La Minotauromachie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
La Minotauromachie
Artiste
Date
Type
Technique
Dimensions (H × L)
49,8 × 69,3 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

La Minotauromachie (en espagnol : La minotauromaquia) est une eau-forte réalisée par Pablo Picasso en 1935 à Paris. Elle est conservée aux musées Picasso de Barcelone et de Paris et au MoMA de New York.

Le minotaure — créature mythologique avec une tête de taureau sur un corps humain — est l'un des grands protagonistes de la production picassienne des années 1930, aussi bien en peinture que dans son œuvre graphique. C'est le thème de cette estampe fondamentale de Picasso, La Minotauromaquia[1].

Description[modifier | modifier le code]

icône image Image externe
La Minotauromachie

L'estampe a la particularité de représenter plusieurs scènes en une seule composition, dans un espace étroit et limité[2].

Les deux personnages principaux sont une fille qui porte un bouquet de fleur dans une main et une bougie dans l'autre en faisant face à un imposant et menaçant minotaure. Entre les deux, une femme vêtue de torero avec le ventre et la poitrine nus, assise sur une jument blessée dont le ventre est ouvert avec les intestins qui en sortent. Elle tient une épée que semble empoigner le minotaure. À gauche, un vieil homme seulement vêtu d'un pagne fuit en montant à une échelle. Au-dessus de la scène, deux femmes observent la scène, appuyées sur le rebord d'une fenêtre où viennent de se poser deux pigeons. En arrière-plan, au loin, on distingue un voilier sur la mer[2].

Contexte et considérations techniques[modifier | modifier le code]

Cette eau-forte, pour laquelle il a aussi utilisé le grattoir et le burin, a été réalisée au printemps 1935 et imprimée par Roger Lacourière, en six états et tirée en 55 exemplaires sur papier vergé Montval[2]. Cette œuvre d'interprétation symbolique difficile, est la synthèse de toute une série d'œuvres autour du mythe du minotaure. Les personnages principaux sont une jeune femme portant une bougie et un bouquet de fleurs faisant face à la bête avec un visage serein ; un grand minotaure au centre de la composition ; une femme torera (qui semble avoir comme modèle Marie-Thérèse Walter, avec qui Picasso a eu une relation plusieurs années) blessée, la poitrine découverte et tombant de la croupe d'un cheval ; à gauche, un homme monté sur une échelle, barbu et à moitié nu, semble fuir ; dans la partie supérieure, deux jeunes regardent la scène depuis une fenêtre, avec des pigeons[1].

La minotauromaquia, réalisée un an avant le début de la guerre civile espagnole, est considérée comme l'un des précédents immédiats de son célèbre tableau Guernica[1].

Autres estampes du minotaure[modifier | modifier le code]

Les années 1930 sont une époque de grande production graphique, chez Picasso. En plus de La minotauromaquia, sont à noter les cent gravures que compose la Suite Vollard, une série d'eaux-fortes réalisées par Picasso entre 1930 et 1937 et éditée en 1939 par son marchand Ambroise Vollard[1]. La thématique de ces estampes s'articule en cinq groupes : « le viol », « l'atelier du sculpteur », « Rembrandt », « Minotaure » et « Minotaure aveugle ». D'autres ne suivent pas une thématique concrète et trois sont des portraits de Vollard.

Clifford Ackley fait un lien dans Rembrandt's Journey entre La Minotauromachie et plusieurs œuvres d'Albrecht DürerSaint Jérôme dans son étude, Le Chevalier, la Mort et le Diable et Melencolia —, la série La Vie de la Vierge d'Hendrik Goltzius et La Pièce aux cent florins de Rembrandt, pour sa grande taille et sa grande qualité technique[3].

Conservation[modifier | modifier le code]

L'estampe est conservée au musée Picasso de Barcelone à la suite d'une donation de l'artiste faite en 1938 qui contient la dédicace : « pour le musée d'art moderne. Picasso, Paris, le 30 septembre 1938[note 1]. »

Le MoMA de New York et le musée Picasso de Paris possèdent également un exemplaire de cette estampe[1].

Expositions notables[modifier | modifier le code]

En 2013, la Fundación Juan March (es) organise à Madrid l'exposition « La Minotauromachie (1935) : Picasso en su laberinto »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(es) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en espagnol intitulée « La minotauromaquia » (voir la liste des auteurs).

Notes
  1. Texte original : « para el Museo de Arte Moderno. Picasso París, 30 de setembre de 1938[1]. »
Références
  1. a b c d e et f (es) « La Minotauromaquia », sur musée Picasso de Barcelone (consulté le ).
  2. a b c et d (es) « La Minotauromaquia (1935) », sur march.es (consulté le ).
  3. (en) Rembrandt : Master of the Copper Plate. Prints from the Dmitri Rovinsky Collection at the State Hermitage, Finnish National Gallery, Sinebrychoff Art Museum, (ISBN 978-951-53-3404-6), p. 146.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie centrée[modifier | modifier le code]

  • (es) Marie-Laure Bernadac, 1933-1940. Del Minotauro a Guernica : Picasso: Toros y toreros [cat. exp., Musée Picasso, Paris ; Musée Bonnat, Bayonne ; Museu Picasso, Barcelona], Barcelone, Electa, .
  • (en) Marie-Laure Bernadac, Pablo Picasso. La minotauromachie : All VIII States, Londres, Gagosian Gallery, .
  • (es) VV AA, Picasso / Minotauro [cat. exp., Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, Madrid], Madrid, Aldeasa, MNCARS, .
  • (en) Sebastian Goeppert et Herma C. Goeppert-Frank, Minotauromachy by Pablo Picasso, Genève, Patrick Cramer, .
  • (de) Walter Kern, Der Blinde Minotauros : eine Szene Nach der Radierung "Le Minotaure Aveugle" von Pablo Picasso, San Gall, Ekkehard Presse, .
  • (es) Museu Fundación Juan March, La obra gráfica de Pablo Picasso en la Colección : de Le repas frugal (1904) a la Tauromaquia (1957), Palma, Madrid, Fundación Juan March, , p. 181-211.
  • (en) The Minotauromachy in All its States, Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art, .

Bibliographie générale[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Baer, Picasso peintre-graveur, vol. III-VII : Catalogue raisonné de l'oeuvre gravé et des monotypes, 1935-1972, Berne, Kornfeld et Klipstein, 1933-1996.
  • Georges Bloch, Pablo Picasso : Catalogue de l'oeuvre gravé et lithographié: 1904-1967, Berne, Kornfeld et Klipstein, .
  • (de) Hans Bolliger, Pablo Picasso : Suite Vollard, Stuttgart, Verlag Gerd Hatje,
    (es) Trad. Gustavo Gili, Barcelone, 1956 ;
    (en) Thames and Hudson, Londres, 1956, reed. 1977 y 1994.
  • Bernhard Geiser et Alfred Scheidegger, Picasso peintre-graveur, vol. II : Catalogue de l'oeuvre gravé et des monotypes, 1932-1934, Berne, Kornfeld et Klipstein, .
  • (ca) Claustre Rafart i Planas, Guia del Museu Picasso, Barcelone, Ajuntament de Barcelona, (ISBN 84-7609-869-3).
  • (es) Enrique Mallen, La sintaxis de la carne : Pablo Picasso y Marie-Thérèse Walter, Santiago, RIL Editores, .
  • (en) Picasso. Vollard Suite of 100 Etchings 1930-1937 (préf. Werner Spies), Londres, Fischer Fine Art, .
  • (en) Deborah Wye, A Picasso Portfolio : Prints from the Museum of Modern Art, Nueva York, MoMA, .

Liens externes[modifier | modifier le code]