La Négresse (Biarritz)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Négresse.
La gare de La Négresse

Situé au sud-est de la ville française de Biarritz, et de part et d'autre de la RN10, La Négresse est aujourd'hui un quartier résidentiel regroupé autour d'une zone artisanale et de la gare SNCF.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le collège Villa Fal
Les abords aménagés du lac Mouriscot

Origine du toponyme[modifier | modifier le code]

Le toponyme semble venir du début du XIXe siècle, une serveuse noire ou métisse d'un restaurant du hameau ayant marqué les esprits de soldats de l'armée napoléonienne.

La fin du Premier Empire[modifier | modifier le code]

Après les capitulations de Saint-Sébastien et de Pampelune, Wellington, à la tête des troupes alliées repoussa les armées françaises des hauteurs de la Rhune, vers celles moins favorables d'Arbonne, Arcangues, Bassussarry et le cours de la Nive. Le 9 décembre 1813, des combats acharnés se déroulèrent autour d'Arcangues et de La Négresse[1]

La Belle Époque[modifier | modifier le code]

Le chemin de fer arriva à Biarritz-La Négresse en 1862, en provenance de Bayonne. Cette gare fut reliée à Biarritz-Ville en 1911, par la Compagnie du Midi qui y construisit une nouvelle gare. La gare de La Négresse, aux murs de brique chaînée de pierre blanche, correspond au style apprécié par le couple impérial (Napoléon III et l'Impératrice Eugénie). Avant la construction de la gare de Biarritz-Ville, elle était reliée au centre ville par un service d'omnibus[2].

La princesse Frederica, fille de Georges V de Hanovre, séjourna longtemps à la villa Mouriscot, entourée d'artistes et d'écrivains[2].

Histoire industrielle[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle, on trouvait dans ce quartier une usine de salaison d'anchois qui traitait en 1903 près de 30 tonnes de poisson[2]. Le bâtiment des anciennes tuileries[3] se dresse toujours dans la zone artisanale. Il accueille aujourd'hui les ateliers du magazine Surf Session. Il est longé par la rue Luis Mariano, qui conduit à Arcangues, où le chanteur est enterré.

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Les lacs Mouriscot[4] (site Natura 2000) et Marion[5], aux abords aménagés depuis la fin du XIXe siècle préservent une faune et une flore marécageuses très riches malgré la présence humaine. Le déversoir du lac Mouriscot se fait sur la plage d'Ilbaritz.

Équipements[modifier | modifier le code]

Péage de la Négresse à l'entrée de Biarritz.

Liaisons routières et ferroviaires[modifier | modifier le code]

Le quartier est aujourd'hui dominé par un viaduc qui conduit la RN10 d'Anglet à Bidart, le reliant au nord à l'aéroport de Biarritz-Pays basque et au sud à la sortie 4 de l'autoroute A63.
La gare de Biarritz-La Négresse est desservie par le TGV.

Enseignement[modifier | modifier le code]

  • École primaire Victor Duruy
  • Collège Villa Fal
  • Lycée hôtelier et de tourisme Biarritz-Atlantique

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

  • Église Sainte-Thérèse

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Veyrin, Les Basques de Labourd, de Soule et de Basse Navarre : leur histoire et leurs traditions (monographie), Pau, Cairn [publié avec le concours du conseil régional et la direction régionale des Affaires culturelles de la région Aquitaine], [rééd.] (1re éd. Bayonne, Musée basque et de l'histoire de Bayonne, ), 347 p. (ISBN 9782350682617, OCLC 826784280, notice BnF no FRBNF42791812, présentation en ligne), p. 192
  2. a b et c Marie-France Chauvirey, La vie d'autrefois en Pays basque, Éditions Sud Ouest - Luçon 1994 (ISBN 2-8790-1219-8)
  3. Philippe Salquain, Autrefois Biarritz, Éditions Atlantica - Biarritz 2000 (ISBN 2-8439-4265-9)
  4. Le lac Mouriscot sur le site de la mairie
  5. Le lac Marion sur le site de la mairie