La Nef des fous (film, 1965)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Nef des fous et Ship of Fools (homonymie).
La Nef des fous
Titre original Ship of Fools
Réalisation Stanley Kramer
Scénario Abby Mann
d’après le roman de Katherine Anne Porter
Acteurs principaux
Sociétés de production Stanley Kramer Productions
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Drame
Durée 149 min
Sortie 1965

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Nef des fous (titre original : Ship of Fools) est un film américain réalisé par Stanley Kramer et sorti en 1965.

Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1933, un paquebot allemand quitte le port de Veracruz (Mexique) pour gagner l'Europe et débarquer à Brême (Allemagne) après avoir fait escale à Cuba puis à Tenerife. Durant la traversée, ses passagers de classes sociales très diverses et certains, en proie à des problèmes existentiels (notamment une divorcée dépressive et vieillissante amoureuse d'un lieutenant), politiques (activistes, nazis et antis) ou sentimentaux (un jeune couple d'amoureux et d'autres plus ou moins illégitimes), vont vivre des drames ou s'affronter idéologiquement alors qu'en Europe des troubles annoncent la Seconde Guerre mondiale.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Casting[modifier | modifier le code]

Simone Signoret[4] : « Pour Lee Marvin, Ships of Fools fut la fin des seconds rôles, ça faisait vingt ans qu'il attendait. Pour George Segal, son premier film… À Hollywood, en 1964, il y avait des dîners que donnait Vivien Leigh dans cette grande maison qu’elle avait louée depuis Londres. Elle les voulait fastueux, ils l’étaient. […] Elle était aussi belle que du temps de Scarlett O'Hara, elle avait de cette ville des souvenirs fabuleux, elle s’y accrochait. En fin de soirée, la sono jouait le thème de Autant en emporte le vent, ça la rendait triste, mais elle le faisait exprès. D’une heure à l’autre, elle était pétillante ou désespérée. Elle était très malade. Ship of Fools fut son dernier film et elle y est prodigieuse. »

Tournage[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

  • AllMovie 4/5 étoiles[5],[Note 1] : « Comme c'est souvent le cas chez Kramer, il a tendance à se concentrer plus qu'il ne le devrait sur ses objectifs que sur sa réalisation, et ses prétentions parfois « artistiques » ne font qu'ajouter des effets soap-opera à l'intrigue. Cependant, si vous ne vous laissez pas abuser par le ton sentencieux et les allégories ratées, vous trouverez un film très amusant et glacé de style hollywoodien, assez plaisant quoiqu'un peu long. Bien qu'une grande partie du dialogue soit artificielle, cela semble correspondre au style du film et permet à un certain nombre d'acteurs de premier ordre de démontrer leur talent. En effet, ce sont les acteurs — ainsi que l'excellente photographie d’Ernest Laszlo et une impressionnante machinerie — qui rendent les fous si agréables. Les premiers honneurs, dans une production globalement solide, vont à Simone Signoret, Oskar Werner, Vivien Leigh et Michael Dunn qui savent clairement sur quels boutons appuyer et n'hésitent pas à les pousser. […] C'est un mélodrame captivant et extrêmement divertissant. »
  • Simone Signoret[4]: « À Hollywood en 1965, Stanley Kramer nous avait fait revenir, Oskar Werner et moi, pour la sortie du film. […] Les critiques étaient superbes, et, une fois de plus, il y avait de la nomination dans l’air (quelques mois après, Oskar, Vivien et moi fûmes effectivement « nominés », mais ce coup-là on rata la statuette : ça ne faisait rien, on avait gagné Kramer). »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Traduction libre de l'anglais par l'éditeur.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Ciné-Ressources (Cinémathèque française).
  2. IMDb Company Credits.
  3. CNC, distributeurs du film.
  4. a b et c Extrait de ses mémoires, Simone Signoret, La nostalgie n'est plus ce qu'elle était, Paris, Éditions du Seuil, (ISBN 2-020-04520-6).
  5. Extrait de la critique de Craig Butler.

Liens externes[modifier | modifier le code]