l'avait fait auparavant Freud, de se rendre compte de ses qualités et de ses défauts, et grâce à cela, de progresser et de s'éloigner peu à peu de la part de lui-même qui l'aurait emmené à devenir Hitler.

Le style d'écriture, alternant sèchement le récit de la vie des deux personnages, Hitler (historique) et Adolf H. (imaginé par l'auteur) rehausse le malaise qui se fait à chaque instant plus palpable : le dictateur Hitler est une évolution possible existant chez tout être humain. C'est là un des messages de l'auteur : rien n'est jamais joué, chaque homme décide à chaque moment de l'orientation de sa vie. Cette thèse s'approche de l'existentialisme de Jean-Paul Sartre, qui considère, lui aussi, que les hommes se réinventent perpétuellement.

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition imprimée originale
Édition imprimée suivie du journal d'écriture
Édition imprimée au format de poche

Traductions[modifier | modifier le code]

Le roman a été traduit en allemand, coréen, grec, italien, néerlandais, norvégien, polonais, portugais, russe, suédois et vietnamien[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Page « La Part de l'autre », sur le site d'Éric-Emmanuel Schmitt, consultée le 9 juillet 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]