La Mulâtresse Solitude (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir La mulâtresse Solitude.

La Mulâtresse Solitude
Image illustrative de l’article La Mulâtresse Solitude (roman)
La Mulâtresse Aspasie (1826) par Delacroix

Auteur André Schwarz-Bart
Genre Roman
Éditeur Seuil
Collection Cadre rouge
Lieu de parution Paris
Date de parution
Nombre de pages 144
ISBN 9782020011723

La Mulâtresse Solitude est un roman d'André Schwarz-Bart, paru le aux éditions du Seuil. Il s'inspire de la vie réelle et peu connue de la mulâtresse Solitude.

Résumé[modifier | modifier le code]

Le livre est découpé en deux parties, Bayangumay et Solitude, suivies d'un épilogue.

La première partie narre la naissance, la jeunesse, le mariage de la Diola Bayangumay, jusqu'à ce qu'elle soit victime de la traite intra-africaine ; emmenée à Gorée, elle est contrainte de quitter l'Afrique pour la Guadeloupe. Dans la deuxième partie, Bayangumay a donné naissance à une mulâtresse, Rosalie dite « Deux-Ames », issue d'un viol dans le bateau qui l'emmenait aux Antilles, et que sa mère rejette et finit par abandonner pour rejoindre d'autres Marrons.

Le récit suit le parcours de Solitude (c'est ainsi que Rosalie s'est elle-même renommée) depuis son rôle de « cocotte » dans sa petite enfance, sa période « zombi-cornes » durant laquelle elle est un être égaré que son âme a abandonné, vendue de plantation en plantation dans toute la Guadeloupe, puis de son propre marronnage sur les hauteurs de la Petite Rivière à Goyave et de la Soufrière – où elle fait la rencontre et tombe sous le charme du Moudongue Sanga – à son ralliement auprès des troupes de Louis Delgrès. Il s'inspire en partie des rares éléments connus de la vie de « la mulâtresse Solitude », incluant des événements historiques, comme l'abolition de l'esclavage puis son rétablissement. Enceinte, elle est capturée à Matouba après la défaite et le sacrifice de Delgrès puis exécutée, en place publique, le lendemain de son accouchement.

Confusion à propos du titre[modifier | modifier le code]

La Mulâtresse Solitude est à l'origine le titre de ce qui devait être un cycle romanesque qu'André devait écrire avec sa femme Simone Schwarz-Bart, dont Un plat de porc aux bananes vertes devait être le premier titre[1]. Ce cycle s'achèvera en fait avec le roman homonyme, écrit par André Schwarz-Bart seul[2]. De fait, la base de données WorldCat recense La Mulâtresse Solitude – Un plat de porc aux bananes vertes (OCLC 491639528) mais également La Mulâtresse Solitude (OCLC 463237708), les deux attribués aux deux auteurs, quand d'autres semblent considérer qu'il s'agit d'un sous-titre, en écrivant Un plat de porc aux bananes vertes : la mulâtresse Solitude[1].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Une comédie musicale, intitulée Solitude la Marronne, a été adaptée du roman[3].

Éditions et traductions[modifier | modifier le code]

Le roman est traduit dans plusieurs langues :

  • (en) A Woman Named Solitude (1973, trad. Ralph Manheim) ;
  • (es) La Mulata Soledad (1973, trad. Jacinto-Luis Guereña) ;
  • (it) La mulata (1973, trad. Augusto Donaudy) ;
  • (de) Die Mulattin Solitude (1975, trad. Eva et Gerhard Schewe) ;
  • (nl) Mulattin Solitude (2002, trad. Eveline van Hemert).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b [PDF]Catherine Wells, « La poétique de la relation conjugale : Simone et André Schwarz-Bart dans le lit de Procuste », Tangence, (consulté le 7 août 2012) mis en ligne par Érudit
  2. [PDF]Fanta Toureh Mbaye, « Simone Schwarz-Bart : écrivaine guadeloupéenne », Québec français, (consulté le 7 août 2012) mis en ligne par Érudit
  3. Nathan Y.Cohen, « Solitude la Marronne, dernière perle du Centre des arts », France-Antilles, (consulté le 7 août 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kathleen Gyssels, Filles de Solitude : Essai sur les identités antillaises dans les (auto-)biographies fictives de Simone et André Schwarz-Bart, L'Harmattan, , 463 p. (ISBN 2738434940, lire en ligne)