La Nation (journal béninois)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Nation
Image illustrative de l’article La Nation (journal béninois)
Entrée du Siège du Journal béninois La Nation et de ONIP à Cotonou Bénin =

Pays Drapeau du Bénin Bénin
Langue Français
Périodicité Quotidien
Genre Presse nationale, journal d'opinion
Prix au numéro 300 Francs CFA
Diffusion 3 500 exemplaires ex. (2019)
Date de fondation 1969 / 1990
Ville d’édition Cotonou

Site web https://lanationbenin.info/

La Nation est un quotidien béninois national d’information du service public, rédigé en langue française. Fondé en 1969[1] par Thomas Mègnassan[2] sous le titre Daho-Express, puis renommé Ehuzu (« révolution » en fon) en 1975[3], lorsque la république du Dahomey devient la république du Bénin, il adopte son nom actuel, La Nation, en 1990[4]. Il fait partie de la liste des journaux au Bénin autorisés par la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (HAAC).

Localisation[modifier | modifier le code]

Son siège est situé à Cotonou au Bénin précisément à Cadjèhoun, voie pavée allant du château d’eau au collège Père-Aupiais[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1969, alors qu'il termine ses études à l'Institut français de presse (IFP) et s'apprête à travailler pour Hachette[6], Thomas Mègnassan est sollicité par Urbain Nicoué, ancien ministre de l’Information du président Émile Derlin Zinsou, qui l'invite à rentrer au pays et lui confie la mission de fonder le premier quotidien national, Daho Express. Ainsi, pendant six ans, il dirige l'Établissement national d'édition et de presse qui publie ce titre. En 1974 Thomas Mègnassan obtient un poste dans un ministère et s'éloigne du journal.

Le , à la faveur du changement de régime, le quotidien, qui se proclame « organe du militantisme révolutionnaire », est rebaptisé Ehuzu (« révolution »). Son audience reste limitée aux cercles proches du pouvoir, tels que les services administratifs ou les ambassades, car il reprend ce que l'État dit par ailleurs à la radio ou à la télévision. Mathieu Kérékou défend ainsi cette ligne éditoriale : « Il s'avère pour nous d'une nécessité impérieuse [...] de ne pas laisser les idées erronées se répandre partout et s'emparer de nos masses[7] ».

En 1990, après avoir « durant 15 ans joué le rôle inconfortable et ingrat de griot du pouvoir[8] », le journal cherche à renouveler sa ligne éditoriale. Le , Ehuzu cède la place à un nouveau titre, La Nation, qui affirme sa volonté d'être « un média de service public et pas un journal gouvernemental[9] ». Sans échapper aux influences et à une longue habitude de l'autocensure, la nouvelle formule accroît sa qualité et son tirage se stabilise aux alentours de 5 000 exemplaires, avec un nombre d'abonnés significatif. Le titre est confronté à la concurrence intense de la presse privée, mais ces nouveaux journaux sont souvent éphémères.

En 2019, s'appuyant sur la date de fondation du Daho Express, le quotidien célèbre son cinquantenaire[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Le quotidien de service public La Nation célèbre ses 50 ans d’existence », sur www.agencebeninpresse.info (consulté le 13 décembre 2019)
  2. François Awoudo, « Thomas Mègnassan, journaliste et romantique dans l’âme », in Les Échos, no 473 du 4 avril 1998, p. 4
  3. Ehuzu (1975-1990) , SUDOC [1]
  4. La Nation (1990-) SUDOC [2]
  5. « La Nation Bénin - Votre journal de référence », sur La Nation Bénin (consulté le 13 décembre 2019)
  6. Marie-Soleil Frère, Presse et démocratie en Afrique francophone : les mots et les maux de la transition au Bénin et au Niger, Karthala, Paris, 2000, p. 83
  7. Daho Express, no 1326, 8 janvier 1974, cité par M.-S. Frère, op. cit., p. 32
  8. Éditorial du premier numéro de La Nation
  9. M.-S. Frère, op. cit., p. 98

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Soleil Frère, Presse et démocratie en Afrique francophone : les mots et les maux de la transition au Bénin et au Niger, Karthala, Paris, 2000, 540 p. (ISBN 2-86537-897-7) (texte remanié d'une thèse)
  • Gomdaogo Ilboudo, La Politique française vue par les journaux africains : L'étude de quatre journaux : “Ehuzu”, “Fraternité Matin”, “L'Observateur”, “Jeune Afrique, Université Paris 2, 1983, 404 p. (thèse de 3e cycle)
  • (en) Il-sŏng Kim, Talk with the Director of Daho Express, Official Newspaper of the Dahomeyan Government, Sept. 19, 1974, Foreign Languages Publishing House, 1974, 26 p.
  • Honoré Kponton, La communication politique dans “Ehuzu”, journal gouvernemental béninois : le vocable « peuple-masse », fondement d'une idéologie, élément d'une praxis, Université de Paris-Sorbonne, Institut des hautes études de l'information et de la communication, 1980

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]