La Neirigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Neirigue
Blason de La Neirigue
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Fribourg Fribourg
District Glâne
Commune Vuisternens-devant-Romont
NPA 1686
Géographie
Coordonnées 46° 41′ 04″ nord, 6° 57′ 18″ est
Divers
Langue Français
Localisation
Géolocalisation sur la carte : canton de Fribourg
Voir sur la carte administrative du Canton de Fribourg
City locator 14.svg
La Neirigue
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
La Neirigue
Géolocalisation sur la carte : Suisse
Voir sur la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
La Neirigue
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

La Neirigue (La Nêrivouè Écoutez en patois fribourgeois) est une localité et une ancienne commune suisse du canton de Fribourg, située dans le district de la Glâne.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Neirigue est située dans le fond du vallon éponyme, affluent de la Glâne. En 930, l'abbaye de Saint-Maurice d'Agaune céda à Turimbert des terres sises à La Neirigue. Dès le XIIe siècle, le village fit partie de la seigneurie de Grangettes, qui fut rattachée au bailliage de Romont de 1536 à 1798, puis au district homonyme de 1798 à 1848.

La Neirigue se sépara de la paroisse de Vuisternens-devant-Romont pour intégrer celle de Berlens en 1956. Le village fut dévasté par la peste en 1611. Une ancienne gravière a été transformée en étang en 1983. Les habitants de La Neirigue travaillent principalement dans le domaine de la menuiserie, des cultures fourragères et de l’élevage (cinq exploitations agricoles en 2000)[3].

La localité fait partie de la commune de Vuisternens-devant-Romont depuis 2004.

Démographie[modifier | modifier le code]

La Neirigue comptait 79 habitants en 1811, 100 en 1850, 88 en 1900, 87 en 1950 et 50 en 2000.

Patrimoine bâti[modifier | modifier le code]

La chapelle du village est dédiée à Saint-Garin. Elle a été fondée en 1651 par les frères François et Pierre Oberson et rebâtie en 1735. Elle constitue un lieu de pèlerinage pour la région de la Glâne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Bilan démographique selon le niveau géographique institutionnel », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le ).
  2. « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le )
  3. https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/000872/2009-07-23/