La Nouvelle-Djolfa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis La Nouvelle-Djoulfa)

Vue de La Nouvelle-Djolfa.

La Nouvelle-Djolfa (en persan : نو جلفا / Now Jolfâ) ou Nor Djougha ou Nor Djoura (en arménien : Նոր Ջուղա) est le quartier arménien d'Ispahan, fondé en 1606 par Abbas Ier. Ce quartier, haut lieu culturel des Arméniens d'Iran, est situé sur la rive sud de la rivière Zayandeh rud ; il est nommé ainsi d'après la ville de Djoulfa au Nakhitchevan d’où un très grand nombre d'Arméniens déportés ici par le chah étaient originaires[1],[2].

Il abrite aujourd'hui encore une douzaine d'édifices religieux arméniens (un total de treize églises apostoliques, mais pour la plupart désacralisées depuis longtemps, dont la célèbre cathédrale Saint-Sauveur qui est, elle, toujours en activité).

Marcel et Jane Dieulafoy y font un long séjour en 1881 qu'ils décrivent dans leurs relations de voyages. Ils y sont accueillis par le père Pascal. Jane Dieulafoy décrit les coutumes des Arméniens de La Nouvelle-Djolfa, avec notamment la relation savoureuse d'un mariage auquel elle assiste, et raconte avec mesure les longues persécutions que cette communauté a subies de la part du pouvoir séfévide.

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A. Shapur Shahbazi, Erich Kettenhofen et John R. Perry, « Deportations », Encyclopædia Iranica, vol. VIII, no 3,‎ , p. 297-312 (lire en ligne)
  2. (en) Vazken S. Ghougassian, « Julfa i. Safavid Period », Encyclopædia Iranica, vol. XV,‎ , p. 217-231 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jane Dieulafoy, Une amazone en Orient. Du Caucase à Persépolis 1881-1882, Paris, Phébus, 1987, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]