La Mise à mort

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Mise à mort est un roman de Louis Aragon, publié en 1965. C’est un roman expérimental qui appartient aux dernières œuvres de l’auteur et à un changement dans sa poétique que l’on retrouve aussi dans Blanche ou l'Oubli.

Intrigue générale[modifier | modifier le code]

Le roman est divisé en 11 parties auxquelles on peut ajouter la postface, « Le mérou », publié en 1970. L’intrigue générale tourne autour du personnage d’Alfred, amoureux de Fougère, une célèbre cantatrice, et jaloux d’Anthoine, qui est en quelque sorte son double : lorsque Fougère chante, Alfred devient Anthoine. Le roman raconte la mise à mort d’Anthoine par Alfred[1].

Cependant, chaque partie multiplie les digressions, qui sont en fait des doublons par rapport à l’histoire principale. Dans la partie centrale intitulée « Le Carnaval », le narrateur, Pierre Houdry, raconte son histoire d’amour avec Bettina, une cantatrice allemande dans l’Alsace post Première Guerre mondiale.

L’Esthétique[modifier | modifier le code]

La Mise à mort répond à une esthétique très particulière développée dans la dernière période de création de l’auteur. C’est un roman chaotique où les digressions, le changement de nom des personnages et les multiples références intertextuelles rendent la lecture et la compréhension très difficiles. Aragon a d’ailleurs jugé nécessaire l’écriture d’une postface qui insiste sur le thème du miroir, dominant dans l’œuvre : La mise à mort apparaît alors comme une réflexion à la fois autobiographique et métapoétique sur l’œuvre de l’auteur[2]. En outre, ce roman fait écho au roman Luna-Park d'Elsa Triolet, dans un effet de miroir.

Bibliographie critique[modifier | modifier le code]

  • La Mise à mort, Louis Aragon, Éditions Gallimard, 1965
  • L'esthétique d'Aragon, Nathalie Piegay-Gros, SEDES, 1997
  • Une mise à mort, l'itinéraire romanesque d'Aragon, Sophie Bribrowska, Paris, Lettres nouvelles, coll. « Essais », 1972

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sophie Bribrowska, Une mise à mort. L'itinéraire romanesque d'Aragon, Lettres nouvelles, coll. « Essais », , 208 p., ?
  2. Nathalie Piégay-Gros, L'esthétique d'Aragon, Paris, Sedes, coll. « Esthétique », , 283 p. (ISBN 2-7181-9113-9), ?

3 Valère Staraselski, Aragon, l'Inclassable, L'Harmattan, 1997 (ISBN 2-7384-5195-0)